Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

STL vs LAK

Les Blues espèrent avoir appris de leur balayage de 2012 contre les Kings

Par Louie Korac - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Les Blues espèrent avoir appris de leur balayage de 2012 contre les Kings

ST. LOUIS – Quand les Blues de St. Louis se sont assuré de l’avantage de la glace pour le premier tour des séries éliminatoires 2013, le consensus était, qu’il serait mieux pour eux d’éviter d’affronter les champions en titre.

Après tout, ce sont les Kings de Los Angeles qui ont littéralement écrasé les Blues, et toutes les autres formations d’ailleurs, en route vers le premier titre de leur histoire, il y a un an. Et les Kings ont réalisé cet exploit en s’étant qualifiés au huitième rang.

Mais voilà, les Blues et les Kings se feront à nouveau face. Mais cette fois, l’affrontement aura lieu en quart de finale de l’Association de l’Ouest et le premier match sera présenté, mardi soir.

Les Kings, qui ont présenté une fiche de 16-4 dans les séries éliminatoires l’année dernière, avaient balayé les Blues en demi-finale de l’association en les défaisant 3-1 et 5-2 à St. Louis, et 4-2 et 3-1 à Los Angeles.

Depuis le 8 février 2012 alors que les Blues les avaient vaincus 1-0, les Kings ont remporté les huit derniers matchs entre les deux équipes, dont trois cette saison. Mais comme le dicton le dit, « Si vous voulez être les meilleures, vous devez battre les meilleurs. »

Peut-être que les Blues auraient aimé voir une autre équipe descendre les Kings de leur perchoir, mais s’ils doivent les affronter tôt ou tard, aussi bien que ce soit maintenant.

« Bien oui, nous avons perdu en quatre matchs l’année dernière et nous avons quelque chose à prouver, a déclaré l’ailier gauche David Perron. Nous jouons très bien depuis quelque temps. Le personnel d’entraîneurs est très content de nos performances et espérons que nous pourrons continuer dans la même voie. »

Les Blues, qui ont conclu la saison avec une victoire de 3-1 contre les Blackhawks de Chicago pour s’assurer de l’avantage de la glace, ont terminé avec un dossier de 29-17-2, un point devant les Kings, qui ont présenté une fiche de 27-16-5. Mais les Blues ont conservé un dossier de 12-3-0 en avril, ce qui les a aidés à renforcer leur confiance.

« Nous n’avons jamais aussi bien joué cette saison, a admis l’entraîneur en chef des Blues, Ken Hitchcock. Nous avons plus de profondeur que nous n’en avons jamais eue. Je pense que nous avons quatre joueurs, les défenseurs Jay Bouwmeester et Jordan Leopold et les attaquants Adam Cracknell et Chris Porter, qui n’étaient pas avec nous la dernière fois que nous avons affronté les Kings (le 28 mars, défaite de 4-2). Nous avons une équipe différente. Ils ont effectué un changement, ils ont acquis le défenseur Robyn Regehr.

« Je pense que nous sommes meilleurs. Est-ce que nous sommes assez bons, le résultat de la série le dira. Nous devrons continuer à bien jouer car les Kings sont la seule équipe de la ligue avec l’expérience que ça prend pour gagner. Jusqu’à ce qu’ils soient éliminés, ils sont les seuls à savoir ce que ça prend pour remporter la coupe. On peut en parler longtemps, mais ils ont accompli l’exploit. Nous allons devoir puiser dans cette expérience à mesure que la série avancera et espérons que nous apprendrons rapidement. Nous avons appris une bonne leçon l’année dernière, à savoir comment on doit puiser dans nos efforts et comment on doit bien jouer, comment on doit être discipliné et combien tous les petits aspects du jeu ont une influence sur le résultat final. Je crois que nous avons appris beaucoup, reste à voir si nous pourrons mettre le tout en pratique. »

Les Kings sont bien conscients de ce qu’ils les attendent et ils savent fort bien que les Blues ne représentent plus la même équipe qu’ils ont affrontée cette saison.

« Ils se sont nettement améliorés depuis la dernière fois que nous les avons affrontés. Ils ont acquis Bouwmeester et Leopold, mais la grande différence sera qu’ils feront confiance à un seul gardien comparativement à l’année dernière, a indiqué l’entraîneur en chef des Kings, Darryl Sutter. Je pense que ça les a affectés. Il est évident que leur gardien no 1 est maintenant Brian Elliott. »

Les Blues prétendent qu’il ne faut pas porter trop d’attention à leur fiche de 0-7-1 contre L.A. à leurs huit derniers matchs. La différence était mince, mais assez pour leur donner l’avantage.

« Dans certains matchs, nous les déclassions pendant une ou deux périodes, a affirmé le défenseur Barret Jackman des Blues. Mais dans ces matchs, on s’est mis à jouer sur les talons et nous leur avons donné l’occasion de revenir et de nous battre. C’est quelque chose que l’on ne peut pas faire. On ne peut pas s’asseoir et leur donner le luxe d’imposer leur style et d’être confortable. »

Comme laissez les Kings imposer leur échec avant et leur autorité en zone offensive. Les Blues devront quitter leur territoire le plus rapidement possible afin de minimiser les revirements.

« S’il y a une chose que je me souviens de l’année dernière, c’est qu’à chaque fois que nous sortions la rondelle de notre zone, elle revenait dans notre territoire avant même que nous nous en apercevions, a raconté Perron. Je pense que la clé sera vraiment que nos gros gars et tous les joueurs foncent sur eux le plus rapidement possible. Tu dois jouer de façon robuste avec Drew Doughty et Slava Voynov et tous les autres. Je crois que si nous le faisons, nous allons connaître du succès. »

Un des éléments important pour les Blues sera Elliott. Le gardien est concentré et en santé. Il a conservé une fiche de 11-2-0 en avril avec une moyenne de buts de 1,28 et un pourcentage d’efficacité de ,948 avec trois jeux blancs. Samedi, on a dévoilé pour la première fois qu’Elliott avait souffert d’une infection à l’oreille interne durant les séries éliminatoires de la saison dernière.

Elliott, qui sera le partant pour le premier match, n’a pas cherché d’excuse et il n’en cherche pas plus aujourd’hui.

« Il n’y a pas d’excuse dans les séries éliminatoire, a lancé Elliott. Tous les joueurs ont leur petit bobo. L’année dernière n’a plus vraiment d’importance. L’essentiel, c’est comment on se sent présentement. Ce fut une courte saison, je ne pense pas que les gars soient très fatigués. Nous avons eu une campagne condensée, mais nous n’avons pas disputé plusieurs matchs, du moins je n’en ai pas joué beaucoup. Je me sens un peu plus frais d’entreprendre la deuxième saison. Quoi de mieux que de l’entreprendre contre les champions en titre. C’est un défi et on pense que l’on peut le relever. »

 

La LNH sur Facebook