Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

MTL VS OTT

Les Sénateurs remportent une série signée Craig Anderson

Par Emna Achour - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Les Sénateurs remportent une série signée Craig Anderson

MONTRÉAL – Si le trophée Conn Smythe, remis au joueur par excellence des séries éliminatoires à chaque année, devait être remis aujourd’hui, il n’y a pas de doute que Craig Anderson serait au sommet de la liste des candidats.

Les Sénateurs d’Ottawa viennent d’éliminer le Canadien de Montréal en cinq matchs, et selon l’entraîneur Paul MacLean, la tenue exceptionnelle de son gardien a été l’histoire de la série.

« Craig apporte de la confiance à cette équipe de la façon dont il joue et de la façon dont il reste calme malgré la pression », a-t-il dit d’Anderson, qui n’a alloué que neuf buts en cinq rencontres et 180 lancers.

Ses statistiques ont été tout aussi impressionnantes en 24 matchs de saison régulière alors qu’il a affiché une moyenne de buts accordés de 1,69 et un pourcentage d’efficacité de ,941. Et n’eût été sa blessure, qui l’a gardé sur la touche pendant une bonne partie de la campagne, Anderson aurait aussi été un candidat plus que probable à l’obtention du trophée Vézina.

« Ce soir, il ne fait pas de doute que c’est Andy qui nous a gardé en vie, a déclaré le vétéran défenseur Chris Philipps. Et ce fut comme ça toute la série. Il y a certainement des matchs dans cette série où on a été dominés au chapitre des chances de marquer et où [le Canadien] a mieux joué que nous, mais il a toujours été là pour nous. Tu as besoin de ça pour passer au tour suivant et avoir du succès et c’est exactement ce qu’il a fait. »

Lorsqu’appelé à mettre le doigt sur ce qui selon lui avait fait la différence dans la série, MacLean n’a pas hésité très longtemps.

« Je parle souvent avec mes entraîneurs-adjoints et on se dit qu’on devrait changer le nom du sport de ‘hockey’ à ‘gardien de but’, parce que c’est vraiment ça qui fait la différence, a-t-il déclaré. Pour notre équipe, Craig Anderson a sans conteste été notre joueur par excellence dans cette série. Il a été excellent à chaque match. Parfois on plie, mais il nous donne toujours une chance de ne pas casser et de rebondir. »

Faire face à l’adversité

Comme Anderson, le défenseur étoile Erik Karlsson a été blessé longtemps et l’attaquant vedette Jason Spezza se remet toujours d’une opération au dos. Les Sénateurs ont eu leur lot de blessures cette saison, mais selon MacLean, ce qui explique qu’ils aient été en mesure de tout de même connaître du succès est en grande partie la qualité des jeunes joueurs de l’organisation.

« Ils ont tellement bien progressé, a-t-il mentionné. Et je ne parle pas seulement des joueurs de Binghamton [dans la Ligue américaine], mais aussi de Kyle Turris et Zack Smith. Leur progression a été exceptionnelle cette année et ça ne va aller qu’en s’améliorant pour notre organisation à cause des joueurs comme Jean-Gabriel Pageau également.

« On a prouvé que quand tu donnes à tes jeunes joueurs des occasions de briller et que tu les encadres avec un bon groupe qui a du leadership, ils peuvent progresser très rapidement. »

Le capitaine Daniel Alfredsson, visiblement très fier de son équipe, abondait dans le même sens.

« La grosse histoire pour nous a été je crois la contribution de beaucoup de joueurs différents, a-t-il dit. On n’a qu’à penser à Pageau, qui a joué le match de sa vie à Ottawa [en inscrivant un tour du chapeau]. Et il y a évidemment Andy qui a été spectaculaire. Notre désavantage numérique a aussi été très bon et notre jeu de puissance a fait le travail quand ça comptait. »

Mais selon le défenseur Marc Méthot, il reste quand même quelques points à améliorer en vue de la prochaine ronde.

« Pour moi, l’aspect le plus important serait de faire davantage le ménage dans notre zone, de demeurer un peu plus patient avec la rondelle et de rendre la vie plus facile pour Andy, a-t-il analysé. Mais ne vous méprenez pas, je trouve quand même qu’on a été assez solides avec notre unité défensive, mais il y a toujours place à amélioration sur ces aspects, et aussi sur notre jeu de puissance. Bon, je ne joue pas sur le jeu de puissance donc je ne devrais probablement pas trop en parler, mais je sais qu’on peut toujours s’améliorer. »

Tourner la page

Les Sénateurs ont réussi à éliminer leurs adversaires à leur première occasion, ce qui leur donnera donc quelques jours de congé de plus que leurs prochains opposants, puisqu’aucune autre série n’est encore terminée dans l’Est.

« [Le repos supplémentaire], c’est surtout bon pour les vieux », a évoqué Karlsson à la blague. Tu veux toujours gagner en quatre matchs. Tu aimerais mieux les gagner le plus vite possible si tu peux, mais c’est difficile. On va avoir besoin de quelques jours pour se regrouper, prendre soin de notre corps et recommencer à pratiquer parce qu’on devra être quelques pas en avant de ce qu’on est en ce moment. »

Leur prochain adversaire n’est pas encore connu, mais selon Karlsson, l’identité de l’équipe qu’ils affronteront en deuxième ronde importe peu.

« Je crois que toute équipe qui passe au deuxième tour est une bonne équipe, a-t-il dit. Alors ça n’a pas d’importance qui tu affrontes parce que quand tu auras à le faire, tu vas quand même devoir battre une bonne équipe. »

Dans l’éventualité où les Penguins de Pittsburgh battaient les Islanders de New York (ils mènent la série 3-2), ce sont eux qui seraient les prochains opposants de MacLean et sa troupe. Sinon, tout dépendra des résultats des deux autres séries (Capitals de Washington-Rangers de New York et Bruins de Boston-Maple Leafs de Toronto) dans l’Est.

 

La LNH sur Facebook