Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

MTL VS OTT

MacLean: « Je suis peut-être costaud, mais je ne suis pas gros »

Par Erin Nicks - Correspondante LNH.com

Partagez avec vos amis


MacLean: « Je suis peut-être costaud, mais je ne suis pas gros »

OTTAWA – Dans ce qui a facilement été le point de presse le plus amusant de Paul MacLean depuis son arrivée à Ottawa, l’entraîneur des Sénateurs a discuté du statut de Jason Spezza, de la composition de ses trios et des récents commentaires de Brandon Prust, du Canadien, tout ça après l’entraînement facultatif de son équipe samedi après-midi.

Les Sénateurs et le Canadien se disputeront le troisième match de leur série à Ottawa, dimanche à 19 h 00.

MacLean a indiqué que Spezza, opéré pour une hernie discale le 27 janvier, a pris part à une « séance publique de patinage » samedi matin, mais qu’il n’est toujours pas prêt d’un retour au jeu.

Kyle Turris, qui a rempli le rôle de centre numéro un en l’absence de Spezza, a été déplacé à plusieurs reprises depuis le début de la série. Lors du deuxième match, Jean-Gabriel Pageau a passé du temps au sein du premier trio et certains se sont demandé si l’entraîneur était insatisfait du travail de Turris.

« Kyle a connu une saison remarquable et il travaille fort dans les séries, a noté MacLean. Souvent quand on le déplace c’est pour lui fournir un nouveau point de vue et le faire jouer contre d’autres défenseurs. Si une équipe utilise ses meilleurs joueurs contre lui, peut-être qu’on va l’opposer à ses deuxièmes meilleurs. C’est le genre de choses qu’on fait pour générer de l’attaque. »

MacLean a évidemment été interrogé sur sa guerre de mots avec les joueurs et l’entraîneur du Canadien Michel Therrien, qui a été offusqué qu’il parle de Raphael Diaz comme du « numéro 61. » Brandon Prust a aussi fait des vagues quand il a traité MacLean de « gros morse aux yeux exorbités. »

« Je ne sais même pas qui porte le numéro 61 dans mon équipe, a blagué MacLean. Allez-vous me le reprocher? Il y a plusieurs numéros et plusieurs noms à retenir. Si ça le blesse, oh mon Dieu, je m’en excuse. Si c’est une guerre de mots, je ne le vois pas. Je travaille fort à m’occuper de ma propre équipe.

« En ce qui concerne Prust, bien… des yeux exorbités, on ne m’avait jamais dit ça avant. C’est nouveau. Morse? C’est trop facile. Mais je vais vous dire une chose: je ne suis pas gros. Je suis peut-être costaud, mais je ne suis pas gros. Je me sens insulté. »

MacLean a aussi fait savoir qu’une dizaine de joueurs seraient rappelés de Binghamton pour demeurer dans les parages de l’équipe. Certains vont s’entraîner avec les joueurs réguliers et d’autres vont constituer les « Black Aces », une sorte d’équipe de réserve en cas de blessures.

« En passant, je ne connais pas leurs noms ou leurs numéros », a dit MacLean en souriant.

On lui a alors rappelé que c’est André Benoit qui a le numéro 61 chez les Sénateurs.

« Oh merci, a-t-il dit. Je ne voudrais pas tout mêler. »

 

La LNH sur Facebook