Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

BOS vs TOR

Krejci a de nouveau élevé son niveau de jeu pendant les séries

Par Matt Kalman - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Krejci a de nouveau élevé son niveau de jeu pendant les séries

BOSTON – Le début des séries éliminatoires de la Coupe Stanley a le même effet sur David Krejci que l’apparition de la pleine lune sur un loup-garou.

Les deux se métamorphosent en bête sauvage.

Pour la deuxième fois en trois ans, Krejci est dominant pendant les séries d’après-saison. Il mène le circuit avec 5 buts et 10 points et il a permis aux Bruins de Boston de se forger une avance de 3-1 dans leur série des quarts de finale de l’Association de l’Est contre les Maple Leafs de Toronto.

Le cinquième match sera disputé vendredi au TD Garden (19 h HE sur RDS, CBC, NHLN-US).

« J’essaie juste de faire du mieux que je peux. J’essaie de ne pas trop réfléchir et de simplement accomplir mon travail », a expliqué Krejci jeudi. La veille, il avait bouclé son tour du chapeau avec le but gagnant en prolongation lors de la quatrième rencontre de la série à Toronto.

Krejci performe dans toutes les facettes du jeu pendant les présentes séries, tout comme il l’avait fait en 2011 alors qu’il avait aidé Boston à remporter la Coupe Stanley en inscrivant 23 points en 25 matchs. Il présente un différentiel de +7 et, malgré un taux de réussite de seulement 41,7 pour cent dans le cercle des mises en jeu depuis le début des séries, il a gagné 60 pour cent de ses mises en jeu pendant la quatrième partie.

L’entraîneur des Bruins Claude Julien sait que tout le monde se demande pourquoi Krejci, qui a amassé 33 points en 47 matchs cette année et qui possède une moyenne de 0,73 point par partie en 424 matchs en carrière, n’offre pas le même rendement en saison régulière. Pendant les séries éliminatoires, sa moyenne de points par partie s’élève à 0,90.

« Certains joueurs préfèrent ce type de situations. On a déjà vu ça ailleurs dans d’autres équipes, a déclaré Julien. [Krejci] excelle pendant les séries. Il adore l’intensité et la fébrilité des séries. Il se distingue dans ce contexte. C’est toujours agréable de pouvoir compter sur ce genre de joueur dans son équipe. Jusqu’à présent, David a toujours bien fait pour nous pendant les séries. C’est bien de l’avoir parmi nous. »

Krejci est le premier à souligner l’apport de ses compagnons de trio, Milan Lucic et Nathan Horton. Les trois attaquants ont pratiquement toujours joué ensemble lorsqu’ils étaient en santé au cours des trois dernières campagnes. Horton a orchestré le jeu qui a mené au but victorieux de Krejci dans la quatrième rencontre en dégageant la rondelle de son territoire alors qu’il était frappé par le défenseur des Maple Leafs Dion Phaneuf. Puis, Lucic a foncé au filet pour permettre à Krejci de se démarquer et de déjouer le gardien de but James Reimer.

C’est comme ça depuis que les Bruins ont fait l’acquisition de Horton des Panthers de la Floride en juin 2010 et qu’ils ont appris que Marc Savard souffrait du syndrome post-commotion cérébrale. Julien a alors promu Krejci du troisième trio à la première unité entre les deux robustes attaquants. Ils forment depuis l’un des meilleurs trios de la ligue.

« Ça n’a pas cliqué immédiatement, a rappelé Krejci. Je savais ce que [Lucic] pouvait faire. Je savais quel genre de joueur était [Horton] pour l’avoir déjà affronté, mais on apprécie encore plus son talent quand on joue avec lui ou simplement quand on le regarde à l’entraînement. Il a un excellent sens du hockey. Il est probablement sous-estimé à ce chapitre. C’est amusant de jouer avec ces deux gars-là. »

Sans Horton le printemps dernier, Krejci a été limité à trois points alors que les Bruins ont été éliminés en sept parties par les Capitals de Washington au premier tour. Cette saison, ce trio a éprouvé des difficultés : Krejci a manqué de constance, Lucic n’a compté que 7 buts et Horton n’a récolté que 22 points. Julien l’a même démantelé à quelques occasions, mais il a décidé de le réunir au début des séries.

Lucic et Horton s’occupent de la sale besogne pendant que Krejci dirige le tout. Les séries éliminatoires deviennent son terrain de jeux.

« Il fait tout », a déclaré Horton au sujet de Krejci. « Les gens disent que c’est un bon passeur, mais il peut aussi compter des buts, jouer de façon défensive et frapper. Je crois qu’il est capable de tout faire et c’est ce qui le rend spécial. Il est en train de montrer à tout le monde à quel point il est spécial. »

Les séries éliminatoires sont aussi spéciales et c’est le moment qu’attendent les joueurs spéciaux pour briller.

 

La LNH sur Facebook