Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

MTL VS OTT

Les gros défenseurs des Sens auront-ils le dessus sur le CH?

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

Partagez avec vos amis


Les gros défenseurs des Sens auront-ils le dessus sur le CH?

MONTRÉAL – Les équipes qui souhaitent ralentir l’attaque équilibrée du Canadien de Montréal doivent être en mesure de suivre ses rapides attaquants et de les frapper… si elles sont capables de les rattraper.

Les Sénateurs d’Ottawa, qui affronteront le Canadien au premier tour des séries éliminatoires de la Coupe Stanley, sont probablement la meilleure formation de l’Association de l’Est à ce jeu.

Le retour quasi miraculeux d’Erik Karlsson a retenu l’attention à Ottawa, mais celui de Jared Cowen, qui s’est remis plus vite que prévu d’une chirurgie à la hanche, permet aux Sénateurs de compter sur une défense costaude, mobile et robuste. Cette brigade a le potentiel de neutraliser la vitesse du Canadien.

L’ajout de Cowen (6 pieds 5 pouces et 230 livres) à un groupe qui comprend Marc Methot (6 pieds 3 pouces et 231 livres), Chris Phillips (6 pieds 3 pouces et 221 livres) et le prometteur Eric Gryba (6 pieds 4 pouces et 222 livres) permet aux Sénateurs de compter sur quatre arrières qui savent utiliser leur imposant gabarit.

« Les matchs des séries sont toujours robustes, surtout les premiers. On a préconisé ce style par moment cette année à Ottawa et on va inciter notre groupe à le faire [jeudi] », a admis l’entraîneur des Sénateurs Paul MacLean. « Mais la vitesse et la rapidité de notre jeu constituent aussi une part importante de notre style. Montréal ne mise que sur la vitesse et il faut pouvoir les suivre. Si on ne peut pas les rattraper, on ne peut pas les frapper. »

Le Canadien compte sur trois trios rapides et capables de produire à l’attaque, mais les Sénateurs peuvent les contrer avec un gros défenseur robuste sur chacune de leurs unités défensives. À l’entraînement de mercredi, Methot était jumelé à Karlsson sur la première paire défensive, Cowen jouait avec Sergei Gonchar sur la deuxième et Gryba et Phillips formaient la troisième.

Le retour hâtif de Cowen et l’émergence de Gryba sont venus modifier le portrait de la défense des Sénateurs. Le retour de Karlsson a été la touche finale qui a permis à MacLean de constituer l’un des meilleurs groupes de défenseurs de l’Association de l’Est.

« Jared a été quelque peu négligé avec toutes ces blessures qui ont touché nos meilleurs éléments, a ajouté MacLean. Jared s’est blessé dans la Ligue américaine, alors on en a peu parlé, mais il a été un membre très important de notre équipe l’an passé et il nous a manqué cette année. Il a bien utilisé son gabarit, sa force et son agilité dans les matchs auxquels il a participé. Il peut être dominant sur la glace. »

L’absence de Cowen cette année a été en partie comblée par l’acquisition de Methot pendant la saison morte. Methot est un gros arrière défensif typique qui complète à merveille un joueur plus offensif comme Karlsson.

Methot s’est mesuré aux meilleurs attaquants adverses pendant toute la saison et cela devrait se poursuivre contre Montréal. Il fera en sorte que les attaquants du Canadien auxquels il sera confronté sauront que la série sera longue.

« C’est un de mes objectifs pour cette série et pour les premières parties. Je veux m’imposer physiquement, a révélé Methot. J’ai un bon gabarit et c’est mon rôle. Je pense qu’on a plusieurs joueurs en défense qui aiment le jeu physique et on a hâte de s’y mettre. »

Les blessures qui ont décimé l’unité défensive des Sénateurs en début de campagne ont permis à Gryba de s’établir comme un autre défenseur robuste pouvant faire réfléchir les attaquants adverses lorsqu’ils traversent la ligne bleue. Le diplômé de l’Université de Boston a passé deux saisons complètes avec Binghamton dans la Ligue américaine de hockey et il a sauté sur cette occasion pour se faire valoir. Il semble maintenant avoir gagné un poste parmi le groupe de défenseurs d’Ottawa qui amorcera les séries grâce à son jeu physique.

« Gryba s’est démarqué parce que personne ne l’attendait. Il a eu une chance de se faire valoir et il en a profité », a déclaré le capitaine des Sénateurs Daniel Alfredsson. « Il a été très constant, il a bien joué dans notre zone, il est robuste et il fait de bonnes passes. Je crois qu’il s’est amélioré au fil des semaines. »

Gryba sait exactement comment il est parvenu à attirer l’attention de MacLean et du personnel des Sénateurs et il a l’intention de se concentrer sur l’aspect physique de son jeu contre le Canadien.

« On veut être une équipe intimidante, a concédé Gryba. Quand on regarde nos défenseurs, tout le monde, sauf Karlsson, est gros et fort. On va donc profiter de cet avantage pour s’imposer physiquement et rendre la vie dure à leurs attaquants.

« On va mettre l’accent sur cet aspect en espérant que ça tourne à notre avantage. »

Le Canadien a perdu un gros morceau à la ligne bleue quand le robuste défenseur Alexei Emelin a subi une déchirure du ligament croisé antérieur le 6 avril. L’impact de cette perte s’est fait immédiatement sentir en territoire défensif et Montréal a perdu six de ses huit parties suivantes tout en accordant 29 buts lors de ces six revers. Cependant, le rappel du défenseur recrue Jarred Tinordi (6 pieds 6 pouces et 205 livres) de la Ligue américaine a permis de corriger en partie la situation et le Canadien a remporté ses deux derniers matchs de la saison régulière.

Montréal a alors défait Winnipeg et Toronto et Tinordi a amassé 11 mises en échec.

« Je regardais les parties et je voyais que l’équipe éprouvait des difficultés. Je croyais que mon style de jeu cadrait bien dans cette équipe, a raconté Tinordi. Mon style correspond à ce dont ils avaient besoin. »

Toutefois, même avec Tinordi dans l’alignement, la brigade défensive du Canadien, menée par le duo de P.K. Subban et Andrei Markov, repose davantage sur la possession de la rondelle et le positionnement que sur la robustesse.

Ces arrières devront contenir les gros attaquants des Sénateurs qui tenteront de leur faire payer le prix chaque fois qu’ils iront récupérer une rondelle profondément dans leur zone.

« Il faut les épuiser », a expliqué l’attaquant des Sénateurs Chris Neil, qui a mené les siens et qui a pris le deuxième rang du circuit avec 206 mises en échec en saison régulière. « C’est mon rôle dans la LNH. J’en suis fier et j’essaie de le faire du mieux que je peux. Pendant une série de sept parties, il faut s’acharner sur les joueurs les plus utilisés de l’autre équipe. Ce n’est pas seulement à moi de le faire, mais à toute l’équipe. Si Subban joue 30 minutes, on veut que ce soit 30 minutes d’enfer pour lui. Même chose pour Markov. »

Les Sénateurs ont insisté pour dire que le Canadien était la formation favorite dans cette série puisqu’il a terminé au deuxième rang de l’Association de l’Est et qu’il possède la quatrième meilleure attaque du circuit.

Cependant, c’est la pression physique exercée par les Sénateurs qui pourrait leur permettre de renverser les favoris et de passer à la deuxième ronde.

 

La LNH sur Facebook