Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Penguins vs. Islanders

Mike Ribeiro se dit excité d’être de retour en séries éliminatoires

Par Ben Raby - correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Mike Ribeiro se dit excité d’être de retour en séries éliminatoires

ARLINGTON, Virgine – Les Capitals de Washington disent qu’ils ont de plus grandes ambitions que seulement gagner le titre de la section sud-est, mais pour Mike Ribeiro, terminer au premier rang est un moment qu’il attendait depuis longtemps.

« Ouais, j’ai gardé le t-shirt qu’ils nous ont donné », a dit Ribeiro en parlant des vêtements à l’effigie de leur victoire de section qu’il a reçus pour la première fois de sa carrière de 14 ans dans la LNH. « Ç’a pris du temps. »

Un total de 783 matchs, pour être plus exact.

Il a aussi fallu du temps à Ribeiro pour participer à nouveau aux séries éliminatoires, quelque chose qu’il fera jeudi dans le cadre du match no 1 de la série quart de finale dans l’Est face aux Rangers de New York.

L’acquisition clé des Capitals pendant la saison morte n’avait pas pris part aux séries depuis 2008, alors qu’il avait atteint la finale de l’Ouest avec les Stars de Dallas.

« C’est pour ça qu’on joue », a mentionné Ribeiro, qui a terminé au deuxième rang des pointeurs des Capitals cette saison avec 36 aides et 49 points en 48 matchs. « À mes deux dernières années [avec Dallas], on a été éliminé par quelque chose comme deux points à la dernière semaine de la saison. Tu ne fais pas les séries et tu te sens vraiment dévasté. Mais on a un bon feeling depuis le début de la saison ici, c’est juste que ça nous a pris un peu de temps avant que tout se mette en marche. Mais nous y avons toujours cru et je suis simplement content d’être de retour en séries. »

De leur côté, les Capitals sont heureux d’avoir Ribeiro à bord. L’attaquant de 33 ans est grandement responsable de l’ascension du jeu de puissance de l’équipe jusqu’au premier rang de la ligue en saison régulière, et a terminé l’année avec 27 points en avantage numérique – un sommet dans la LNH.

L’arrivée de Ribeiro a également donné aux Capitals le joueur de centre no 2 dont ils avaient tant besoin depuis le départ de Sergei Fedorov en 2009. Parmi les joueurs qui ont tenté de remplir ce rôle depuis, on compte Brendan Morrison, Éric Bélanger, Tomas Fleishmann, Jason Arnott, Marcus Johansson et Brooks Laich.

« Mike est un joueur de centre élite dans cette ligue et il a été un excellent complément au [joueur de centre no 1 Nicklas Backstrom], a déclaré l’entraîneur des Caps Adam Oates. Ils sont tous les deux des fabricants de jeux qui aiment distribuer la rondelle. [...] Ils se complètent très bien et rendent la tâche difficile aux équipes adverses qui ne savent pas qui mettre contre eux. Ça aide d’avoir deux bons trios. »

Ribeiro peut bien être excité à la simple idée de jouer du hockey qui compte en mai, mais ses coéquipiers ne seront satisfaits que s’ils jouent encore du hockey qui compte en juin. Et pour que ça se produise, les attentes seront très élevées par rapport à Ribeiro et aux autres membres de son trio, Troy Brouwer et Martin Erat.

Le premier trio des Capitals, formé par Alexander Ovechkin (23 buts à ses 23 derniers matchs), Backstrom (22 mentions d’assistance en 23 matchs) et Johansson (20 points en 22 matchs), devrait être celui qui occupera le plus les pensées des Rangers pendant la première ronde, ce qui pourrait créer des confrontations favorables pour les autres trios de Washington.

« On s’attend à ce que leur meilleur duo de défenseurs affronte [Ovechkin] et [Backstrom] à chaque présence », a dit Brouwer à propos de Ryan McDonagh et Dan Girardi des Rangers. « Ils auront beaucoup de temps de glace, ce qui signifie que nous hériterons de leur deuxième paire, qui en ce moment est solide avec [Anton] Stralman et [Michael] Del Zotto. Ce ne sera pas facile de jouer contre ces gars-là, mais on devrait réussir à générer de l’attaque puisque leur première paire sera concentrée sur d’autres joueurs. »

« Nous voulons supporter le premier trio et vraiment les aider à avoir des matchs plus faciles en leur enlevant la pression de devoir produire à tous les matchs, a ajouté Ribeiro. Ils vont savoir qu’on est là pour les aider pendant ces matchs et peut-être qu’on réussira à créer de la confusion chez l’autre équipe quand viendra le temps de savoir quel trio elle mettra contre lequel des nôtres. »

Brouwer a terminé au deuxième rang des buteurs des Capitals avec 19 cette saison, et Erat s’est bien ajusté à son nouvel environnement depuis qu’il a été échangé à Washington par les Predators de Nashville le 3 avril.

Ribeiro est peut-être le négligé avec ses 25 points (cinq buts, 20 aides) en 42 matchs en carrière dans les séries éliminatoires, mais cinq points en 16 rencontres après la première ronde. Le Québécois a reconnu cette semaine qu’il fut un temps où une longue présence en séries était à peine dans sa mire.

« La première fois que tu ne fais pas les séries, tu es un peu content, a-t-il dit. Ton été dure plus longtemps. Mais quatre fois de suite, quatre fois, quatre étés, c’est long. Tu ne joues pas pendant quelque chose comme sept mois; c’est assez long. Et évidemment cette année c’était encore plus long pour moi, d’avril jusqu’à la fin du lock-out. Je suis juste excité de pouvoir jouer et raviver ces émotions en moi. »

Oates ne voit d’ailleurs aucune raison pourquoi Ribeiro ne se plongerait pas entièrement dans l’expérience qui l’attend.

« C’est très important et un joueur devrait vouloir être ici, a dit Oates. Évidemment, l’ambiance va être extraordinaire au Verizon Center jeudi et ce sera la même chose au Madison Square Garden. Si tu ne veux pas te retrouver dans cet environnement, alors honte à toi, parce que les séries sont un environnement fantastique. »

 

La LNH sur Facebook