Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Touchette: Pour une fois, le Canadien fait des jaloux

mercredi 2013-05-15 / 15:12 / LNH.com - Nouvelles

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

N'ayez crainte. Je vous ferai grâce d'une ixième analyse de la saison du Canadien. Enough is enough.

Seul le travail de l'aiguiseur des lames de patins de l'équipe n'a pas encore été évalué.

Ça viendra sans doute.

Non, je veux seulement prendre quelques secondes pour commenter le point de presse de Marc Bergevin, lundi.

Quel contraste avec les points de presse de ses prédécesseurs Bob Gainey et Pierre Gauthier !

Finie la langue de bois. Avec Gainey et Gauthier, ce genre de rencontre prenait souvent l'allure d'une séance de torture. Avec Bergevin, c'est en train de devenir un exercice intéressant, instructif.

Le dg du Canadien a été tantôt pertinent, tantôt amusant (« J'offrirai mes services à Carey Price pour faire son épicerie ! », a-t-il lancé, entre autres choses).

Comme quoi, le hockey ne baigne pas toujours dans le mélodrame.

Bergevin n'a jamais cherché à esquiver les questions. Dans la mesure du possible, il a parlé des vraies affaires.

Son message aux jeunes joueurs de l'organisation était bien senti: « Forcez-moi la main; je vous trouverai une place ... »

Et il a réitéré son appui envers Carey Price. Le contraire aurait été étonnant. Le Canadien n'a personne d'autre pour le remplacer. Ni à Hamilton, ni à Chibougamau. Faut donc faire avec.

Bergevin entend prendre tous les moyens pour relancer son gardien, qui, visiblement, a du mal à composer avec la pression. Une grosse commande, j'en conviens.

Si Price est un bon gardien, je me demande sérieusement s'il est assez fort mentalement pour gagner à Montréal, une ville, qui a la mèche courte avec ses héros masqués.

Il n'y a pas si longtemps, j'étais de ceux qui croyaient mordicus que Price rebondirait dans les séries éliminatoires. J'étais dans le champ. À vrai dire, il s'est fait encore plus petit. Inquiétant.

Du muscle

Le Canadien (on nous l'a assez répété au cours des derniers jours ...) devra aussi ajouter du poids à sa formation.

Bref, l'équipe a encore besoin de renfort. Mais elle a quelque chose qu'elle avait trop peu dans le passé. Quoi au juste ? Du talent, oui du talent.

Pendant nombre d'années, le Canadien était à court de joueurs talentueux. Ce n'est plus le cas.

Il compte sur des Gallagher, Galchenyuk, qui sera son meilleur joueur d'ici deux ans, Subban et Pacioretty, entre autres, sans compter les Nathan Beaulieu et autres, qui attendent en coulisses. Les lendemains du Canadien s'annoncent donc prometteurs.

Il est beaucoup plus facile de dénicher des joueurs costauds que des joueurs talentueux.

Pour cette raison et bien d'autres, Bergevin, si un autre gros défi l'attend, a sous la main des éléments, plusieurs éléments, qui font désormais l'envie des autres équipes.

Ca fait mauditement longtemps, avouons-le, qu'un dg du Canadien n'a pas fait des jaloux chez ses pairs.

C'est sans doute là la nouvelle la plus rassurante dans l'univers Tricolore.

La remontée des Bruins

Parlons maintenant des séries.

Peu importe ce qu'elles nous réservent d'ici la fin, la remontée presque miraculeuse des Bruins, lundi, dans le dernier match de leur série contre les Maple Leafs de Toronto a déjà trouvé sa place dans l'histoire. Du jamais vu avec moins de dix minutes à écouler au dernier tiers. Wow !

Quand les Leafs ont pris l'avance, 4-1, j'ai fermé la télé.

Puis pour une raison qui m'échappe et surtout parce qu'il n'y avait rien d'autre à la télé, je suis retourné au match.

Probablement ma meilleure décision de l'année.

Les Bruins ont réalisé l'improbable et l'ont emporté 5-4 en prolongation grâce notamment à Patrice Bergeron, auteur du but égalisateur et décisif. Une question demeure: Comment se fait-il que l'entraîneur des Leafs Randy Carlyle n'ait pas jugé approprié de demander un temps d'arrêt alors que son équipe paniquée était en train de couler à pic ? Mystère et boule de gomme.

La remontée des Bruins m'a rappelé celle du Canadien dans sa série quart-de-finale contre les Bruins en 1971. Dans le match numéro deux, le Canadien, contre toute attente, avait comblé un recul de 5-1 sur la glace de ses grands rivaux pour finalement l'emporter, 7-5. Un match mémorable.

Comme celui de lundi.

Mes choix

En attendant, je vous livre mes choix du deuxième tour des séries: Pittsburgh, les Rangers, Chicago et Los Angeles.

Je le répète: Les Penguins ont rendez-vous avec les Hawks en finale.

Juré, craché.

Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
vs.
La série débute le 18 avril
vs.
La série débute le 16 avril
vs.
La série débute le 16 avril
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
La série débute le 16 avril
vs.
La série débute le 17 avril
 

La LNH sur Facebook