Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

MTL VS OTT

La tension augmente entre le Canadien et les Sénateurs

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

Partagez avec vos amis


La tension augmente entre le Canadien et les Sénateurs

OTTAWA – Quelqu’un se souvient du temps où les Sénateurs d’Ottawa et le Canadien de Montréal n’étaient pas considérés comme des rivaux?

Les deux équipes ont montré à quel point elles se détestaient en troisième période du match no 3 de leur série dimanche soir, alors que 210 des 236 minutes de pénalité au total ont été distribuées lors du troisième tiers de la victoire des Sénateurs 6-1 à la Place Banque Scottia.

« C’est devenu un peu stupide à la fin, a déclaré l’entraîneur Paul MacLean. Mais c’est ça le hockey. »

Lorsque Kyle Turris a marqué pour faire 4-1 à 7:00 de la troisième, l’entraîneur du Canadien Michel Therrien a envoyé Ryan White, Travis Moen, Colby Armstrong, Francis Bouillon et Jarred Tinordi pour prendre la mise en jeu. MacLean a répliqué avec Chris Neil, Matt Kassian, Zack Smith, Jared Cowen et Chris Phillips.

Tout de suite après que l’arbitre eut déposé la rondelle sur la patinoire, White a donné un coup de bâton derrière la jambe de Smith et la bagarre générale a éclaté.

« Il y avait eu un peu de bousculade après la mise en jeu, ensuite un joueur prend son bâton à deux mains et frappe un joueur à la jambe, a dit MacLean. Je n’avais pas vu ça depuis longtemps dans la Ligue nationale de hockey. Mais c’est ça le hockey, ce sont des choses qui arrivent. Je crois qu’on a bien réagi considérant les circonstances et nous nous sommes bien défendus. »

Les cinq joueurs qui se trouvaient sur la patinoire ont jeté les gants – alors que les Sénateurs ont gagné chacun des combats – et huit joueurs ont écopé d’une inconduite de partie. Les deux seuls joueurs à ne pas avoir été expulsés selon la feuille de pointage officielle sont Cowen et, étrangement, White, même si ni l’un ni l’autre n’a rejoué dans le match.

« On n’essayait pas d’envoyer un message, a expliqué Neil. Si tu regardes le jeu, c’est White qui initie le tout. Ça n’a rien à voir avec nous, mais nous avons répondu à l’appel et nous nous sommes tenus debout. Notre groupe est tissé serré et c’est pour cette raison que nous sommes en séries. »

Le défenseur du Canadien P.K. Subban, qui a été visé toute la soirée, a évacué sa frustration sur

Turris à 8:31 – au moment où le pointage indiquait 5-1 pour Ottawa – et a aussi été expulsé de la rencontre. Le robuste attaquant du CH Brandon Prust a reçu une pénalité majeure pour coup de coude sur Cory Conacher, qui s’est ensuite battu avec Brendan Gallagher à 16:58.

À ce moment-là, les Sénateurs avaient 10 joueurs à leur disposition et le Canadien en avait 11, ce qui laissait beaucoup d’espace libre sur les deux bancs.

« Il y avait beaucoup de gars là-dedans », a évoqué Neil à propos du vestiaire des Sénateurs. « Nous avions six ou sept joueurs qui avaient été laissés de côté aussi, alors le vestiaire était vraiment plein. Il y avait plus de gars là-bas que sur la glace. »

Vers la fin du match, le défenseur du CH Josh Gorges a effectué un tir frappé puissant avec la supposée intention d’atteindre Turris, peu de temps après que MacLean eut appelé un temps d’arrêt alors qu’il restait 18 secondes à faire, une stratégie qui n’a pas plu du tout à Therrien.

« Tu ne veux jamais humilier l’autre équipe, et c’est exactement ce que MacLean a voulu faire, a dit Therrien. Pour moi, ça n’avait vraiment pas de classe.

« Même quand j’en ai parlé avec l’arbitre, il m’a dit qu’il n’avait jamais vu quelqu’un prendre un temps d’arrêt avec 17 secondes à écouler. C’était 6-1. »

MacLean a soutenu que le temps d’arrêt avait été appelé pour s’assurer qu’aucun de ses joueurs ne se blesse.

« Il me restait 10 joueurs sur mon banc, je les ai envoyés sur la patinoire et je ne savais pas ce qui allait se produire par la suite, a répliqué MacLean. Je me sentais mal pour les arbitres, mais ils ne voulaient pas me laisser ramener mes joueurs au banc pour que je leur explique ce que je voulais qu’ils fassent. Alors mon seul recours était de prendre un temps d’arrêt parce que je ne voulais pas que quelqu’un se blesse.

« Pour protéger mes joueurs dans les circonstances causées par le Canadien de Montréal, j’ai été obligé de protéger mes joueurs. Je le referai à chaque fois. »

Lorsqu’on lui a dit que Therrien l’avait accusé d’essayer d’humilier le CH, MacLean a répliqué instantanément.

« Je crois qu’ils sont assez capables de le faire eux-mêmes, a-t-il dit. Ils n’ont pas eu besoin de mon aide du tout. »

Le match no 4 de la série aura lieu mardi à Ottawa.

À suivre.

 

La LNH sur Facebook