Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

MTL VS OTT

Les jeunes Galchenyuk et Gallagher prêts pour les séries

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

Partagez avec vos amis


Les jeunes Galchenyuk et Gallagher prêts pour les séries

Alex Galchenyuk a bien ri quand on lui a fait remarquer un genre d'acné juvénile sur ses joues et dans son cou, résultat, a prétendu la recrue du Canadien, de deux semaines sans rasage.

Le plus jeune participant aux séries de la Coupe Stanley est clairement prêt.

« Je pense que si je me rasais avant les séries, même si on se rend loin, il ne resterait plus rien sur ma peau, a-t-il dit. Je ne me raserai donc probablement pas. »

Un jour plus tard, l'autre recrue, Brendan Gallagher, s'est fait poser la même question.

Il a tout de suite accusé son compagnon de chambre sur la route d'avoir menti, affirmant que ça fait plus de deux mois que Galchenyuk s'est rasé.

« Je m'attends à être le pire de la ligue », s'est lamenté Gallagher.

Les deux dynamiques recrues peuvent se permettre d'être frivoles même à ce stade l'année parce que leur jeu ne l'a pas été du tout à leur première saison dans la LNH.

On pourrait même dire que l'émergence de Gallagher, 20 ans, et Galchenyuk, 19 ans, est la principale raison qui explique la transformation d'une équipe passée en un an du dernier au deuxième rang de l'Association de l'Est. Leurs performances ont permis à l'entraîneur Michel Therrien de bien équilibrer ses trios en répartissant l'attaque.

Les deux jeunes vont fort probablement entreprendre les séries de chaque côté du centre Lars Eller, le vétéran du trio à 23 ans.

Ce trio de jeunes est étiqueté troisième trio mais il a plutôt joué comme un premier trio dernièrement. Eller et Galchenyuk ont dominé les compteurs du Canadien en avril avec respectivement 13 et 12 points en 14 matchs. Gallagher, lui, a été constant pendant toute la saison, mais il a encore mieux fait lorsqu'il a été réuni à Eller et Galchenyuk pour les deux derniers matchs, marquant deux buts et amassant trois points.

« Je pense que nous avons surtout joué contre des troisièmes et quatrièmes trios », a noté Eller, « mais peu importe, on va prendre tout ce qu'on nous donne. On ne s'en fait pas trop avec l'opposition; c'est ce que nous allons faire qui compte. Je crois vraiment à ça. »

Eller et Galchenyuk ont joué ensemble pendant presque toute la saison. Gallagher les a accompagnés au début avant d'être déplacé en compagnie de Max Pacioretty et David Desharnais, puis finalement revenir avec les deux autres jeunes lorsque le Canadien a battu les Jets 4-2 à Winnipeg jeudi.

Le supposé troisième trio a été le plus productif du Canadien cette saison même si Eller et Galchenyuk ont rarement été utilisés en avantage numérique. Eller a atteint une marque personnelle avec 30 points, suivi de Gallagher, avec 28, et Galchenyuk avec 27. Ce dernier a été le deuxième compteur de son équipe à forces égales avec 26 points, Eller, troisième avec 25, et Gallagher, quatrième avec 24.

« Nous sommes jeunes, nous avons beaucoup d'énergie et nous essayons simplement de le transposer sur la glace pour fournir un élan à notre équipe, a expliqué Galchenyuk. Il nous faudra juste continuer de faire la même chose dans les séries. »

Gallagher est sans aucun doute celui qui a apporté le plus d'énergie au Canadien cette saison.

Listé à 5 pieds 9 pouces et 178 livres, il joue comme s'il mesurait six pouces et pesait 30 livres de plus, fonçant au filet à chacune de ses présences sur la glace et bataillant physiquement avec de gros défenseurs dont il vient à bout plus souvent qu'à son tour.

Son coéquipier défenseur P.K. Subban a bien noté que le Canadien sera en bonne position si tout le monde joue comme lui. En effet, son style de jeu est taillé sur mesure pour les séries.

« Ce qu'il y a de bon dans ma façon de jouer, c'est qu'il n'y a absolument rien à changer. Je peux toujours jouer de la même façon, et c'en devient beaucoup plus plaisant », a raconté Gallagher avec son éternel sourire qui affole ses adversaires, mais le rend tellement sympathique le reste du temps. « Je vais me concentrer à jouer de la même façon et faire les mêmes choses que j'ai toujours faites. Cela dit, tout est tellement plus important dans les séries. J'ai hâte de vivre cette expérience. »

Dans le cas de Galchenyuk, il a progressé tout au cours de la saison en s'ajustant à la vitesse et au physique des joueurs de la LNH. Gallagher a eu l'avantage de jouer dans la Ligue américaine pendant le lock-out, tandis que Galchenyuk s'est joint au Canadien directement du Championnat du monde de hockey junior, où il a aidé les États-Unis à remporter la médaille d'or.

En disputant 33 matchs avec le Sting de Sarnia, sept au Championnat junior et 48 avec le Canadien, il a disputé 88 matchs en tout, de très loin son plus grand total en carrière.

Mais loin de paraître fatigué vers la fin, il est devenu plus fort.

« Je pense m'être senti plus à l'aise et m'être adapté à la vitesse du jeu, a-t-il confié. Je veux seulement faire ce dont je suis capable et créer du jeu offensif. »

Therrien mérite une large part de crédit pour la façon dont il a géré l'adaptation de Galchenyuk et Gallagher, et il a agi de la même manière en fin de saison quand il a intégré Jarred Tinordi parmi ses six premiers défenseurs. Mais l'entraîneur affirme que le mérite revient à la composition de l'équipe constituée d'un bon mélange de recrues, de jeunes vétérans comme Subban, Pacioretty et Josh Gorges, et d'autres vétérans plus âgés comme Brian Gionta et Andrei Markov, aptes à aider leurs cadets.

« J'aime la composition de notre équipe, a dit Therrien. Nous avons de bons vétérans qui s'occupent des jeunes, et nous avons de bons jeunes avec d'excellentes habitudes de travail qui écoutent les vétérans et les entraîneurs. Je crois que la bonne entente est très importante dans une équipe de hockey, et nous l'avons. Je crois que c'est ce qui nous a amenés où nous sommes maintenant. »

Ce qui manquait, c'était deux jeunes attaquants qui ont tellement bien fait sur la patinoire que leur principale préoccupation, à la veille de leur plus importante compétition en carrière, est l'esthétique de leur visage!

 

La LNH sur Facebook