Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

BOS vs TOR

    Le meilleur duo de défenseurs des Rangers est prêt à affronter les Bruins

    mercredi 2013-05-15 / 19:50 / BOS vs NYR - Demi-finales d'association 2013

    Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

    Partagez avec vos amis


    Le meilleur duo de défenseurs des Rangers est prêt à affronter les Bruins

    GREENBURGH (New York) – Les défenseurs Ryan McDonagh et Dan Girardi des Rangers de New York sont certains d’une chose à l’aube des demi-finales de l’Association de l’Est : ils n’auront pas à surveiller le numéro 8 des Bruins de Boston d’aussi près que le numéro 8 des Capitals de Washington.

    Le membre du Temple de la renommée Cam Neely, l’actuel président des Bruins, suivra la série de la galerie de la presse et son numéro 8 est suspendu dans les hauteurs du TD Garden depuis 2004.

    Si les Rangers s’apprêtent à affronter les Bruins jeudi (19 h 30 HE sur RDS, TSN, NBCSN) pendant que le numéro 8 des Capitals défend les couleurs de la Russie au Championnat du monde, c’est en grande partie grâce à Girardi et McDonagh. Ces deux arrières n’ont pas lâché d’une semelle Alex Ovechkin à chacune de ses présences et ils l’ont complètement neutralisé dans les cinq dernières parties de cette série quatre de sept.

    Cependant, l’entraîneur des Rangers John Tortorella aura plus de difficultés à mesurer ses trios à ceux de l’adversaire et à déterminer contre qui utiliser ses deux meilleurs défenseurs face aux Bruins.

    « Ils n’ont pas seulement un joueur dynamique », a déclaré Girardi à LNH.com.

    C’est pour cette raison que Tortorella pourrait ne pas utiliser Girardi et McDonagh contre un seul trio ou un seul joueur en particulier, du moins au début de la série. Tortorella pourrait aussi tenter de séparer ces deux joueurs afin qu’il y en ait presque toujours un des deux sur la glace.

    « Du côté des défenseurs, il pourrait ne pas y avoir de confrontation particulière. On aurait alors juste à jouer du mieux qu’on peut », a révélé McDonagh à LNH.com. « C’est une bonne chose. C’est bien de connaître son rôle parfois et de savoir contre qui on va jouer tous les soirs. Mais c’est aussi agréable de simplement jouer à notre rythme, sans devoir se soucier du moment où il faut sauter sur la glace ou retourner au banc. On trouve notre rythme et on joue. »

    Ça semble facile, mais ces gars-là savent que ça ne le sera pas du tout en raison de la profondeur des Bruins.

    Leur premier trio, composé de David Krejci, Nathan Horton et Milan Lucic, est talentueux, robuste et il est sur une lancée. McDonagh croit que lui et Girardi pourraient commencer la série contre cette unité.

    Krejci a été le meilleur marqueur du premier tour des séries éliminatoires avec 13 points (5 buts et 8 aides) et il a contribué au but égalisateur de Patrice Bergeron lors du septième match contre les Maple Leafs de Toronto. Après avoir connu une saison régulière en deçà des attentes, Lucic a inscrit 9 points en séries, dont le but qui a réduit l’écart à 4-3 dans la septième partie. Horton a conclu la série contre Toronto avec une fiche de quatre buts, sept points et un différentiel de +11. Son but a réduit l’avance des Leafs à 4-2 dans le match no 7.

    « Ce trio a été leur plus productif à l’attaque pendant cette série, a ajouté McDonagh. Il faut donc tenter de les contenir le plus possible, mais leurs deuxième et troisième trios sont très bons aussi. Ils ont beaucoup de profondeur. On ne peut pas seulement s’occuper d’un seul trio. »

    Il a entièrement raison.

    Bergeron pivote le deuxième trio flanqué des dynamiques ailiers Brad Marchand et Jaromir Jagr. Cette unité s’est réveillée dans le septième match lorsque Bergeron a inscrit le but égalisateur et le but vainqueur en prolongation. Le finaliste au trophée Selke a amassé quatre points pendant cette série.

    Jagr a obtenu quatre mentions d’aide contre les Maple Leafs, alors que Marchand en a récolté trois. Personne à New York ne doute des habiletés de Jagr, lui qui a disputé trois campagnes avec les Blueshirts de 2005 à 2008.

    Le troisième trio des Bruins, formé de Chris Kelly, Tyler Seguin et Rich Peverley, peut aussi être dangereux. Enfin, leur quatrième trio, composé de Gregory Campbell, Shawn Thornton et Daniel Paillé, possède beaucoup de caractère et l’entraîneur Claude Julien n’hésite pas à les envoyer dans la mêlée.

    Paillé et Campbell ont tous les deux joué plus de 10 minutes par partie contre les Maple Leafs.

    « Boston constitue une équipe différente avec quatre bons trios, à mon avis, a admis Girardi. Ils utilisent beaucoup leur quatrième trio et cette unité exerce un bon échec avant pour créer du momentum. Je crois que leurs quatre trios sont dangereux, alors il revient à tous de veiller à contenir l’adversaire, peu importe à qui on est confrontés. En fait, on devra faire le même travail, mais contre tout le monde.

    « Je ne sais pas quels seront les duos défensifs et contre qui ils se mesureront. Mais peu importe contre qui on joue, ce sera difficile. »

    Au moins, ils n’auront pas à se soucier du numéro 8 en noir et or. Voilà une mince consolation.

     

    La LNH sur Facebook