Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Les Blues voient du progrès, mais veulent connaître du succès en séries

lundi 2013-05-13 / 18:57 / LNH.com - Nouvelles

Par Louie Korac - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Les Blues voient du progrès, mais veulent connaître du succès en séries

ST. LOUIS – Ranger ses effets personnels et retourner à la maison est une tâche que personne n’a envie de faire – et quand ça survient aussi tôt que c’est arrivé pour les Blues de St. Louis cette année, eux qui devaient être parmi les aspirants au titre en cette saison écourtée, la douleur est encore plus vive.

Les Blues avaient en quelque sorte averti la ligue qu’ils allaient faire partie des équipes les plus enclines à gagner la Coupe Stanley après avoir connu une saison de 109 points la saison dernière.

Et après une campagne qui s’est bien amorcée, les Blues ont connu un creux de vague qui les a secoués, avant qu’ils se ressaisissent et terminent au sixième rang du classement de la ligue, mais qu’ils se fassent finalement donner une leçon de hockey par les Kings de Los Angeles en séries.

Les Kings, qui avaient éliminé les Blues en quatre matchs en 2012, ont encore une fois remporté quatre matchs de suite – cette fois par contre après avoir donné les deux premiers matchs aux Blues. Ils ont envoyé St. Louis en vacances vendredi, lors du match no 6 de leur série quarts de finale dans l’Ouest.

Les Blues, qui ont conclu la saison régulière avec une fiche de 29-17-2 après avoir démontré un dossier de 12-3-0 en avril pour prendre le quatrième rang dans l’Ouest, croyaient qu’ils avaient réussi à contenir les champions en titre de la Coupe Stanley. Ils ont senti qu’ils auraient pu gagner tous les matchs. Mais au final, comme l’a dit l’entraîneur Ken Hitchcock à ses joueurs, ce ne fut pas suffisant.

« Si tu veux être un champion, ce n’est pas suffisant, a déclaré Hitchcock. Tu ne peux pas laisser le gardien [adverse Jonathan Quick] te dominer. Si tu veux être un champion, tu vas devoir trouver un moyen d’y arriver.

« Ce n’est pas bon. C’est comme les joueurs. J’ai un mauvais pressentiment. Quand tu es devenu une équipe aussi bonne que la nôtre maintenant, nous avons une bonne équipe. De voir que les joueurs n’en bénéficient pas, c’est décevant. Tu veux qu’ils aient du succès avec tous les efforts qu’ils y mettent. »

Marquer des buts a été un gros problème pour les Blues, qui n’ont déjoué Quick qu’à 10 reprises en six matchs, alors que le gardien des Kings a réussi à stopper 167 des 177 lancers qui ont été dirigés vers lui dans la série.

« De voir le type d’équipe que [les Kings] ont et savoir qu’on est passé si près, c’est très frustrant, a dit l’attaquant des Blues David Perron. Je crois qu’ils ont été meilleurs que nous, évidemment, pour gagner quatre fois de suite. On doit seulement trouver une façon d’inscrire plus de buts. »

Lorsque la poussière sera retombée et que les Blues se remettront de leur deuxième élimination aux mains des Kings en deux saisons, ils pourront réfléchir sur les progrès qu’ils continuent à faire. Les partisans des Blues attendent toujours une première conquête de la Coupe Stanley par l’équipe depuis sa fondation en 1967, mais ils devront patienter au moins une autre année.

« Aussi frustrant et décevant que je le sois, je suis quand même excité, a mentionné le directeur général Doug Armstrong. Du moment où je suis arrivé ici il y a cinq ans à où on est rendu aujourd’hui, grâce au travail de plusieurs personnes extraordinaires qu’elles soient encore ici ou non, nous sommes définitivement dans la bonne direction et c’est positif. Nous avons connu des déceptions en séries, mais on fait quand même du progrès. C’est peut-être difficile à ce temps-ci de l’année de voir ce progrès, mais nous avons été de bien meilleurs compétiteurs cette année contre les Kings de Los Angeles que l’an dernier, ce qui est positif. »

Les Blues amorcent la saison morte avec beaucoup de travail à faire quant à leurs joueurs. Armstrong a indiqué que l’équipe avait l’intention de faire des offres qualificatives à tous ses joueurs autonomes avec restrictions (incluant Alex Pietrangelo, Kevin Shattenkirk, Chris Stewart, Patrik Berglund, Kris Russell, Ian Cole et Jake Allen), avant de tenter de s’entendre avec eux pour des contrats à long terme. Pour ce qui est des joueurs autonomes sans compensation (incluant Andy McDonald, Jordan Leopold, Jamie Langenbrunner, Scott Nichol et Adam Cracknell), Armstrong a dit que l’équipe allait prendre le temps de bien analyser chaque joueur avant de décider de l’avenir de chacun avec les Blues.

Mais les Blues croient qu’ils ont ce qu’il faut pour continuer à être des prétendants. Ce n’est qu’une question de rester fidèle au plan.

« J’ai dit aux joueurs qu’on était une mauvaise équipe, et ensuite une mauvaise équipe qui avait eu une bonne année, a dit Armstrong. Maintenant on est une bonne équipe qui devait avoir une bonne année et qui a fini sixième dans la LNH. C’est assez impressionnant.

« Ce que je pense du succès en séries, c’est que tu cognes à la porte, et quand tu arrives à la porte assez souvent, tu finis par pouvoir entrer. En ce moment, on est au stade où on a réussi à se rendre à la porte de façon constante pendant deux ans. On va continuer d’y retourner et se mettre dans cette position à chaque année, et un jour on va réussir à entrer. Je crois vraiment que nous soyons dans la bonne direction. »

 

La LNH sur Facebook