Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

ANA vs DET

Sheldon Souray a comblé les attentes des Ducks

Par Corey Masisak - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Sheldon Souray a comblé les attentes des Ducks

DETROIT - Corey Perry se souvient encore de la première fois qu’il a vu un tir frappé de Sheldon Souray se diriger vers lui au camp d’entraînement des Ducks d’Anaheim.

Souray venait de se joindre aux Ducks à titre de joueur autonome en provenance des Stars de Dallas, et Perry est l’un des attaquants qui doit se placer devant le filet adverse, il savait donc que ce moment arriverait à un moment donné durant un entraînement.

« Je ne me sentais pas bien », a admis Perry en secouant la tête et en riant, lundi au Joe Louis Arena. « Dieu merci, j’ai eu le temps de me retourner un peu et la rondelle m’a touché à l’arrière. Ce n’est pas plaisant du tout d’être atteint par son tir.

« C’est apeurant, il a probablement l’un des tirs les plus puissants de la ligue et il tire pour marquer. Quand vous êtes placés devant le filet, vous savez que la rondelle va se diriger vers vous, tu essaies seulement de t’enlever du chemin. »

Souray a été un précieux atout pour les Ducks cette saison. Une année après avoir effectué un retour dans la LNH avec les Stars, il a signé un contrat avec les Ducks et il a été l’un de leurs meilleurs défenseurs durant la saison régulière.

Il a néanmoins été retiré de la formation dans le troisième match de la série contre les Red Wings de Detroit, même s’il n’était pas blessé, car Luca Sbisa est revenu au jeu. Lundi matin, il avait retrouvé François Beauchemin, son compagnon à la ligne bleue pendant la saison, puisque Toni Lydman souffre d’une blessure à la tête après avoir été mis en échec par Justin Abdelkader.

« Ce n’est pas plaisant d’être retranché surtout à ce temps-ci de la saison, a déclaré Souray. Mais c’est ça, tous les joueurs vous diront qu’ils préfèrent jouer… Mais l’équipe passe avant tout, et les gars ont bien joué, ils ont très bien joué. Je suis content et fier d’eux. On méritait amplement la victoire, peu importe qui joue, notre responsabilité est de faire gagner l’équipe. »

Souray a eu un parcours intéressant pour atteindre les séries éliminatoires, lui qui n’avait pas joué au printemps depuis 2006 alors qu’il jouait avec le Canadien de Montréal.

Après avoir signé un lucratif contrat de cinq ans d’une valeur de 27 millions $ avec les Oilers d’Edmonton à l’été 2007, Souray a raté une grande partie de ses trois premières saisons avec eux en raison de blessures.

Quand les Oilers ont décidé de se tourner vers les jeunes joueurs, Souray ne faisait plus partie des plans. Incapables de l’échanger en raison de son contrat, les Oilers l’ont cédé à une équipe de la Ligue américaine. Mais au lieu de l’envoyer à leur club-école, ils l’ont prêté aux Bears de Hershey, affiliés aux Capitals de Washington.

« Ce n’était définitivement pas une expérience idéale ou quelque chose que j’avais prévu. Les choses arrivent et tu dois composer avec, mais ce ne fut pas une mauvaise expérience, a déclaré Souray. Je me suis fait des amis et c’est toujours la deuxième meilleure ligue du monde. J’étais entouré de plusieurs joueurs affamés, plusieurs joueurs qui voulaient atteindre la LNH. Ce fut amusant de quitter le luxe et la pression et d’être entouré de gars qui voulaient simplement jouer au hockey. Ce fut rafraîchissant. »

Il a passé la saison 2010-11 à voyager en autocar avec les Bears. À cette époque, l’entraîneur en chef des Ducks, Bruce Boudreau, et son adjoint, Bob Woods, dirigeaient les Capitals. Les deux avaient déjà dirigé les Bears et ils avaient gardé des liens étroits avec la communauté de Hershey.

Même si les Bears n’étaient pas la propriété des Capitals, le personnel d’entraîneurs fournissait des rapports sur Souray et les autres joueurs, des rapports qui étaient toujours positifs. Un autre joueur aurait pu bouder cette rétrogradation, mais pour Souray, il en n’était pas question. Il a raté quelques matchs en raison d’une fracture à une main survenue dans une bagarre alors qu’il était venu à la défense d’un coéquipier. Mais, il a tout de même aidé les Bears à participer aux séries éliminatoires après avoir connu une bonne saison à l’attaque.

