Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Penguins vs. Islanders

Les Islanders ont pleinement confiance en Evgeni Nabokov

Par Brian Compton - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

Partagez avec vos amis


Les Islanders ont pleinement confiance en Evgeni Nabokov

UNIONDALE, NY – Evgeni Nabokov sera le premier à vous dire que ses statistiques en quatre matchs des séries 2013 ne sont pas extraordinaires.

Sa moyenne de buts alloués est de 4,55. Son pourcentage d’efficacité est de ,846.

Ces statistiques pourraient vous faire croire que Nabokov et les Islanders de New York ont été balayés par les Penguins de Pittsburgh dans leur série quarts de finale dans l’Est.

Pas si vite.

Dans un autre match rempli de hauts et de bas mardi, les 27 arrêts de Nabokov ont été suffisants pour aider les Islanders à égaler la série à deux victoires de chaque côté grâce à un gain de 6-4 au

Nassau Veterans Memorial Coliseum.

La série sera de retour à Pittsburgh pour le match no 5 jeudi (19 h 00; NBCSN, TSN). Mais considérant la puissance et le talent offensif des Penguins, il s’agira simplement de connaître un bon match pour espérer récolter la victoire.

« Si tu regardes les buts, ils ont marqué de beaux buts, ils ont marqué avec leurs bâtons, avec leurs pieds... Je crois que le plus important, c’est de passer rapidement au tir suivant, a mentionné Nabokov. J’ai essayé de faire les arrêts et de faire confiance aux gars qui s’occupent du reste. »

C’est exactement ce qui a transparu lors du troisième tiers du match no 4. Nabokov a repoussé 11 des 12 tirs qui ont été dirigés vers lui, le plus important survenant à mi-chemin de la période lorsqu’il a volé un but à Pascal Dupuis grâce à un arrêt de la jambière, alors que l’ailier des Penguins s’amenait à toute vitesse dans l’enclave.

Quelques instants plus tard, John Tavares a marqué ce qui s’est avéré être le but de la victoire.

Nabokov a été appelé à dire s’il croyait que ses coéquipiers avaient obtenu un regain d’énergie à la suite de son arrêt spectaculaire, sans doute le plus important de la rencontre.

« Je ne sais pas, je l’espère, a-t-il répondu. À ce stade-ci, tu ne veux pas trop réfléchir. Tu essaies juste de faire l’arrêt. Tu accordes quatre buts, trois buts, cinq buts... mais tu veux simplement te concentrer à faire le prochain arrêt. »

Nabokov savait que Pittsburgh allait obtenir des chances de marquer en troisième période, surtout après que le défenseur des Islanders Andrew MacDonald eut subi une blessure au haut du corps après avoir été atteint par un lancer frappé en deuxième. Alors que New York ne pouvait compter que sur cinq défenseurs, les Penguins ont créé des ravages en zone offensive, mais l’équipe de

Nabokov a joué de façon disciplinée pendant la période et a trouvé un moyen d’égaler la série.

« On savait que la soirée de A-Mac était terminée, alors on s’est assuré d’éviter le banc des pénalités, a indiqué Nabokov. C’était la clé pour nous je pense. Si on avait écopé de pénalités, je crois que nous aurions été dans le trouble contre cette équipe. »

Une équipe qui a réinséré James Neal dans sa formation après que l’attaquant des Penguins eut raté les matchs no 2 et 3 en raison d’une blessure au bas du corps. Il a rejoint un groupe qui peut se vanter d’avoir deux des meilleurs joueurs de centre au monde en Sidney Crosby et Evgeni Malkin – en plus des talentueux ailiers comme Dupuis, Chris Kunitz et Jarome Iginla.

Est-ce la raison pour laquelle les statistiques de Nabokov ne sont pas parmis les meilleures de la ligue?

« Avant la série, si quelqu’un croyait que Pittsburgh n’allait pas marquer, alors il aurait mieux valu suivre une autre série, avait déclaré l’entraîneur des Islanders Jack Capuano avant le match no 4. Ils figurent au sommet de la LNH au chapitre des buts marqués, ils ont de l’expérience, les joueurs qu’ils ont acquis [à la date limite des transactions]... Ils ont d’excellents joueurs. Et quelques défenseurs qui sont capables de s’impliquer dans le jeu de transition.

« Chaque match est un défi. Un test. C’est comme ça que ça se déroule parfois. Mais j’ai totalement confiance en Nabokov, je sais qu’il peut faire le travail pour nous. »

Il devra le refaire lors du match no 5, alors que les Penguins vont probablement connaître un bon départ au Consol Energy Center dans l’espoir de venger leur défaite de mardi au Nassau Coliseum. Considérant le niveau d’expérience au sein du vestiaire de Pittsburgh, Nabokov sait que les Penguins ne s’attarderont pas trop longtemps sur ce qui s’est passé lors du match no 4.

« Je ne crois pas qu’il y ait de la peur dans leur vestiaire parce qu’ils en ont vu d’autres, a-t-il dit. Ils savent ce que ça prend pour gagner. Ils ont évidemment remporté la Coupe Stanley [en 2009]. Ils ont de l’expérience. On ne s’attend pas à ce qu’ils aient peur du tout. »

Si les Islanders ont démontré un peu de peur lors de leur défaite de 5-0 au premier match, ils l’ont très certainement surmontée depuis. Nabokov, un des quelques joueurs de ce vestiaire à déjà avoir pris part aux séries éliminatoires, a hâte de voir à quel point les Islanders ont grandi depuis qu’il s’est amené à New York à l’automne 2011.

« La passion de cette équipe est incroyable, a-t-il mentionné. On fait des erreurs, mais la passion, le désir, le coeur... J’essaie de ne pas être aussi émotif que les gars et j’essaie de rester calme et d’être prêt à faire face à toute situation. »

 

La LNH sur Facebook