Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

MTL VS OTT

Les Sénateurs veulent faire taire la foule du Centre Bell

Par Richard Milo - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Les Sénateurs veulent faire taire la foule du Centre Bell

MONTRÉAL – Aussi prêts et bien préparés que le Canadien de Montréal, les Sénateurs d’Ottawa ont tenu un léger exercice en matinée en vue du premier match de la série quarts-de-finale de l’Association de l’Est au Centre Bell, jeudi soir.

Arrivés à Montréal dans la soirée de mardi, la troupe de l’entraîneur-chef Paul MacLean a profité des derniers jours pour mettre la dernière main à sa stratégie contre le Canadien, qui a pris la deuxième place dans l’Est et terminé au premier rang dans la section Nord-Est.

En se référant au classement, MacLean a expliqué pourquoi il clame que les Sénateurs sont les négligés même si plusieurs observateurs sont d’avis qu’ils sont capables d’éliminer le Canadien.

« J’essaie d’être réaliste, a-t-il expliqué. Nous sommes classés septièmes et je ne suis pas prêt à dire ce qu’on n’est pas. Est-ce que j’aimerais qu’on soit les premiers favoris ? Absolument. Mais nous sommes classés septièmes. Nous sommes les négligés. »

Les Sénateurs ont été éprouvés par les blessures cette saison et peu de gens leur donnaient des chances quand ils ont perdu les services de Jason Spezza, leur meilleur joueur de centre, et de leur défenseur étoile Erik Karlsson. De plus, ils ont été privés de leur excellent gardien Craig Anderson pendant 18 matchs.

Toujours en réhabilitation, Spezza est resté à Ottawa mais Karlsson a pris part aux trois derniers matchs de la saison après être revenu au jeu plus tôt que prévu à la suite d’une déchirure au tendon d’Achille. Quant à Anderson, il est complètement remis de sa blessure à une cheville et il affrontera le Canadien lors du premier match.

« Ce qui est important dans notre équipe et nos succès c’est notre groupe de leaders, a souligné MacLean en expliquant que la mentalité de son équipe n’a pas changé au cours de la saison. Nous avons toujours les mêmes attentes et les mêmes habitudes de travail. Le retour de nos joueurs blessés ne fait qu’améliorer la qualité de notre jeu. »

Le premier but

Le capitaine Daniel Aldredsson, qui totalise 47 buts et 43 passes en 111 matchs éliminatoires, s’attend à ce qu’il y ait beaucoup d’atmosphère et il est d'avis qu’il sera important pour les Sénateurs d’inscrire le premier but du match.

« Ce fut agréable d’avoir quelques jours pour se préparer après une saison plutôt intense, a-t-il avoué. Il serait bon qu’on joue comme on est capable et qu’on connaisse un bon départ.

« Ce sera bruyant, a-t-il poursuivi. Sur la route, on essaie toujours de faire taire la foule avec le premier but. Ce sera notre objectif de marquer le premier but pour sortir la foule du match. »

Le gardien Craig Anderson, qui affrontera Carey Price, a ajouté une pointe d’humour en ce qui concerne la foule au Centre Bell.

« Je ne comprends pas le français (!) et c’est peut-être un bonne chose », a –t-il lancé à la blague.

« Il y aura de l’énergie dans la foule et ici, a-t-il noté plus sérieusement, les gens connaissent bien le hockey. Ils en raffolent et ils comprennent bien ce qui se passe sur la patinoire. »

« Les partisans et l’ambiance seront électriques ce soir, a renchéri Maclean. C’est le Canadien, la concession la plus prestigieuse dans le hockey. J’espère que nos joueurs pourront se nourrir de cette énergie. »

En séries éliminatoires, Anderson présente une fiche de 5-8 et Price, 8-15. Le gardien no 1 des Sénateurs a conservé une excellente moyenne de buts alloués de 1,69 et un taux d’efficacité de ,941 en 24 présences.

« On a gardé le jeu simple et on ne s’est pas éloigné de ça, a-t-il précisé pour expliquer les succès des Sénateurs malgré les blessures. Personne n’a essayé de faire le travail de l’autre ou encore d’en faire trop. »

En séries éliminatoires, Anderson présente une fiche de 5-8 et Price, 8-15.

Repos bénéfique

Karlsson, qui n’a pris part qu’à 17 matchs cette saison, a précisé que le repos des derniers jours a été profitable aux Sénateurs.

« On avait besoin de repos et on l’a obtenu », a-t-il dit avant de parler de la série qui s’amorcera jeudi soir.

Est-il surpris que le Canadien soit favori ?

« Ils ont fini deuxième et nous, septièmes, a-t-il rappelé. On ne sait pas qui va gagner. On n’a pas encore joué et les gens peuvent choisir qui ils veulent. Mais je pense qu’ils ont été une meilleure équipe que nous pendant toute la saison régulière. »

Le Canadien a affronté les Sénateurs à quatre reprises en saison régulière (2-1-1) et aucune des deux équipes n’a remporté la victoire sur la patinoire de l’adversaire.

« Il faudra faire en sorte qu’ils méritent leurs occasions, a affirmé Karlsson. L’important pour nous sera de ne pas être trop nerveux et on a des joueurs expérimentés pour nous aider. »

Cinq joueurs du Canadien disputeront leur premier match de leur carrière en séries éliminatoires. Ce sont Max Pacioretty, Raphael Diaz, Brendan Gallagher, Alex Galchenyuk et Jarred Tinordi.

Pageau un peu stressé

Du côté des Sénateurs, il y en aura quatre : Mika Zibajejad, Cory Conacher, le défenseur Eric Gryba et Jean-Gabriel Pageau, qui a marqué le but gagnant des Sénateurs lors du dernier match de la saison.

« Je suis un peu stressé, a-t-il avoué. J’avoue que ça s’est bien passé hier. J’ai bien dormi mais dans la pratique ce matin, je me sentais un peu nerveux. Je suis certain que ça va passer. »

En neuf matchs, Pageau a réussi deux buts et deux passes et tout va bien pour lui depuis quelques temps.

« Des fois, c’est difficile à croire mais j’essaie de me mettre dans la tête que j’ai ma place ici, que je fais partie de l’équipe et que maintenant, je dois travailler fort pour les aider à gagner. »

Plus expérimenté, Guillaume Latendresse était beaucoup plus calme même s’il s’agira de sa première participation aux séries éliminatoires en cinq ans.

« Je me sens calme et je suis bien, a-t-il confié. Ça fait deux ou trois jours que je me prépare pour savoir comment je vais arriver dans le match. Mon objectif sera de baisser mon niveau d’émotions en me disant que c’est un match comme les autres.»

 

La LNH sur Facebook