Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

PIT vs OTT

    Les meilleurs joueurs d’Ottawa en arrachent contre Pittsburgh

    Par Chris Adamski - Correspondant LNH.com

    PITTSBURGH – Chez les Sénateurs d’Ottawa, pour avoir une chance de surprendre les premiers de classe dans l’Association de l’Est, les Penguins de Pittsburgh, leurs meilleurs joueurs doivent être aussi leurs meilleurs sur la glace.

    Ce n’était définitivement pas le cas lors du deuxième match, vendredi soir.

    Le récipiendaire en titre du trophée Norris, Erik Karlsson, a affiché un différentiel de moins-2 et a écopé de plus de minutes de punition que de points, mises en échec et tirs au filet combinés. Le meneur en saison régulière au chapitre des buts alloués par match et du pourcentage d’arrêts, le gardien Craig Anderson, a été retiré du match après avoir alloué trois buts sur 21 tirs. Le capitaine de longue date et icône de la concession, Daniel Alfredsson, a obtenu un tir au but et a enregistré un différentiel de moins-1.

    Le résultat ? Un gain de 4-3 des Penguins et un déficit de 2-0 dans la série quatre de sept.

    « C’est l’une des choses où vous devez être meilleurs, a dit Anderson. Vous allez vivre de l’adversité et les équipes doivent passer au travers. »

    Les Sénateurs ne disposent pas de beaucoup de temps pour y arriver s’ils désirent demeurer dans la série. Le match numéro trois aura lieu dimanche soir à la Place Banque Scotia (19h30, HE ; RDS, CBC, NBCSN). Une défaite lors de cette rencontre pourrait fermer les lumières sur la saison d’Ottawa.

    « Le point important pour nous est que nous savons que nous jouons mieux à domicile, a dit Alfredsson. Je crois que ce sera un genre de match différent [à Ottawa]. »

    Le match de Karlsson, en particulier, a été remarquable pour toutes les mauvaises raisons. Il s’est retrouvé sur la patinoire pour chacun des deux premiers buts des Penguins, à chaque fois l’œuvre de Sidney Crosby. Sa pénalité pour avoir accroché à 49 secondes de la deuxième période a mené au jeu de puissance qui a résulté au troisième but du match de Crosby.

    Karlsson disputait un 10e match depuis son retour d’une lacération au tendon d’Achille survenue le 13 février et il cherche encore à retrouver sa forme d’antan.

    Plus tôt cette semaine, l’entraîneur Paul MacLean a dit : « Je ne crois pas que son jeu est même proche d’où il était. »

    « Je dois trouver une façon de mieux ressentir mon corps et de toute évidence, je ne sens pas mon jeu comme j’en suis habitué », a dit Karlsson au terme du match de vendredi. « Ça a mal commencé et je n’ai pu prendre mon erre d’aller. Je pense que j’ai eu de la malchance également. »

    Karlsson n’a joué que 15:37. À une seule occasion depuis le 23 décembre 2009, Karlsson a vu moins de temps de glace que vendredi et c’est lorsqu’il a quitté un match le 31 mars 2011 contre les Panthers de la Floride, durant laquelle il a été coupé par un patin lors de la première période.

    « De toute évidence, il n’a pas été un de nos meilleurs joueurs, a dit MacLean. Dans notre équipe, les meilleurs joueurs ont du temps de glace, Erik n’était pas un de nos meilleurs joueurs aujourd’hui et il n’a donc pas joué.

    « Il n’a pas bien joué »

    Les coéquipiers de Karlsson se sont rangés derrière lui, lui qui a terminé la saison au deuxième rang dans la LNH avec une moyenne de temps d’utilisation de 27:09. Lors de la campagne 2011-12, où il a remporté le trophée Norris, Karlsson a passé en moyenne 25:19 sur la glace, marquant 19 buts et amassant 59 mentions d’aide.

    En deux rencontres lors de cette série, Karlsson a un différentiel de moins-3, a obtenu trois tirs au filet et n’a pas marqué ni accumulé de point.

    « Je pense que ça ne fait pas de doute qu’il se cherche un peu », a dit le vétéran défenseur Chris Phillips. « Il n’a pas joué ici pendant un long moment. Ce n’est pas évident de se présenter ici et de tenter de nous aider. Nous allons le supporter au maximum pour lui permettre d’être le meilleur possible. »

    Après avoir récolté six points et enregistré un différentiel de plus-5 dans le gain en cinq rencontres d’Ottawa contre Montréal en première ronde, Alfredsson a récolté un point (une mention d’aide), quatre tirs au filet et enregistré un différentiel de moins-2 en deux matchs face aux Penguins.

    Même s’il n’a pas écopé de punition, Alfredsson était sur la patinoire lors des deux infractions contre les Sénateurs qui ont mené à des jeux de puissance en première période.

    « Nous les avons servis dès le début et ils ont pu manœuvrer dans notre zone durant la première période et ils ont pris l’avance, » a expliqué Alfredsson.

    C'est ce qui a mené au retrait d’Anderson. Il a alloué sept buts en deux rencontres pour la deuxième fois de l’année (saison régulière et séries). MacLean a expliqué que le retrait n’était pas dirigé envers Anderson mais bien une tentative de changer l’allure du match, après avoir vu les Penguins prendre les devants 3-1.

    « C’était plus pour l’équipe, ça n’avait rien à voir avec la façon dont [Anderson] jouait, a dit MacLean. C’était simplement pour que l’équipe reconnaisse le fait que nous étions dans un match où il fallait batailler. »

    Toujours est-il que le deuxième but de Crosby provenait d’un mauvais angle. Des standards élevés, certes, mais le jeu d’Anderson n’était pas à la hauteur du joueur qui a maintenu une moyenne de buts alloués de 1,69 et un pourcentage d’arrêts de ,941 au cours de la saison régulière. Il a accordé quatre buts en première période en seulement deux rencontres au cours de cette série.

    « Ce n’était qu’une question de calmer la tempête et lorsque l’initiative n’est pas de votre côté, il faut trouver une manière de faire changer la direction du vent, a dit Anderson. Je pense que le ton a changé dans le match [lorsque Maclean a envoyé le deuxième gardien Robin Lehner sur le jeu] et nous avons commencé à jouer de bien meilleure façon. Peut-être que c’était une sonnette d’alarme pour tout le monde. »

    Les Sénateurs espèrent qu’ils comprendront le message avant le match de dimanche.

    Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
    vs.
    Boston mène la série 3-1
    vs.
    Montréal gagne la série 4-0
    vs.
    La série est à égalité 2-2
    vs.
    New York mène la série 2-1
    vs.
    Le Colorado mène la série 2-1
    vs.
    La série est à égalité 2-2
    vs.
    La série est à égalité 2-2
    vs.
    San Jose mène la série 3-0
     

    La LNH sur Facebook