Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Revue de l’année : Des séquences, des échanges et une ligue revampée

lundi 2013-04-29 / 13:47 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Revue de l’année : Des séquences, des échanges et une ligue revampée

On se souviendra de la campagne 2012-13 de la LNH pour son calendrier de 48 parties, une séquence historique, certains échanges notoires, plusieurs blessures lourdes de conséquences, des luttes acharnées pour une place en séries et sa conclusion pleine de rebondissements.

Voici les 13 événements qui ont le plus marqué la saison 2012-13.

Une séquence historique et le trophée des Présidents pour les Blackhawks

Les Blackhawks de Chicago ont disputé la moitié de la saison sans perdre en temps réglementaire. C’était, bien entendu, une campagne écourtée, mais leur série de 24 matchs avec au moins un point pour entreprendre la saison a pulvérisé le record précédent de 16 établi par les Ducks d’Anaheim en 2006-07.

Les Blackhawks présentaient un dossier de 21-0-3 avant de subir un premier revers en temps réglementaire aux mains de l’Avalanche du Colorado. Chicago a facilement remporté le trophée des Présidents grâce à une récolte de 77 points, cinq de plus que les Penguins de Pittsburgh qui ont été incapables de rejoindre les Blackhawks malgré une fiche de 23-4-0 à leurs 27 dernières rencontres.

Crosby, Iginla et la puissante machine des Penguins

Jarome Iginla a littéralement choisi les Penguins de Pittsburgh. C’est le privilège dont il s’est prévalu lorsqu’il a accepté de lever sa clause de non-mouvement pour pouvoir passer à la formation de son choix. Les rapports mentionnant qu’Iginla avait été cédé aux Bruins de Boston étaient faux. Il a plutôt été échangé à Pittsburgh par les Flames de Calgary dans le cadre d’une transaction-choc conclue tard dans la nuit.

Avant d’acquérir Iginla, le directeur général des Penguins Ray Shero était déjà allé chercher Brenden Morrow à Dallas et Douglas Murray à San Jose. Shero a ensuite ajouté Jussi Jokinen de la Caroline à sa formation à la date limite des transactions.

Les Penguins ont remporté 15 matchs de suite en mars, puis ils ont dû se débrouiller sans Sidney Crosby en avril. Leur capitaine a été tenu à l’écart du jeu en raison d’une fracture à la mâchoire. Pourtant, ils sont parvenus à gagner 8 de leurs 12 rencontres suivantes pour décrocher le titre de l’Association de l’Est.

Crosby était en voie de connaître une campagne de 75 points avant d’être blessé le 30 mars. Avec ses 56 points, il a terminé l’année au troisième rang des compteurs même s’il a raté le quart de la saison.

La renaissance d’Ovi et des Capitals

Alex Ovechkin n’a inscrit que trois buts à ses 11 premiers matchs et les Capitals de Washington, complètement désemparés, n’ont présenté qu’une fiche de 2-8-1 pendant cette période. Toutefois, le numéro 8 a fait taire ses détracteurs en s’ajustant à sa nouvelle position sur l’aile droite et en concluant la saison avec 32 buts, un sommet dans la ligue, pour mettre la main sur le trophée Maurice-Richard.

Ovechkin a compté 20 buts et récolté 12 aides pour un total de 32 points lors des 19 dernières rencontres de l’année pour permettre aux Capitals de remporter 15 victoires et d’amasser 32 points. Washington était à neuf points de la tête de la section Sud-Est le 21 mars. La bande à Ovi a finalement mérité le titre de sa section avec une priorité de six points.

Un départ canon des Ducks

Alors que tout le monde ne parlait que des Blackhawks pendant leur séquence de 24 parties avec au moins un point, les Ducks d’Anaheim sont restés dans l’ombre malgré une fiche de 22-3-4 en date du 20 mars. Anaheim s’est approché à deux points de Chicago tôt en avril avant de connaître une mauvaise passe qui a permis aux Blackhawks de s’échapper avec le titre de l’Association de l’Ouest.

Étonnamment, les Ducks ont connu leurs meilleurs moments de l’année avec une recrue de 30 ans devant les buts. Viktor Fasth affichait un dossier de 8-0-0 à la mi-février et il a terminé la saison régulière avec 15 victoires, quatre blanchissages, un pourcentage d’arrêts de ,921 et une moyenne de buts accordés de 2,18.