« Je continuais à jouer au hockey et j’étais toujours payé, a déclaré Souray. Je croyais que je pouvais encore jouer à ce calibre. Si j’avais été cédé aux mineures parce que je ne pouvais plus tenir mon bout, je me serais dit : ‘Hey, ça ne sent pas bon, ce n’est pas la manière que je voulais que ça se termine.’ Mais, je ne me retrouvais pas dans cette situation. J’ai donc toujours cru qu’il y avait une lumière au bout du tunnel. Je me suis convaincu d’y aller, d’être un bon soldat, un bon coéquipier et les choses se sont bien déroulées. Je suis bien content de l’avoir fait. »

Boudreau n’a joué aucun rôle dans la venue de Souray avec les Ducks, mais le personnel d’entraîneurs savait à quoi s’en tenir avec un vétéran en raison de leurs relations avec les gens à Hershey.

« Tout le crédit revient à Bob (Murray) », a déclaré Boudreau au sujet du directeur général des Ducks. « Il a fait un choix judicieux en lui faisant signer un contrat. Il s’agit d’un autre joueur qui est passé sous le radar, que l’on retrouve à Anaheim et qui a bien fait pour nous. »

Souray a effectué un retour dans la LNH la saison dernière avec les Stars où il a connu un bon départ. Il a terminé avec six buts et 21 points en 65 matchs, et il a démontré qu’il possédait toujours son puissant tir et qu’il jouait toujours de façon robuste, ce qui en avait fait une vedette à Montréal.

Les Ducks ont raté les séries éliminatoires la saison dernière et l’une des tâches de Murray au cours de l’été était d’améliorer la profondeur de l’équipe à la ligne bleue. En plus de Souray, les Ducks ont acquis le vétéran Bryan Allen, ce qui permettait aux jeunes Sbisa et Cam Fowler de gagner en expérience. C’est sans oublier que Beauchemin a connu une excellente saison, la brigade défensive est donc passée de faible à forte.

« Il a été incroyable pour nous, non seulement sur la glace, mais aussi à l’extérieur, a dit Sbisa. Il est un vétéran et des jeunes comme Cam et moi n’avons qu’à le regarder pour nous préparer aux matchs. C’est plutôt impressionnant. Il n’est pas le plus jeune, mais il peut encore jouer 22, 23 minutes par match. Tu dois être préparé pour faire cela, match après match.

« Je ne le connaissais pas avant son arrivée, mais Saku (Koivu), qui a joué avec lui à Montréal, et Andrew Cogliano, qui a été son coéquipier à Edmonton, ne m’ont dit que de bonnes choses à son sujet. Il a été un précieux atout pour nous. »

Et d’ajouter Perry: « Il s’est vraiment bien intégré à l’équipe. Il est un leader dans le vestiaire. Avant les matchs, il est l’un de ceux qui parlent dans le vestiaire, il rappelle à chacun quoi faire. On peut voir ce qu’il veut. C’est son opportunité de faire une bonne impression et de gagner la coupe Stanley. Nous jouons au hockey pour gagner des championnats et aider ceux qui n’ont pas encore gagner de le faire. »

Après que Souray eut signé un contrat d’un an avec les Stars pour prouver qu’il pouvait encore jouer dans la LNH, les Ducks lui ont offert une entente de trois ans d’une valeur de 11 millions $. Ce fut un bon accord pour les deux parties, les Ducks ont ajouté un expérimenté défenseur qui peut être utilisé de nombreuses minutes et qui a eu un impact majeur sur leur unité en avantage numérique. Pour sa part, Souray s’est rapproché de ses jeunes enfants qui vivent dans le sud de la Californie.

« Les Stars m’ont offert une grande opportunité et j’en suis reconnaissant à toute l’organisation et à Joe Nieuwendyk. Ils m’ont offert la chance de revenir dans la ligue et de prouver que je pouvais encore jouer dans ce calibre, a dit Souray. Je les remercie, mais je suis aussi reconnaissant pour l’organisation des Ducks qui m’a permis de combler ma vie professionnelle, mais aussi ma vie personnelle. Je chéris probablement cela encore plus que toute autre chose. Ce fut une saison plaisante. Il n’y pas un jour que je me suis senti comme j’allais travailler. »

Suivez Corey Masisak sur Twitter: @cmasisak22

 

La LNH sur Facebook