Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

BOS vs TOR

Touchette : Les Leafs vont d’un chapeau à l’autre

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Touchette : Les Leafs vont d’un chapeau à l’autre

Si je prends quelques minutes pour vous parler des Maple Leafs de Toronto, c'est sans doute parce

je suis encore sous le choc. Pas vous ?

Imaginez: les Leafs participent aux séries. Pincez-moi quelqu'un. On n'a pas vu cela depuis neuf ans. Sonnez les trompettes.

La dernière fois que les Leafs ont remporté la Coupe Stanley, quelques-uns des entraîneurs de la LNH portaient encore le chapeau derrière le banc des joueurs.

Je ne vous le fais pas dire; ça ne date pas d'hier, madame Thibodeau.

Ça se passait en 1967. C'était l'année de l'Expo à Montréal et l'année de la Coupe à Toronto alors que Dave Keon, peut-être le joueur le plus complet de l'histoire des Leafs, faisait encore vibrer le vétuste Maple Leaf Garden.

Je revois Punch Imlach coiffé de son inséparable chapeau. Imlach était un entraîneur haut en couleur qui n'était jamais à court de déclarations pimentées. Un exemple ? Il a déjà traité Rogatien Vachon de gardien de but de calibre junior B lors d'une série contre le Canadien. Vous ne risquez pas d'entendre ce genre de commentaire de nos jours !

Il n'y pas juste le port du chapeau qui était à la mode dans le temps. La Coupe Stanley était aussi à la mode à Toronto car les Leafs en ont gagné pas moins de quatre dans les années soixante.

Depuis, plus rien. Le néant. L'agonie.

Plus de 45 ans plus tard, les Leafs tentent de ramener le précieux trophée à Toronto.

Non, ce n'est pas chose faite, loin de là.

Les Leafs devront d'abord écarter de vieux rivaux, les Bruins de Boston, au premier tour.

Cette série oppose une équipe, Toronto, qui a encore tout à prouver à une autre qui a des choses à se faire pardonner.

Une des équipes les mieux équilibrées 

Les Bruins, compte-tenu de leurs effectifs, ont connu une bonne saison, mais ils sont capables de mieux.

Beaucoup mieux.

Lorsqu'on y regarde de près, ils présentent l'une des formations les mieux équilibrées de la ligue, une formation qui n'est pas sans rappeler celle qui a enlevé la Coupe en 2011.

Les Bruins sont bâtis pour réaliser un long parcours dans les séries; ils misent sur quatre trios solides, l'un des grands leader du circuit en Patrice Bergeron, une bonne défense chapeautée par le grand Zdeno Chara et un excellent gardien de but en Tuukka Rask.

En saison régulière, Rask a été excellent. Reste à savoir s'il pourra répéter les exploits de Tim Thomas, un ancien gagnant du trophée Conn Smythe.

Bref, les Bruins, du moins sur papier, devraient être largement favoris pour l'emporter.

Mais sait-on jamais.

D'un chapeau à l'autre

À une certaine époque, le grand chapeau de Punch Imlach faisait partie intégrale du paysage sportif à Toronto.

Cette année, l'entraîneur des Leafs, Randy Carlyle, s'applique surtout à sortir des lapins de son chapeau.

Mais peu importe le sort qui attend les Leafs dans cette série, leurs fidèles partisans, tout comme ceux du Canadien, ont réacquis, cette année, un droit qu'ils avaient le sentiment d'avoir perdu.

Celui de rêver.

 

La LNH sur Facebook