Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

PIT vs OTT

    Letang brillant dans toutes les situations pour les Penguins

    Par Chris Adamski - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Letang brillant dans toutes les situations pour les Penguins

    PITTSBURGH – Lundi, Kristopher Letang a déclaré qu’il n’était pas devenu défenseur à l’adolescence simplement pour passer plus de temps sur la glace.

    Il ne s’agit là que d’un boni.

    Letang semble être partout sur la patinoire, et ce, dans toutes les situations pour les Penguins de Pittsburgh, qui disputeront le premier match des demi-finales de l’Association de l’Est contre les Sénateurs d’Ottawa mardi soir (19 h 30 HE; RDS, CBC, NBCSN).

    L’un des trois finalistes pour le trophée Norris remis au meilleur défenseur de la LNH, Letang a prouvé toute sa valeur pour les Penguins lors du premier tour des séries éliminatoires. Pittsburgh a alors éliminé les Islanders de New York en six rencontres.

    Letang a récolté en moyenne un point par partie contre les Islanders tout en étant le joueur le plus utilisé dans l’Association de l’Est pendant la première ronde des séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Letang a été le joueur le plus utilisé en avantage numérique chez les Penguins et il a été le deuxième défenseur le plus utilisé en désavantage numérique.

    Peu importe si son équipe pousse pour aller chercher un but ou se replie pour contenir l’adversaire, peu importe s’il est jumelé avec un partenaire mobile ou plus défensif, Letang a mérité la confiance de son entraîneur Dan Bylsma dans toutes les situations de match.

    « On veut tous se mesurer aux meilleurs joueurs adverses, jouer en infériorité numérique, être sur la glace quand il n’y a plus de gardien de but devant le filet d’un côté comme de l’autre. On veut pouvoir jouer dans toutes les situations, a déclaré Letang. On veut être sur la glace, faire des jeux et aider son équipe à gagner. »

    Letang, qui a terminé ex aequo au premier rang des marqueurs chez les défenseurs de LNH malgré une absence de 13 parties en raison d’une blessure, a obtenu en moyenne 25:38 de temps de glace par partie en saison régulière. Seulement deux défenseurs ont été utilisés plus souvent que lui dans l’Est.

    De plus, Letang couvre beaucoup d’espace pendant qu’il est sur la glace. Il n’a pas peur de s’impliquer dans le feu de l’action. Il n’est pas rare de le voir s’aventurer dans les coins, derrière le filet ou dans l’enclave lorsqu’il en a l’occasion. En plus d’être très vigilant dans sa propre zone, Letang a comme principale tâche de transporter la rondelle (et la distribuer) dans la zone neutre à forces égales ou sur le jeu de puissance.

    « Il joue beaucoup de minutes », a ajouté son coéquipier Matt Niskanen. « Et ça semble tellement facile pour lui. »

    Letang a inscrit 5 buts et 33 aides en 35 parties cette saison. Il compte maintenant 209 points en 385 matchs en carrière dans la LNH. Son rendement pendant les séries éliminatoires est similaire avec une récolte de 12 buts et de 25 assistances en 71 matchs. La majorité de ces rencontres ont été disputées en 2008 et en 2009 lorsque Pittsburgh a atteint la finale de la Coupe Stanley.

    Repêché par les Penguins en troisième ronde lors du repêchage de 2005, Letang, qui est originaire de Montréal, a vite démontré toute l’étendue de son talent. Dès le mois d’octobre suivant sa sélection, il a marqué un but dans deux de ses quatre premières parties dans la LNH avant d’être retourné dans les rangs juniors.

    En 2007-08, il avait gagné son poste au sein de la formation qui s’est rendue jusqu’en finale de la Coupe Stanley. Letang s’estime chanceux d’avoir pu compter sur les précieux conseils du vétéran défenseur Sergei Gonchar pendant ses quatre premières campagnes dans la ligue.

    Leur style n’est pas identique, mais Gonchar était lui aussi beaucoup utilisé dans toutes les circonstances, tant à forces égales que sur les unités spéciales, lorsque Letang a donné ses premiers coups de patin dans la LNH.

    « J’ai beaucoup appris de lui, a admis Letang. J’ai retenu son calme à la ligne bleue et sa lecture du jeu, surtout en avantage numérique. »

    Selon Letang, c’est justement la vision du jeu qui distingue les joueurs de premier plan des autres. La prise de décision, avec et sans la rondelle, est l’élément qui détermine si un jeu mènera à une chance de marquer pour l’une ou l’autre des équipes.

    Plus Letang a gagné en maturité et en expérience dans la LNH, plus sa prise de décision s’est améliorée. À 26 ans, il est au sommet de sa forme physique et, ce qui est encore plus importe à ses yeux, mentale.

    « Tout est une question de lecture, a-t-il expliqué. Pour réussir au hockey, il faut être en mesure de comprendre rapidement ce qui se passe sur la glace. Ce n’est pas une question d’habiletés ou d’autres choses du genre. Il faut vite lire et comprendre le jeu qui se déroule devant nous. »

    Letang fait partie des finalistes pour le trophée Norris remis au meilleur défenseur du circuit en compagnie de P.K. Subban du Canadien de Montréal et de Ryan Suter du Wild du Minnesota.

    Au cours des 25 dernières campagnes, les joueurs des Penguins ont remporté 14 fois le trophée Art-Ross et 6 ont mis la main sur le trophée Hart. Toutefois, l’organisation qui a vu défiler Mario Lemieux, Jaromir Jagr, Sidney Crosby et Evgeni Malkin dans ses rangs ne compte qu’un seul récipiendaire du trophée Norris, soit Randy Carlyle qui l’a gagné en 1980-81. Letang pourrait le rejoindre lorsque les honneurs individuels de la LNH seront remis le mois prochain.

    « On sait ce que tous les autres dans la Ligue et dans le monde du hockey pensent de lui », a avancé son coéquipier Pascal Dupuis. « Tout le monde sait ce qu’il peut faire et ce qu’il apporte à notre équipe. Ils savent à quel point il est important pour notre formation. »

    « Ce n’est pas pour rien qu’il est l’un des favoris pour le Norris, a ajouté Niskanen. Il peut contrôler un match par sa façon de patiner et de manier la rondelle. C’est un joueur d’élite et c’est notre meilleur arrière. »

    Pourtant, les choses auraient pu être différentes. Letang était un attaquant dans sa jeunesse, comme le sont souvent les joueurs aussi doués que lui. Puis, à l’âge de 13 ans, il a été muté à la défense le temps d’une rencontre.

    « J’ai aimé ça », a déclaré Letang, le sourire aux lèvres. « Mais je suis retourné à l’avant ensuite. »

    Ce n’est qu’au niveau midget AAA que Letang s’est converti pour de bon en défenseur. C’est à cette position qu’il a évolué chez les Foreurs de Val-d’Or dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec et il a suffisamment impressionné les dépisteurs pour être réclamé au 62e rang par les Penguins lors du repêchage qui leur a aussi permis de mettre la main sur Crosby.

    « Je ne sais pas », a répondu Letang quand on lui a demandé pourquoi il était devenu un défenseur. « C’était mieux pour moi.

    « J’aime voir toute la patinoire et avoir le contrôle de la rondelle. »

    Le fait d’être plus souvent sur la glace l’a sûrement influencé aussi.

     

    La LNH sur Facebook