Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Les Canucks ont congédié l'entraîneur-chef Alain Vigneault

mercredi 2013-05-22 / 17:43 / LNH.com - Nouvelles

Par Kevin Woodley - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Les Canucks ont congédié l'entraîneur-chef Alain Vigneault

VANCOUVER – Deux défaites de suite en première ronde des séries éliminatoires ont suffi pour coûter à Alain Vigneault son poste d’entraîneur-chef des Canucks de Vancouver.

À une victoire de donner à l’organisation sa première Coupe Stanley en 2011, le président et directeur général Mike Gillis a cité des éliminations rapides au cours des deux dernières années en séries – incluant un balayage des Sharks de San Jose il y a deux semaines – pour expliquer le congédiement de Vigneault et de ses entraîneurs adjoints Rick Bowness et Newell Brown mercredi.

« Nous sommes dans une business qui se concentre sur les résultats, et si tu regardes nos deux dernières séries, on était l’équipe mieux classée et on a perdu les deux premiers matchs à domicile, a indiqué Gillis. On a encaissé des défaites consécutives au cours des deux dernières années en séries, et arrive un moment où le message doit changer et où nous devons être meilleurs.

« On n’a simplement pas obtenu les résultats qu’on souhaitait, et dans cette business tu dois obtenir des résultats. »

Après s’être rendu jusqu’au match no 7 de l’édition 2011 de la finale de la Coupe Stanley, Vigneault a mené les Canucks vers une deuxième conquête de suite du trophée du Président en 2011-12, avant d’être éliminés par les Kings de Los Angeles (classés huitièmes) en cinq matchs au premier tour. On pensait alors que l’entraîneur pouvait être en danger de perdre son poste, mais au lieu de cela, Vigneault a obtenu une prolongation de contrat de deux ans le 23 mai.

Presqu’un an plus tard jour pour jour, Gillis a décidé de congédier l’entraîneur le plus prolifique de l’histoire de l’organisation aux chapitres des victoires et du pourcentage de gains.

« Quand tu regardes ce qui s’est passé lors de la saison précédente, tu te dis que c’était une erreur de parcours, a déclaré Gillis. On voulait s’assurer qu’ils aient toutes les chances d’avoir du succès et dans une saison écourtée par un lock-out ce n’est pas évident, mais au final en séries on a obtenu le même résultat. Je crois que nous avons une bonne équipe et que nous avons eu des chances de gagner. Nous avons une bonne équipe. Mais on n’a pas obtenu les résultats escomptés. »

Les performances en séries sont les seules choses que Vigneault pourrait avoir à se reprocher en sept saisons à la barre des Canucks. Vancouver a accédé aux séries six fois au cours de son règne, gagnant deux trophées du Président et terminant au premier rang de la section nord-ouest à six reprises, alors que Vigneault a affiché un dossier de 313-170-57 et que les Canucks ont établi des records d’équipe en 2010-11 aux chapitres des victoires (54) et des points (117).

« Je suis fier de plusieurs choses que nous avons accomplies en tant que groupe au cours de ces sept dernières campagnes à Vancouver et j’aurais simplement aimé pouvoir mener les Canucks vers leur première Coupe Stanley », a indiqué Vigneault dans un communiqué à la suite de la conférence de presse de Gillis. « Je suis un entraîneur et c’est ce que j’adore faire. J’espère pouvoir le faire à nouveau dans cette ligue et je garderai toujours de bons souvenirs de mon passage et des partisans à Vancouver. »

L’entraîneur adjoint Darryl Williams, qui s’occupe de la vidéo, et l’entraîneur des gardiens Roland Melanson demeurent tous les deux avec l’équipe. En trois saisons, Melanson a apporté des changements clés au style de jeu de Roberto Luongo et Cory Schneider.

« Rollie travaille très bien avec Cory Schneider », a dit Gillis de Melanson, qui a également travaillé aux côtés de Vigneault avec le Canadien de Montréal de 1997-98 à 2000-01. « Tu ne peux pas regarder ce qu’ont fait nos gardiens au cours des quelques dernières saisons et dire que c’était négatif. »

Mais leur utilisation, elle, a été grandement questionnée.

Vigneault a changé de gardien partant pendant la série contre les Sharks cette année, clouant Luongo au banc au profit de Schneider. Malgré de nombreuses rumeurs de transactions impliquant Luongo, les Canucks ont choisi de garder les deux gardiens cette saison. Schneider a amorcé 30 des 48 rencontres des siens et affiché une moyenne de buts alloués de 2,11 avec un pourcentage d’efficacité de ,927, comparativement à 2,56 et ,907 pour Luongo. Mais Schneider s’est blessé à l’aine en fin de saison, et Luongo a bien fait pendant son absence. Sauf que Vigneault a décidé de revenir avec Schneider dès qu’il s’est remis de sa blessure, même s’il n’avait pas obtenu de départ depuis près de deux semaines, et Schneider a éprouvé quelques difficultés au cours des deux derniers matchs de la série.

« J’ai été très critique envers moi-même, mais les entraîneurs dirigent et les directeurs généraux gèrent, a déclaré Gillis. On essaie de faire de notre mieux pour faire jouer les meilleurs joueurs disponibles. [...] Alain a été un excellent entraîneur ici, en plus d’être une très bonne personne, mais dans notre progression il était temps [de le laisser partir]. »

Vigneault est en fait arrivé à Vancouver deux saisons avant Gillis. Il a remporté le trophée Jack Adams remis au meilleur entraîneur de la LNH à sa première saison avec les Canucks (2006-07), mais l’équipe a raté les séries l’année suivante et plusieurs s’attendaient à ce que Gillis procède à un changement d’entraîneur après s’être amené en 2008.

Au lieu de cela, il a gardé Vigneault – et le Québécois est demeuré à Vancouver pendant cinq autres saisons.

« On a trouvé un moyen de travailler ensemble, on a connu du succès ensemble, a indiqué Gillis. Ces cinq années ont été solides – en fait, je pense qu’en terme de pourcentage de victoires et grâce au fait qu’on ait atteint la finale de la Coupe Stanley, je crois que ce furent les cinq meilleures années de l’histoire de l’organisation. Mais les deux dernières saisons n’ont pas fait le travail. »

 

La LNH sur Facebook