Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Touchette : Un défi à la mesure de Patrick Roy

vendredi 2013-05-24 / 16:13 / LNH.com - Nouvelles

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Touchette : Un défi à la mesure de Patrick Roy

Comme joueur, Patrick Roy, c'est bien connu, a toujours occupé une grande place.

Et il fallait sans doute s'attendre à ce qu'il en occupe une aussi grande comme décideur d'une équipe professionnelle.

Roy, dix ans ou presque après avoir pris sa retraite comme gardien de but, est devenu à la fois entraîneur-chef et vice-président des opérations hockey de l'Avalanche du Colorado. Ce n'est pas souvent, disons-le, qu'un entraîneur-recrue de la LNH est investi d'un double mandat.

En somme, il a été promu deux fois la même journée. Qui dit mieux ?

Roy n'a pas seulement trouvé sa place dans l'orchestre. Il a ni plus ni moins été nommé ... chef d'orchestre !

C'est sans doute la preuve qu'il n'est pas un homme de hockey comme les autres.

Même s'il a encore tout à prouver comme entraîneur dans la LNH, sa réputation de gagnant en fait un cas particulier. Ses quatre Coupes Stanley, ses trois trophées Conn Smythe et une coupe Memorial comme entraîneur des Remparts de Québec sont là pour en témoigner.

Dans le sport, il y a ceux, qui gagnent de temps en temps et il y a ceux qui, matin, midi et soir, veulent gagner coûte que coûte, peu importe la pression, qui les guette, peu importe le prix à payer.

Vous aurez deviné que Roy appartient à la deuxième catégorie.

Une obsession 

Pour lui, la victoire est une obsession que ce soit au hockey, au ping-pong ou au backgammon. Les joueurs de l'Avalanche ne tarderont pas le constater.

Roy, entre autres choses, a pour mandat de changer l'attitude d'une équipe, qui, faut bien le dire, n'a jamais cessé de reculer depuis son départ du Colorado.

À Montréal, on l'a baptisé Cassau, ensuite Saint Patrick. Au Colorado, il est désormais perçu comme le sauveur.

Quel autre surnom lui donnera-t-on si jamais il ramène la Coupe au Colorado ? Le Roy ... Patrick ?

Attendons voir.

En attendant, Roy se retrouve face à un défi comme il les aime. Avec la complicité de son ancien coéquipier Joe Sakic, il tentera de relancer la concession qu'il a lui-même mis sur la mappe, il y a déjà quelques années.

Il lui faudra du temps, mais l'Avalanche, qui aura le premier choix au repêchage cette année, est une jeune équipe qui a grand besoin d'être guidée, inspirée après avoir raté les séries éliminatoires quatre fois au cours des cinq dernières années.

Pour Roy et l'Avalanche, le timing est donc excellent. Les jeunes joueurs de l'équipe, notamment le capitaine Gabriel Landeskog et l'excellent Matt Duchene, n'ont pas encore eu le temps de prendre des mauvais plis.

Pas toujours r'posant

Roy, c'est connu, n'est pas toujours r'posant. Il a ses sautes d'humeur, il en mène large et il y a fort à parier qu'il heurtera quelques égos en cours de route, quitte à grossir le clan des anti-Roy. L'homme, un passionné s'il en est un, n'a jamais craint de faire des étincelles, de déranger.

Mais une chose est certaine: les joueurs de l'Avalanche vont apprendre à gagner. Et vite à part ça. Ceux, qui seront incapables de suivre ne veilleront pas tard.

Un entraîneur peut enseigner bien des choses à ses joueurs, mais l'art de gagner en est un qui s'enseigne difficilement.

L'Avalanche a le mérite d'avoir choisi un homme, qui, malgré ses travers, maîtrise cet art à la perfection.

 

La LNH sur Facebook