Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

CHI vs DET

    Aperçu de la série Blackhawks-Red Wings

    Par Brian Hunter et Corey Masisak - Journalistes LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Aperçu de la série Blackhawks-Red Wings

    Blackhawks de Chicago

    Rang: 136-7-577 Pts.

    Red Wings de Detroit

    Rang: 724-16-856 Pts.

    La rivalité entre les Red Wings de Detroit et les Blackhawks de Chicago, deux des six équipes originales, remonte à la création de la LNH. Et ils vont s’affronter une fois de plus en demi-finale de l’Association de l’Ouest.

    La dernière fois que ces deux grands rivaux se sont rencontrés en séries éliminatoires, c’était en 2009, et les Red Wings avaient remporté la finale de l’Association de l’Ouest en cinq rencontres. Les Red Wings avaient gagné la Coupe Stanley la saison précédente (ils devaient perdre la finale de 2009 en sept matchs aux mains des Penguins de Pittsburgh), tandis que les Blackhawks étaient une équipe en progression qui allait mettre la main sur la coupe la saison suivante.

    Cette fois les Hawks sont les favoris, et les Red Wings les vaillants négligés.

    Ces deux équipes en seront à leur 16e confrontation en séries et comme les Red Wings passeront dans l’Association de l’Est la saison prochaine, il est fort possible que ce soit la dernière avant longtemps.

    Attaquants

    La première ronde a donné une autre preuve du talent et de la profondeur sur lesquels les Blackhawks peuvent compter en attaque. Jonathan Toews et Patrick Kane n’ont marqué aucun but (Toews a été limité à deux points) mais les Hawks ont néanmoins éliminé le Wild du Minnesota en cinq rencontres.

    Patrick Sharp s’est ressaisi après avoir été ennuyé par une blessure en deuxième moitié de saison et il a marqué cinq buts, tandis que Marian Hossa en a réussi trois. Les deux ont dominé leur équipe avec un total de six points, un de plus que Kane, qui a tout de même bien contribué à l’attaque.

    On peut aussi s’en sortir quand ses meilleurs joueurs ne marquent plus si on peut compter sur un Bryan Bickell, qui a réussi trois buts, incluant le but victorieux en prolongation lors du premier match, et sur des joueurs de quatrième trio comme Michael Frolik (deux buts dans le deuxième match) et Marcus Kruger (auteur du but qui a éliminé le Wild). Des 13 attaquants qui ont revêtu l’uniforme en première ronde, 11 ont obtenu au moins un point.


    Voici un tuyau pour construire une équipe fructueuse: commencez par miser sur deux des meilleurs attaquants des deux côtés de la patinoire dans la Ligue nationale. De tels joueurs ne courent pas les rues mais Pavel Datsyuk et Henrik Zetterberg demeurent des joueurs d’élite qui causent bien des soucis à des adversaires parce qu’ils peuvent à la fois marquer des buts et embêter les meilleurs attaquants de l’opposition. Justin Abdelkader joue normalement en leur compagnie et ajoute la force physique pour gagner les batailles et aller au filet.

    Le deuxième trio, composé de Johan Franzen, Valtteri Filppula et Daniel Cleary, en a arraché par moments en première ronde face aux Ducks d’Anaheim, mais le jeune troisième trio a constitué une sorte de révélation.

    L’entraîneur Mike Babcock a confié que les Red Wings n’auraient pu éliminer les Ducks plus tôt cette saison, mais que le mûrissement de Gustav Nyquist, Joakim Andersson et Damien Brunner a rendu la chose possible. Le quatrième trio mêle des vétérans grisonnants et des joueurs énergiques comme Patrick Eaves, Cory Emmerton et Jordin Tootoo.


    Défenseurs

    Duncan Keith était déjà un pilier à la défense, des deux côtés de la patinoire, quand les Hawks ont gagné la coupe il y a trois ans. En première ronde contre le Wild, il s’est transformé en joueur exceptionnel, amassant cinq points (1-4) et affichant un différentiel de plus-5, à égalité au premier rang de son équipe.

    Johnny Oduya a été le seul autre défenseur à avoir marqué un but ou amassé plus d’un point dans la série, mais avec leur force de frappe à l’avant, les Hawks ont moins besoin de la contribution offensive de leurs défenseurs. Leur travail consiste à empêcher l’adversaire de marquer.

    Avec Keith et Oduya, Niklas Hjalmarsson (aussi à plus-5), Brent Seabrook, Nick Leddy et Michal Rozsival ont limité Mikko Koivu et Zach Parise à un seul but en tout (celui de Parise) et ont complètement blanchi le Wild pendant leurs 17 avantages numériques.

    Niklas Kronwall a assumé le rôle de défenseur numéro un et continué de progresser de sorte qu’il devrait se classer parmi les huit premiers lors du vote pour le trophée Norris. Jonathan Ericsson et lui forment un duo parmi les meilleurs.

    Kyle Quincey et Brendan Smith composent le deuxième duo et ils ont été bien meilleurs dans le septième match contre les Ducks que lors du précédent. Smith, Jakub Kindl et Brian Lashoff sont encore jeunes, mais ils acquièrent de la maturité en séries. Carlo Colaiacovo a participé aux deux derniers matchs contre les Ducks et Ian White est disponible si nécessaire.

    Les Ducks ont exercé de la pression sur les défenseurs des Red Wings, surtout les plus jeunes, et ils les ont amenés à commettre des erreurs lors des premiers matchs, mais en tant que groupe, les défenseurs des Red Wings ont été impressionnants à leur dernier.

