Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

VAN vs SJS

Des Canucks et des Sharks plus équilibrés

Par Kevin Woodley - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Des Canucks et des Sharks plus équilibrés

VANCOUVER - Pour avoir une idée à quel point les Sharks de San Jose ont changé à partir de la date limite des transactions, il n'y a qu'à regarder du côté des Canucks de Vancouver quand ces deux équipes vont se disputer le premier match de leur série de première ronde mercredi (22 h 30 H.E., RDS, TSN).

Après des années à s'en remettre à de vétérans attaquants comme Joe Thornton et Patrick Marleau, les Sharks présentent maintenant une formation plus jeune, qui compte plus de profondeur et sans aucun doute améliorée depuis qu'ils ont échangé les vétérans Ryane Clowe et Douglas Murray. Ils ont remplacé le premier par Raffi Torres, obtenu de Phoenix, converti le défenseur Brent Burns en un attaquant de puissance dans un trio de pointe et ramené Joe Pavelski au centre d'un troisième trio, ce qui en fait une formation plus équilibrée.

« Je ne suis pas certain si nous avons une nouvelle personnalité, a déclaré l'entraîneur Todd McLellan. On a regardé ce qu'on avait sous la main, en tenant compte de ce que nous avons perdu et acquis, et nous avons décidé que nous devions jouer d'une certaine façon pour connaître du succès. Le groupe s'est montré d'accord, et nous nous sommes donné une chance de gagner chaque soir sors du dernier mois de la saison. C'est la recette qui nous procure la meilleure chance. »

Une recette qui a permis aux Sharks de compléter les dernières semaines du calendrier avec une fiche de 12-5-1, une poussée bienvenue pour une équipe qui n'était pas assurée de participer aux séries vers la mi-saison.

C'est une recette qui exige une défense qui accorde peu de buts avec l'aide d'attaquants qui reviennent prêter main forte, incluant Marleau, qui se replie davantage, qui exige aussi des sorties de zone plus rapide provoquées par des défenseurs plus mobiles et un échec-avant constant de la part de tous les trios.

« Nous sommes plus rapides, nous déplaçons la rondelle plus rapidement et nous fonçons plus vite vers l'adversaire », a résumé Logan Couture, devenu un leader s'ajoutant à Thornton et Marleau et meneur de son équipe avec 21 buts. « Nous avons trois centres qui jouent bien, notre triosième trio contribue à l'attaque, l'addition de Raffi nous apporte plus de vitesse, en plus de son agressivité, et tout cela aide à répartir les buts au sein des trios. »

Les Canucks avaient perdu leurs trois matchs face aux Sharks avant de procéder à leurs propres changements et ils ont pris des notes, abandonnant leur projet de paqueter un deuxième trio en réunissant Derek Roy et Ryan Kesler, deux joueurs de centre. Ils auront plutôt leur trio à eux, Roy se retrouvant au centre du troisième, de sorte que les Canucks auront une ligne centrale semblable à celle des Sharks.

« Les deux équipes ont de la profondeur au centre et c'est celle qui travaillera le plus fort qui va l'emporter », a prévu Kesler, de retour à la position qui lui a valu le trophée Selke remis au meilleur attaquant défensif en 2011, après un passage par l'aile droite. « Tous nos trios sont fiables défensivement et personnellement, j'ai confiance qu'on peut envoyer chacun de nos trio contre n'importe quel des leurs. Je ne dis pas qu'ils ne sont pas vraiment habiles, je dis seulement que défensivement j'ai confiance en chacun des attaquants de notre équipe. »

L'entraîneur Alain Vigneault avait envisagé ces dernières semaines de plutôt tout miser sur deux trios forts parce qu'il ne parvenait pas à trouver neuf attaquants capables d'en équilibrer trois.

Ironiquement, un des candidats pour corriger la situation a justement répondu à l'appel pour les Sharks.

Torres, qui était membre de l'édition des Canucks finaliste de la Coupe Stanley en 2011, était de nouveau sous leur radar, mais il s'est plutôt retrouvé à San Jos, où il joue un rôle important dans le troisième trio de Pavelski.

« Raffi est une sorte de joker, a noté Thornton. Il frappe solidement, il peut voler sur la glace et il peut marquer de gros buts. Après avoir perdu ces gros joueurs en séries (Murray et Clowe), avoir pu obtenir Raffi est quelque chose d'énorme pour nous. »

Utiliser Burns à l'avant a eu un effet similaire.

« C'a été une décision d'envergure, estime le défenseur Dan Boyle. C'est comme avoir mis la main sur un nouvel attaquant, un attaquant de puissance, et pouvoir retourner Pavelski à un supposé troisième trio, cela permet de créer un équilibre. Je pense que ce sont les deux plus grosses modifications et qu'ensuite tout est tombé en place. »

Reste à voir si tout cela va demeurer en place, et ça vaut pour les deux équipes.

Quoi qu'on dise à propos de l'équilibre des trios, il ne faudrait pas se surprendre de voir ceux des Cancuks chambardés dépendant de la situation. Roy et Kesler pourraient bien se retrouver ensemble si l'équipe tire de l'arrière et a besoin de plus d'offensive.

« Nous allons voir plusieurs trios différents et beaucoup de confrontations de trio différentes », a prédit Kesler.

Les deux équipes savant trop bien qu'elles ne peuvent s'en remettre exclusivement à leurs gros canons comme Thornton et Marleau d'un côté, les jumeaux Sedin et Kesler de l'autre, tous des joueurs qui doivent se demander s'ils n'en sont pas à une de leurs dernières chances, sinon la dernière, de gagner une première Coupe Stanley qui est tout ce qui manque à leurs belles carrières.

Les Sharks ont déjà démontré qu'ils peuvent être une meilleure formation en s'en remettant moins systématiquement à leurs joueurs vedettes.

« Nous sommes une équipe en comités, a tranché McLellan, c'est aussi simple que ça. »

 

La LNH sur Facebook