Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

BOS vs TOR

Les Leafs résistent aux Bruins et forcent la tenue d’un match no 7

Par Mike Brophy - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Les Leafs résistent aux Bruins et forcent la tenue d’un match no 7

TORONTO – Les Maple Leafs de Toronto ont finalement goûté à la victoire à domicile.

En défaisant les Bruins de Boston 2-1 lors du match no 6 de leur série quarts de finale dans l’Est dimanche – leur premier gain à domicile en séries depuis 2004 – les Leafs ont forcé la tenue d’un septième et ultime match, qui sera présenté à Boston lundi.

James Reimer a encore une fois été sensationnel, stoppant 29 des 30 lancers qui ont été dirigés vers lui, deux jours après avoir effectué 43 arrêts dans une victoire de 2-1 au TD Garden lors du match no 5.

Dion Phaneuf et Phil Kessel ont touché la cible pour Toronto, qui en est à sa première présence en séries depuis neuf ans. Milan Lucic a empêché Reimer de récolter le jeu blanc lorsqu’il a marqué à 19:34 de la troisième période.

Avec trois but et quatre points en six rencontres, Kessel a livré la marchandise pour les Leafs jusqu’à maintenant.

« Je ne fais que jouer et espérer que des bonnes choses surviennent, a déclaré Kessel. Les choses vont bien en ce moment. »

Le pointage était de 0-0 avant le troisième tiers lorsque les Leafs ont finalement réussi à résoudre l’énigme du gardien des Bruins Tuukka Rask. Ils espèrent maintenant pouvoir poursuivre sur leur lancée de bonnes performances sur la route, eux qui ont gagné deux des trois matchs qui ont été disputés à Boston dans cette série.

Les Leafs n’ont pas pu compter sur leur joueur de centre no 1 Tyler Bozak pour la rencontre, lui qui a été retiré de la formation à la toute dernière minute en raison d’une blessure dont la nature n’a pas été dévoilée. Les Bruins ont quant à eux dû composer sans les services de leur vétéran défenseur Andrew Ference qui est demeuré à Boston, lui aussi à cause d’une blessure qui n’a pas été spécifiée.

Même si Bozak est un des meilleurs spécialistes des Leafs en désavantage numérique, son absence n’a pas trop semblé faire mal à l’équipe en début de match quand John-Michael Liles a été puni pour avoir envoyé la rondelle dans les gradins à 2:12 du premier vingt. Toronto a facilement écoulé la pénalité, réussissant quatre dégagements.

Reimer avait l’air un peu nerveux en début de deuxième tiers lorsqu’un tir des poignets de Johnny Boychuk de la pointe droite l’a battu, mais terminé sa course sur le poteau. Quelques minutes plus tard, il a cependant réalisé son plus bel arrêt de la série. Déjà sur ses genoux après avoir fait un premier arrêt, Reimer semblait hors position et vulnérable lorsque Patrice Bergeron a tenté de contourner le filet pour le déjouer. Mais Reimer a plongé pour fermer la porte avec son bloqueur, déclenchant une ovation de la foule et des encouragements enflammés.

Nazem Kadri, qui a été critiqué pour son jeu distant dans cette série, a eu un regain de vitesse et de créativité à 7:00 de la période médiane quand il s’est amené rapidement le long de la rampe sur l’aile gauche, qu’il a déjoué le défenseur Zdeno Chara et effectué un bon lancer du revers qui a touché le côté du filet.

Mais Kadri n’avait pas terminé. Il a récupéré le retour, contourné la cage de Rask et envoyé une passe parfaite en direction de James van Riemsdyk, mais le gros ailier n’a pas été en mesure de prendre un bon tir.

Les deux équipes ont continué de s’échanger des chances de marquer à mi-chemin dans la période.

David Krejci des Bruins, qui s’est amené dans le match au sommet des pointeurs des séries avec cinq buts et 11 points en cinq rencontres, a eu l’occasion d’ajouter à son avance lorsqu’il a effectué une descente à 2-contre-1 avec Nathan Horton. Krejci a choisi de lancer, mais a raté la cible. Avec un peu plus d’une seconde à faire, Phaneuf a envoyé une bombe de la pointe droite, que Rask a stoppé avec sa mitaine.

Les Leafs ont finalement ouvert la marque à 1:48 du troisième vingt. Phaneuf a repéré Kadri à la ligne bleue des Bruins et l’a rejoint avec une passe parfaite avant de foncer vers le filet. Kadri a gardé la rondelle dans le haut de l’enclave avant d’effectuer un tir puissant qui a touché à Phaneuf, avant de terminer sa course derrière Rask.

Un peu plus de six minutes plus tard, Kessel a poussé un retour de lancer dans la cage de Rask pour faire 2-0. L’entraîneur des Leafs Randy Carlyle a indiqué que Kessel avait clairement élevé son jeu d’un cran.

« Il est un marqueur naturel et il sait comment trouver et créer de l’espace, a dit Carlyle. Quand il arrive avec du retard sur la patinoire, tu peux voir à quel point il intimide avec sa vitesse et ses habiletés. »

Les Bruins, qui ont dominé les Leafs 30-26 au chapitre des lancers, ont appliqué beaucoup de pression alors que les dernières secondes du match s’écoulaient, mais Reimer était en grande forme. Il semblait en voie d’enregistrer son premier blanchissage en carrière en séries jusqu’à ce que Lucic, qui a repris vie en séries après une saison régulière ordinaire, inscrive son premier but après avoir amassé sept aides au cours des cinq premières rencontres.

Reimer, la première étoile du match, a dit qu’il ne se souciait pas de laisser entrer le premier but qui pouvait anéantir la confiance de son équipe.

« Tu ne peux pas penser comme ça, a-t-il évoqué. Tu dois continuer à jouer ton style. Parfois, une rondelle va dévier sur quelque chose et pénétrer dans le filet et parfois, elle va dévier et rester en dehors du but. Tu dois continuer à te concentrer sur ce qui t’a permis d’avoir du succès et espérer que les bonds aillent en ta faveur. On est chanceux qu’ils l’aient été ce soir. »

Claude Julien est le premier à reconnaître que son équipe n’a pas été à son meilleur au cours des six premières rencontres de la série pour plusieurs raisons.

« Je crois que ce soir on a définitivement connu des difficultés avec notre contrôle de la rondelle, a-t-il analysé. On en avait parlé avant le match et on en a parlé après la première période. Ça veut parfois dire être meilleur sur la rondelle, faire les bons jeux, lancer au lieu de chercher à faire la passe. Je ne crois pas qu’on ait très bien fait et je l’ai dit à nos joueurs, on a été une équipe un peu bipolaire toute l’année, et c’est ce que je vois en ce moment. Je crois que c’est important pour nous de ramener les bons Bruins pour le match no 7. »

 

La LNH sur Facebook