Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

VAN vs SJS

Les Canucks ne sont pas prêts à annoncer le gardien pour le match no 1

Par Kevin Woodley - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Les Canucks ne sont pas prêts à annoncer le gardien pour le match no 1

VANCOUVERRoberto Luongo s’est excusé de ne pas s’être présenté devant les médias après une fin de saison difficile samedi quand il a alloué sept buts sur 37 tirs dans un revers face aux Oilers d’Edmonton. Cory Schneider est désolé de devoir faire de même à l’approche des séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Schneider était de retour à l’entrainement lundi après avoir raté les deux derniers matchs de la saison régulière des suites d’une mystérieuse blessure, mais celui qui devrait être le gardien partant des Canucks de Vancouver pour les séries n’en a pas dit davantage après coup.

Un Schneider en santé serait assurément le gardien partant pour le premier match de la série face aux Sharks de San Jose, mercredi, mais la tendance qui prévalait lundi semble indiquer que tant Schneider que Luongo ou l’entraîneur Alain Vigneault n’annonceront quoique ce soit jusqu’au jour du match.

D’ici là, Schneider a révélé qu’il espérait seulement continuer à progresser dans la bonne direction, ce qui commence avec un entraînement dans un « environnement contrôlé » en compagnie de l’entraîneur des gardiens Roland Melanson, dimanche, avant de rejoindre le reste de ses coéquipiers, lundi.

« J’ai été apte à compléter un entraînement complet, ce qui est encourageant, a révélé Schneider. Mon cas est encore au jour le jour, mais lorsque vous êtes en mesure de participer à un long entraînement, c’est bon signe. Nous avons jusqu’à mercredi, je ne crois donc pas avoir à prendre une décision tout de suite. Nous allons garder l’œil ouvert et prendre une décision en compagnie du soigneur et de l’entraineur. Je ne ferai aucune prédiction présentement. »

Schneider n’a même pas donné d’indices à propos de la véritable nature de ce que son entraîneur a étiqueté comme étant une « blessure au corps », répétant le fameux « au jour le jour » une douzaine de fois lors de son entretien devant les médias.

Schneider n’était même pas certain s’il pouvait partager l’information, il ne l’a donc pas fait lorsqu’il a été blessé lors d’un triomphe de 3-1 sur les Blackhawks de Chicago, il y a de cela une semaine, un match qu’il a pu terminer et qu’il a commenté par la suite, ne démontrant aucun signe d’un quelconque problème.

« En entrant dans les séries, notre équipe a pris l’engagement de ne pas discuter des blessures, de ne rien révéler à propos de celles-ci, je déteste être vague et ne pas être spécifique pour vous, les gars, mais c’est une politique d’équipe, » a expliqué Schneider.

Luongo aussi a fait ses excuses lundi, après avoir passé une journée sans parler aux médias suite à la défaite de 7-2 contre les Oilers d’Edmonton, samedi, match au cours duquel Luongo a concédé cinq buts lors des sept dernières minutes de jeu. Son rare refus de parler après le match a laissé planer beaucoup de spéculations sur le fait qu’il était furieux de la décision de Vigneault de l’envoyer dans la mêlée derrière un alignement qui reposait trop de joueurs.

Luongo a insisté lundi sur le fait qu’il était simplement furieux contre lui-même.

« J’étais très frustré. Je veux m’excuser pour ne pas m’être entretenu avec vous. Ce n’est pas mon genre habituellement, mais c’était un moment où j’avais besoin d’un peu de temps tout seul, a dit Luongo. J’étais frustré contre moi. C’est difficile d’être embarrassé ainsi. C’est arrivé une fois de trop et je boucanais, il était préférable que je demeure dans l’autobus plutôt que de dire des choses que j’aurais pu regretter plus tard. »

Deux jours plus tard, Luongo affirme qu’il est paré et prêt à entamer le match numéro un, au cas où Schneider ne serait pas prêt.

« Il semble que Schneider se sentait très bien, mais en même temps, il reste deux jours avant le match et pour ma part, je me tiens prêt au cas où j’amorce le match, a dit Luongo. J’assume et je me prépare comme si j’allais jouer. »

Si Schneider est prêt, le job de numéro un est sien. Il l’a ravi à Luongo après trois parties en séries au printemps dernier et après quelques déboires en début de saison, il s’est imposé dans son rôle depuis la mi-mars, remportant 11 de ses 16 départs, enregistrant un pourcentage d’arrêts de ,942 au passage. Il a terminé sa première campagne comme partant avec une fiche de 17-9-4 et se retrouve parmi les meneurs de la LNH avec une moyenne de buts alloués par match de 2,11 (huitième rang), un pourcentage d’arrêts de ,927 (quatrième rang) et cinq jeux blancs (à égalité au premier rang).

Alors que son dernier départ remonte à 10 jours, Schneider a admis qu’il avait une bonne expérience quand venait le temps de jouer après un long moment de répit entre deux matchs, grâce à ses deux saisons en tant qu’auxiliaire de Luongo.

« J’aime jouer, a dit Schneider. Ce sont les séries et je me sens bien avec la façon dont j’ai joué récemment et c’est la partie la plus amusante de l’année qui commence avec les séries. »

S’il ne peut jouer, les Canucks se rabattront sur Luongo, dont la dernière victoire en séries remonte à un gain face aux Sharks, en 2011, lors de la finale de l’Association de l’Ouest.

« Je m’attends à ce qu’il soit le grand gardien qu’il a toujours été, a dit Vigneault. Il a traversé de dures batailles, affronté une tonne de pression. Son C.V. est fantastique et si nous avons besoin qu’il joue, je suis confiant, il sera prêt. »

Le pilote ne dira à personne s’il aura besoin de lui avant mercredi.

 

La LNH sur Facebook