Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

BOS vs TOR

    Derick Brassard brille à sa première participation aux séries éliminatoires

    mercredi 2013-05-15 / 22:48 / BOS vs NYR - Demi-finales d'association 2013

    Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

    Partagez avec vos amis


    Derick Brassard brille à sa première participation aux séries éliminatoires

    GREENBURGH, NYJohn Moore n’est pas étonné ou surpris lorsqu’il voit Derick Brassard réussir une passe parfaite directement sur le bâton d’un coéquipier qui se trouve de l’autre côté de la patinoire, comme celle qu’il a servie à Carl Hagelin sur un but des Rangers de New York dans la quatrième rencontre de leur série contre les Capitals de Washington.

    De la même façon, Moore ne bondit pas de son siège quand il regarde Brassard lire rapidement le jeu depuis l’arrière du filet adverse avant de repérer Arron Asham qui s’avance dans l’enclave et de lui servir un but sur un plateau d’argent comme il l’a fit au cours du troisième match.

    Ce genre de passes remarquables et de prises de décision rapides font partie du jeu de Brassard depuis longtemps. Moore a pu en être témoin par moment alors qu’ils étaient coéquipiers chez les Blue Jackets de Columbus.

    « J’ai toujours su qu’il possédait ces habiletés », a déclaré Moore avant l’entraînement mercredi.

    Les Blue Jackets aussi le savaient, mais Brassard n’a jamais été en mesure de mettre ces habiletés en évidence de manière constante, comme il le fait présentement avec les Rangers. Il est l’une des principales raisons qui expliquent pourquoi les Rangers disputeront le match numéro 1 de leur série demi-finale de l’Association de l’Est jeudi au TD Garden (19 h 30 HE, TSN, NBCSN).

    Brassard, qui n’a jamais produit au rythme d’un point par rencontre depuis le début de sa carrière dans la LNH, a obtenu 20 points en 20 rencontres avec les Rangers, lui qui a conclu la série contre les Capitals, sa première en carrière, avec une récolte de neuf points en sept parties, un sommet parmi ses coéquipiers. Il avait terminé la saison en amassant onze points en treize matchs après la transaction qui l’a envoyé dans la Grosse Pomme en compagnie de Moore et de Derek Dorsett en retour de Marian Gaborik.

    Brassard s’est imposé comme le deuxième centre des Rangers, pivotant un trio composé de Rick Nash et de Mats Zuccarello, en plus de faire partie intégrante de la deuxième vague du jeu de puissance. Il est même arrivé que l’entraîneur John Tortorella utilise son unité sur la première vague contre les Capitals, principalement en raison de la qualité du jeu de Brassard.

    « Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas senti aussi bien, a avoué Brassard au NHL.com. Je ne réfléchis plus autant sur la glace, je ne fais que jouer. Je crois que notre système de jeu et notre manière de contrôler la rondelle conviennent bien à mon style. L’équipe d’entraîneurs ne cherche pas à modifier ma façon de jouer. J’évolue dans la LNH parce que je suis capable de créer des pièces de jeu. En plus d’être extrêmement confiant, je suis dans une forme que je n’avais pas atteinte depuis longtemps. »

    Moore en était arrivé à la même conclusion. Il n’avait pas besoin des explications de Brassard.

    « Vers la fin de la dernière saison, il prenait tranquillement son envol, mais je ne l’ai jamais vu jouer comme il le fait depuis quelque temps, a analysé le défenseur des Rangers. C’est un joueur incroyable, on peut le constater tous les jours, mais c’est très intéressant de le voir lever son jeu d’un cran depuis quelques semaines. »

    La production de Brassard lui a permis de gagner des points auprès de Tortorella. Il a obtenu, pour ainsi dire, une certaine marge de manœuvre.

    « Je vais le laisser aller, a expliqué Tortorella. S’il connaît quelques difficultés, je ne vais certainement pas le clouer au banc. Il joue très bien depuis qu’il s’est joint à nous, et je ne vois pas pourquoi cela changerait. »

    Brassard doit remonter jusqu’en 2008, alors qu’il participait aux séries éliminatoires de la Coupe Calder avec le Crunch de Syracuse, pour retrouver la dernière fois qu’il se sentait aussi bien et qu’il avait la sensation de contribuer autant aux succès de son équipe. Il a aussi ressenti ce sentiment à quelques reprises au cours de sa carrière dans la Ligue junior majeure du Québec, qu’il a passée dans l’uniforme des Voltigeurs de Drummondville.

    « Je jouais comme j’en étais capable, et je ne me souciais que d’aider mon équipe à marquer des buts, a ajouté Brassard. Je créais des jeux et j’avais du plaisir. »

    Il a admis que des années de défaites à Columbus avaient drainé son énergie, et avaient diminué le plaisir qu’il avait à jouer.

    « Après quelques années passées à essayer fort et à s’entraîner comme un déchaîné au cours de l’été sans que cela donne de résultats, ou nous permette d’accéder aux séries éliminatoires, c’est difficile de maintenir le même niveau d’énergie », a révélé Brassard.

    La transaction a ravivé la passion de Brassard et, comme il l’a lui-même mentionné, elle lui a donné une autre occasion de montrer de quoi il était capable.

    « Dès que j’ai été échangé, je me suis dit : “Wow, c’est un nouveau départ, un changement d’air” ».

    Brassard a maintenant une nouvelle occasion de briller, cette fois contre les Bruins. Ce qu’il a accompli contre les Capitals n’a plus aucune importance. Brassard, tout comme ses coéquipiers, remet le compteur à zéro et tentera de s’illustrer contre Boston afin de mener New York à une deuxième participation consécutive à la finale d’association.

    « Je sais que je peux aider l’équipe, et c'est ce que je vais tenter de faire au cours de la deuxième ronde », a conclu Brassard.

    Il ne faudrait pas se surprendre s’il y parvient.

    « Comme nous tous, sa confiance a atteint des sommets incroyables, a observé Moore. On peut le constater en regardant les jeux qu’il réalise et la chimie qu’il a créée avec ses coéquipiers. Je crois que son talent a pris le dessus, et nous pouvons constater l’étendue de celui-ci. »

    Suivez Dan Rosen sur Twitter : @drosennhl

     

    La LNH sur Facebook