    Gardiens

    Corey Crawford et Ray Emery ont affiché des statistiques presque semblables en saison régulière, mais le dernier a facilité le choix de l’entraîneur Joel Quenneville quand il s’est blessé au bas du corps.

    Conforté dans son rôle de numéro un, Cory Crawford a offert le genre de performance espérée depuis qu’il a supplanté Antti Niemi après la conquête de 2010. Il n’a concédé que sept buts en cinq matchs contre le Wild et a offert un mur à leurs attaquants lors des périodes supplémentaires des premier et quatrième matchs.

    Emery devrait être prêt à endosser l’uniforme durant la deuxième ronde, mais ce sera comme l’auxiliaire de Crawford, ce qui sera néanmoins un plus pour les Blackhawks.

    Jimmy Howard est un bourreau de travail et sa performance contre les Blackhawks pourrait grandement contribuer à établir où il se situe dans la hiérarchie des gardiens. Il a été mis davantage à l’épreuve après le départ de Nicklas Lidstrom et Brad Stuart, et il a été constant face aux Ducks. Une forte série contre les Blackhawks pourrait lui valoir d’être considéré parmi les meilleurs gardiens d’origine américaine.

    Mais advenant un malheur à Howard, les Red Wings se retrouveraient avec un gardien qui a disputé son dernier match éliminatoire en 2009… avec l’équipe de Farjestad en Suède.


    Entraîneurs

    Il n’avait pas gagné une ronde éliminatoire en trois ans mais on n’a jamais craint que Quenneveille ait perdu sa touche. Il a toujours appuyé sur les bons boutons et opposé les joueurs qu’il voulait à ceux du Wild. Mais le plus révélateur peut-être est quand, plutôt que de flatter ses joueurs après l’élimination du Wild, il les a défiés de hausser leur niveau de jeu en deuxième ronde.

    « C’est bon pour tout le monde de goûter aux séries, a-t-il déclaré, et je pense que nous avons une autre étape à franchir dans notre jeu pour rattraper le niveau des autres séries. C’est ça les séries. »

    Mike Babcock est le meilleur entraîneur de la LNH.

    Il a atteint la finale de la Coupe Stanley à trois reprises, a gagné une fois et perdu les deux autres à l’issue d’un septième match. Il a aussi mené le Canada à une médaille d’or olympique et il s’est rendu au moins jusqu’en deuxième ronde des séries lors de six des sept dernières saisons.

    Son curriculum vitae est irréprochable. Il prône le gros bon sens et ses joueurs répondent bien. Les Hawks ont une formation bourrée de talent et Joel Quenneville est lui aussi un entraîneur d’élite, mais les Red Wings auront l’avantage, même faible, à ce niveau.


    Unités spéciales

    Les Blackhawks ne peuvent évidemment faire mieux que leur taux de réussite de 100 pour cent en infériorité numérique contre le Wild. Mais leur jeu de puissance demeure une préoccupation. Les Hawks se sont classés 19e en saison régulière (16,7 pour cent) et leurs deux buts en 13 occasions face au Wild leur vaut le 11e rang sur 16 équipes dans les séries. Quelques buts de Toews et Kane seraient bienvenus.

    Les Red Wings ont marqué six buts en avantage numérique face aux Ducks, mais trois ont été réussis dans le deuxième match, gagné 5-4 en prolongation. Le jeu en désavantage a constitué un problème par moments, mais moins à mesure que la série progressait et que moins de punitions étaient décernées. Les Red Wings ont été moyens dans les deux domaines en saison régulière.

    Il pourrait faire la différence

    Jonathan Toews -- Toews ne veut qu’une chose, la victoire. Il va se contenter avec plaisir d’une autre maigre production offensive si les Blackhawks peuvent avancer à la finale de l’Association de l’Ouest. Mais on parle d’un joueur habitué à un point par match et qui en a totalisé 29 quand il a gagné le trophée Conn Smythe en 2010. Les Hawks auront une bien meilleure chance de mettre la main sur une autre coupe si Toews retrouve la touche qui en a fait un candidat au trophée Hart en saison régulière.

    Valtteri Filppula -- Filppula a été limité à une aide lors des cinq premiers matchs contre les Ducks et s’il en a ajouté une deuxième à sa fiche lors du sixième, il a aussi commis un horrible revirement qui a provoqué le retour des Ducks. Il a toutefois connu un fort septième match et il totalise maintenant six points en carrière lors de ces matchs décisifs. Les Red Wings auront besoin de lui plus régulièrement face aux Hawks. Les Red Wings pourraient avoir un avantage au niveau du deuxième trio si leur deuxième centre domine celui des Hawks.

    Analyse

    Les Blackhawks vont gagner si… Corey Crawford continue de jouer comme un gardien de première classe et si les quatre trios contribuent. Demeurer en santé sera aussi un facteur important. Les Hawks l’étaient foncièrement en première ronde à l’exception d’Emery, le gardien auxiliaire, et du centre Dave Bolland, qui est prêt à reprendre sa place.
     

    Les Red Wings vont gagner si… Leurs jeunes défenseurs limitent les erreurs face à la pression imposée et si Howard se surpasse devant son filet. Les attaquants des Red Wings peuvent soutenir l’opposition des Blackhawks et on pourrait assister à une surprise face à une équipe susceptible d’être marquée par les grandes attentes qu’elle suscite.

     

    La LNH sur Facebook