Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Penguins vs. Islanders

Les Rangers abordent les séries éliminatoires avec confiance en raison de leur excellente fin de saison

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Les Rangers abordent les séries éliminatoires avec confiance en raison de leur excellente fin de saison

GREENBURGH, N.Y. – S’ils n’avaient pas connu leur meilleur mois de la saison en avril, les joueurs des Rangers de New York regarderaient les séries éliminatoires de la Coupe Stanley à la télévision au cours des prochaines semaines. Mais comme ils ont brillé au cours du dernier mois de la campagne, ils croient maintenant qu’ils sont assez bons pour jouer jusqu’en juin.

C’est assez incroyable de voir à quel point un peu d’offensive et un alignement bien équilibré peuvent avoir une incidence sur la confiance d’une équipe.

« Tout d’un coup, on commence à se sentir très bien », a commenté l’ailier gauche Carl Hagelin, deux jours avant que les Rangers n’amorcent leur série contre les Capitals de Washington au Verizon Center. « La plupart des gars ont trouvé leur rythme. Avant cela, nous pouvions compter sur trois ou quatre de nos joueurs, mais nous ne pouvions pas compter sur un effort d’équipe. Mais quand la majorité d’entre nous reprend possession de ses moyens, voici ce qui arrive. »

Les Rangers ont présenté une fiche de 10-3-1 et ont marqué en moyenne 3,64 buts par rencontre en avril. De janvier à mars, ils avaient un dossier de 16-15-3 et n’inscrivaient que 2,26 buts par partie.

Derek Stepan a connu le meilleur mois de sa carrière avec 19 points, ce qui lui a valu la troisième étoile du mois dans la LNH. Il a inscrit le premier but dans un match à quatre reprises en plus de réussir trois buts gagnants.

Brad Richards, qui a connu des difficultés en mars, a redressé la barre avec une récolte de 16 points en avril, lui qui ne totalisait que 18 points en 32 matchs au terme du mois de mars. Les 16 points amassés par Ryan Callahan en avril représentent plus du double de sa récolte des deux premiers mois et demi de la campagne, et Rick Nash a cumulé 14 points en avril, soit le même nombre qu’en mars.

« Même si nous amorçons officiellement les séries jeudi, nous nous battons pour atteindre celles-ci depuis un mois, a expliqué l’entraîneur John Tortorella. Je crois que nos joueurs ont bien réagi aux différentes situations que nous avons affrontées, en ne s’emportant pas lorsque tout va bien, en ne se démoralisant pas lorsque tout va mal, en réagissant bien aux changements d’intensité au cours des parties, et en trouvant des manières de gagner. Ce sont toutes des choses qui seront nécessaires en séries éliminatoires. »

Cependant, si l’on tient à raconter comment les Rangers sont passés d’une équipe inconstante et incomplète à une équipe qui croit qu’elle a tout ce qu’il faut pour remporter les grands honneurs, il faut absolument parler de la date limite des transactions.

La métamorphose des Rangers s’est amorcée tard au mois de mars, lorsqu’ils ont accueilli de nouveau Mats Zuccarello, qui n’avait pas connu beaucoup de succès à son premier séjour avec l’équipe, mais qui semble maintenant bien plus calme et qui possède une meilleure compréhension du style de jeu de la LNH et de celui préconisé par Tortorella. Zuccarello évolue sur un trio complété par Richards et Nash, et il a récolté huit points en 15 parties de saison régulière.

Le directeur général Glen Sather a ensuite fait l’acquisition de Ryane Clowe des Sharks de San Jose le 2 avril en retour de deux choix au repêchage. Clowe, qui pourrait rater le premier match de la série contre les Capitals en raison d’une blessure non divulguée, s’est révélé être l’ailier de deuxième trio robuste et physique qui manquait aux Rangers. Il a obtenu huit points en 12 rencontres, incluant ses deux premiers buts de l’année à son premier match avec les Rangers le 3 avril.

Le point final de cette transformation a été apporté aux environs de 14 h (HE) le 3 avril, lorsque les Blue Jackets de Columbus ont aidé les Rangers à terminer le travail.

L’échange avec Columbus a permis à New York de mettre la main sur le centre de troisième trio dont ils avaient désespérément besoin (Derick Brassard), sur le défenseur qui allait compléter leur brigade défensive (John Moore), et sur l’attaquant frondeur qu’il leur manquait peut-être (Derek Dorsett). Marian Gaborik a presque permis aux Blue Jackets d’atteindre les séries éliminatoires, mais Brassard et Moore ont définitivement eu leur mot à dire pour que les Rangers accèdent au grand bal du printemps.

Brassard a obtenu cinq buts et six mentions d’aide en 13 parties, et Moore a trouvé sa niche sur la troisième paire de défenseurs de l’équipe, en prouvant qu’il était davantage digne de confiance que Roman Hamrlik ou Matt Gilroy. Son coup de patin permet aux Rangers de compter sur une bonne relance, ce qui n’était pas le cas auparavant lorsque Michael Del Zotto et Ryan McDonagh se trouvaient sur le banc.

Dorsett n’a toujours pas disputé un seul match, lui qui s’est fracturé la clavicule le 7 mars dernier. Il pourrait revenir au jeu en première ronde.

« Nous n’avons pas réussi à équilibrer le milieu de notre alignement, et nous nous en sommes tirés à quelques reprises même si nous n’étions pas en mesure de maintenir le niveau de jeu voulu pendant 60 minutes, a analysé Tortorella. À la date limite des échanges, nous avons pu compter sur des renforts. Le retour de [Zuccarello] a aussi eu une incidence positive. Je pense que cela a solidifié notre équipe, et nous avons progressé à partir de là. »

Jusqu’à quel point ces mouvements de personnel ont-ils fait la différence pour les Rangers? Au point où c’est la première fois que vous lisez le nom d’Henrik Lundqvist dans cet article, lui qui a été sur la glace pour chacune des minutes que l’équipe a disputées en avril, présentant un pourcentage d’arrêts de .932 et une moyenne de buts alloués de 1,76, en plus de signer deux blanchissages.

Les statistiques de Lundqvist en avril sont les meilleures qu’il ait obtenues en un mois depuis janvier de l’année dernière. Malgré cela, ce n’est pas lui qui était le point de mire de l’équipe, mais bien tous les autres joueurs.

Cela veut tout dire.

« Nous nous sommes améliorés, on le voit tout de suite, a noté Stepan. Nous contrôlons davantage le jeu pendant 60 minutes, et nous ne sommes plus aussi vulnérables lorsque nous ne jouons pas comme il le faut. Notre système s’installe peu à peu, et nous devons continuer de nous y tenir si nous voulons nous donner une chance dans les séries. »

Les Rangers n’auraient même pas eu la chance de participer au tournoi printanier sans leur excellent mois d’avril. Ils ont maintenant la certitude qu’ils peuvent faire encore mieux en mai et en juin.

C’est fou ce que la confiance peut faire.

« Nous ne sommes pas parfaits en tout temps au cours d’un match, mais nous trouvons quand même le moyen de l’emporter, a conclu Tortorella. Et nous devrons continuer à le faire en séries éliminatoires. »

 

La LNH sur Facebook