Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Penguins vs. Islanders

Les Rangers ont besoin que Rick Nash élève son jeu d’un cran

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Les Rangers ont besoin que Rick Nash élève son jeu d’un cran

GREENBURGH, N.Y. – Rick Nash a dit que son autoévaluation à la suite de ses matchs implique qu’il se penche sur les chances de marquer qu’il a obtenues, ses lancers bloqués, ses mises en échec – les statistiques habituelles qui donnent une bonne idée de la façon dont il a joué.

« Mais le plus important, c’est le pointage finale du match », a-t-il dit.

Les Rangers ont perdu le match no 5 de leur série contre les Capitals de Washington 2-1 et tirent maintenant de l’arrière 3-2, en partie parce que Nash, leur meilleur marqueur en saison régulière avec 21 buts, n’en a pas fait assez pour aider l’équipe à gagner. S’il ne se ressaisit pas lors du match no 6 dimanche (16 h 30, CNBC, TSN), il y a de bonnes chances qu’il n’ait plus d’autres occasions de le faire cette saison.

Nash n’a inscrit aucun but et amassé une seule aide au cours des cinq premiers matchs de la série. Il n’a pas effectué de lancer au but en temps réglementaire lors de la cinquième rencontre, avant d’en diriger deux en prolongation. Il mène toujours les Rangers au chapitre des tirs au but avec 19, mais huit d’entre eux ont été effectués pendant le match no 1.

En ce qui a trait à ses mises en échec, Nash en a distribuées huit en cinq matchs. L’attaquant des Rangers Mats Zuccarello, le plus petit joueur à prendre part aux séries cette année à cinq pieds sept pouces, en a obtenues 14.

Nash, qui mesure six pieds quatre pouces, a bloqué deux tirs; Zuccarello en a quatre.

« J’ai eu mes chances, mais je n’ai pas fait le travail », a-t-il répondu lorsqu’appelé à analyser sa performance lors du match no 5. « Je n’ai aucune excuse. Je dois trouver un moyen de faire le travail. »

Mais il trouve le tout de plus en plus difficile en raison de la façon dont les Capitals réussissent à le contrer.

Nash a dit à maintes reprises au cours des derniers jours que les Capitals étaient bons pour « rétrécir la zone » sur lui. Il a indiqué que la seule manière de contrer tout ça était de trouver un joueur qui s’est démarqué, parce que Washington envoie deux joueurs sur lui, alors il y a forcément un joueur des Rangers qui s’est démarqué.

Il l’a fait lors du match no 3, et ç’a mené au but gagnant de Derek Stepan, mais cette mention d’assistance est le seul point de Nash dans toute la série.

« On essaie de lui rendre la vie dure, a déclaré le défenseur des Capitals Karl Alzner à propos de Nash. Lorsqu’il est dans le coin, on tente de le contrer. »

Nash a dit qu’il le sentait bien.

« Il n’y a pas beaucoup d’espace », a-t-il déclaré.

Mais la chose que Nash n’a pas démontré encore, c’est de la colère. Les journalistes lui ont demandé après le match no 5 s’il essayait de cacher sa frustration sur la glace, mais il a répondu que ce n’était pas le cas.

« Je ne sais pas si c’est de la frustration, mais ce n’est pas une bonne chose quand tu ne peux pas aider ton équipe à gagner et faire ce que tu veux sur la patinoire », a-t-il indiqué, lui qui a inscrit un filet et amassé trois aides en neuf matchs des séries depuis le début de sa carrière.

Les joueurs qui connaissent le mieux Nash au sein du vestiaire des Rangers – ses anciens coéquipiers chez les Blue Jackets de Columbus, Derek Dorsett et Derick Brassard – soutiennent que Nash n’est pas du genre à exprimer sa frustration ou à dire à quelqu’un qu’il est affecté par une disette, le mot qui a été utilisé par le principal intéressé après la cinquième rencontre pour décrire ce qu’il vivait.

« C’est un gars qui va rester concentré peu importe ce qui arrive, a déclaré Dorsett. Ça importe peu ce que les gens vont écrire à propos de lui; il ne laisse pas ce genre de choses le déranger – du moins, il ne le démontre pas de toute façon. C’est un vrai professionnel et il continue à faire ce qu’il a à faire, il continue à travailler pour marquer ces buts. Une fois qu’il en aura inscrit un, les autres vont suivre. »

Brassard a mentionné qu’il croyait pouvoir aider Nash, surtout s’ils vont être sur le même trio comme ils l’ont été aux côtés de Zuccarello lors de la troisième période du match no 5. Le Québécois a dit que la clé sera de continuer à donner la rondelle à Nash et ensuite travailler pour se démarquer.

« Je vois un gars qui donne tout ce qu’il a, qui essaie de foncer au filet, a-t-il mentionné. Évidemment tout le monde le connaît dans la ligue et ils vont mettre toute leur attention sur lui parce qu’il est un joueur d’impact. Il travaille fort ici et je crois que [pendant le match no 6] on devra l’aider en tant que compagnons de trio pour le soutenir. Il veut gagner – il veut vraiment gagner. C’est ce qu’on voit dans le vestiaire.

« Je crois qu’on pourrait faire beaucoup de dommage [lors du match no 6]. On va devoir être bons. »

Suivez Dan Rosen sur Twitter: @drosennhl

 

La LNH sur Facebook