Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

MTL VS OTT

Place à la fébrilité à quelques heures du match no 1 de la série Canadien-Sénateurs

Par Emna Achour - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Place à la fébrilité à quelques heures du match no 1 de la série Canadien-Sénateurs

BROSSARD – Le Canadien de Montréal a tenu ce matin sa toute dernière séance d’entraînement avant le début de sa série quarts de finale dans l’Est face aux Sénateurs d’Ottawa, et la tendance était à l’excitation dans le vestiaire du Tricolore.

Mais malgré la fébrilité dans l’air, Brendan Gallagher – un des cinq joueurs qui en seront à leur première expérience en séries éliminatoires avec Alex Galchenyuk, Max Pacioretty, Jarred Tinordi et Raphael Diaz – assure que leur préparation en vue du match no 1 de la série aide à réduire le niveau de stress.

« J’ai assez bien dormi, a-t-il mentionné. Je vais sûrement devenir de plus en plus nerveux au fur et à mesure qu’on s’approchera du début du match, mais pour l’instant ça va. Je crois on s’est bien préparé depuis ce week-end, et tout ce qu’il reste à faire maintenant c’est de jouer. »

Pour Gallagher, la clé sera de demeurer fidèle au style de jeu qui lui a permis de connaître du succès cette saison.

« Je vais continuer à jouer de la même façon en ne changeant absolument rien, a-t-il dit. Ce n’est pas parce qu’on est en séries que ça signifie qu’il faut que j’apporte des modifications à mon style de jeu. »

Tinordi, qui a fait partie de l’édition 2011-12 des Knights de London qui s’est rendue jusqu’en finale de la Coupe Memorial avant de s’incliner face aux Cataractes de Shawinigan, a tenté d’établir des similitudes entre les séries éliminatoires au niveau junior et celles du niveau de la LNH.

« C’est évidemment différent dans le sens où là c’est la Ligue nationale de hockey, comparativement à ce que c’était dans le junior, a-t-il analysé. Mais quand on regarde la préparation, quand j’étais [avec les Knights] je voulais me préparer de la même manière avant chaque rencontre, alors c’est vrai que c’est la même chose pour la LNH, je veux tout autant me préparer de la même façon en ce moment. Ce sera important de garder la même routine et de jouer comme je me suis habitué à le faire. »

Pour le défenseur format géant, garder sa routine intacte est également une façon d’éviter de se laisser déconcentrer par le stress.

« Je crois que c’est aussi une question de confort, a-t-il ajouté. Quand tu commences à changer certaines habitudes tu te mets à réfléchir et à ne penser qu’à ces changements. Préserver la même routine est une façon de trouver une paix d’esprit, comme ça la seule chose à laquelle tu dois penser, c’est de jouer. »

Un statut de négligés

Même s’il a terminé la saison régulière au deuxième rang dans l’Est, il semble que le CH ait toujours eu besoin de prouver sa valeur aux yeux du reste de la Ligue. Josh Gorges n’y voit cependant pas d’inconvénients.

« Je veux dire, on s’est amené en début de saison en ayant terminé la précédente au dernier rang, a-t-il commencé. Alors je comprends les gens qui ne nous donnaient aucune chance de se rendre où on est aujourd’hui.

« Mais les gens à l’extérieur de ce vestiaire ont leur propre opinion et ils en ont le droit, mais on ne s’y attarde pas vraiment. Il faut qu’on se concentre sur notre équipe. Nous connaissons notre adversaire, nous savons que ce sera tout un défi parce qu’ils forment une excellente équipe, et c’est sur cela et rien d’autre qu’on doit mettre toute notre énergie.

Lars Eller s’est quant à lui montré un peu plus incisif par rapport à la question.

« Je ne sais pas qui a dit [que nous étions des négligés], mais ils ne connaissent probablement pas grand-chose au hockey, a-t-il déclaré. Nous avons confiance en nous peu importe ce qu’un analyste ou un pseudo-expert va en dire. Je crois que nous avons joué du très bon hockey pendant 90 pour cent de la saison, et il y a énormément de choses encourageantes à dire à propos de notre équipe. »

Sur un plan plus personnel, l’entraîneur Michel Therrien se retrouvera derrière le banc du Canadien en séries pour une première fois depuis la saison 2001-02, alors que l’équipe avait affronté des rivaux familiers.

« C’est toujours des moments dont tu te souviens, a-t-il indiqué. Je me rappelle encore des séries d’il y a 10 ans contre les Bruins de Boston. On avait fait les séries de peine et de misère et on avait joué contre Boston, qui avait fini premier, et on avait réussi à gagner cette série-là. Ce sont des moments dont tu te souviens pour le reste de ta vie et ce soir, c’est un autre chapitre qui commence. »

 

La LNH sur Facebook