Therrien, Bergevin, les recrues et le nouveau visage du Canadien

Avec Michel Therrien derrière le banc, Marc Bergevin au poste de directeur général et le vent de jeunesse insufflé par les recrues Brendan Gallagher et Alex Galchenyuk, le Canadien de Montréal a remis les pendules à l’heure en s’imposant comme étant l’une des meilleures équipes de l’Est après avoir terminé au dernier rang de l’association l’année précédente.

C’est un plaisir de regarder jouer Gallagher et Galchenyuk, eux qui ont amassé un total de 55 points. Le Canadien s’est inspiré de leur fougue pour devenir l’une des meilleures formations offensives du circuit avec une moyenne de 3,04 buts marqués par match et pour présenter le cinquième meilleur jeu de puissance avec un taux d’efficacité de 20,7 pour cent.

Un réalignement et une LNH revampée en 2013-14

Le projet de réalignement de la ligue a été officiellement approuvé le 14 mars. À la suite de cette réorganisation géographique, les équipes seront réparties dans deux associations inégales et quatre divisions. Les Red Wings de Detroit et les Blue Jackets de Columbus passeront dans l’Est, alors que les Jets de Winnipeg se joindront à l’Association de l’Ouest.

Detroit évoluera dans une division qui comprendra trois des six autres équipes originales (Montréal, Toronto, Boston) ainsi que Buffalo, Ottawa, la Floride et Tampa Bay. Les Blue Jackets se joindront à une section formée de la Caroline et des six équipes de l’ancienne division Patrick (Pittsburgh, Philadelphie, Washington, les Rangers de New York, les Islanders de New York et le New Jersey).

Winnipeg ira rejoindre une division constituée des formations du Minnesota, de Chicago, de St. Louis, de Nashville, de Dallas et du Colorado. Enfin, Los Angeles, Anaheim, San Jose, Phoenix, Vancouver, Edmonton et Calgary formeront la dernière division.

Boston et les Bruins, une combinaison parfaite

Les Bruins de Boston ont rempli leur rôle d’ambassadeur de la ville avec brio à l’occasion de leur match contre les Sabres de Buffalo deux jours après l’explosion de deux bombes à la ligne d’arrivée du marathon de Boston. Les amateurs ont rempli le TD Garden et se sont joints à René Rancourt pour chanter l’hymne national américain haut et fort. Ce fut un moment inoubliable.

Les résultats de cette rencontre, un revers en tirs de barrage, et de la partie contre les Penguins le samedi suivant, une défaite en temps réglementaire, à peine 14 heures après que la ville eut été placée en confinement dans le cadre de l’une des plus intenses chasses à l’homme de toute l’histoire des États-Unis, n’ont que peu d’importance.

Ruff parmi les cinq victimes des contre-performances de leur équipe

Un départ en dents de scie a contraint la direction des Sabres de Buffalo à passer à l’action et à remercier l’entraîneur Lindy Ruff, en poste depuis 1997. Il a dirigé cette formation pendant 1165 parties en saison régulière. Ruff a été congédié le 20 février, au lendemain d’un revers de 2-1 contre Winnipeg, alors que les Sabres présentaient un dossier de 6-10-1.

Huit jours avant le congédiement de Ruff, le président des Blue Jackets de Columbus John Davidson a annoncé que Scott Howson avait été démis de ses fonctions de directeur général. Il a été remplacé par Jarmo Kekalainen, le premier Européen à occuper ce poste dans l’histoire de la LNH. Howson s’est retrouvé du travail chez les Oilers d’Edmonton à titre de premier vice-président des opérations hockey. Il avait déjà œuvré pour les Oilers de 2002 à 2007.

Le règne de Guy Boucher à Tampa Bay n’a pas été aussi long que celui de Ruff à Buffalo. Le Lightning a mis fin à son association avec Boucher après deux saisons et demie le 24 mars à la suite d’une défaite de 5-3 contre les Sénateurs d’Ottawa. Le Lightning montrait un dossier de 13-17-1 même si son différentiel de buts pour/but contre était de +8 (102-94).

Les Stars de Dallas ont connu un regain de vie après que leur directeur général Joe Nieuwendyk se fut départi de Brenden Morrow, Jaromir Jagr et Derek Roy. Ce ne fut toutefois pas suffisant pour participer aux séries éliminatoires et pour sauver l’emploi de Nieuwendyk. Il a été congédié dès le lendemain de la dernière journée du calendrier régulier.

L’Avalanche du Colorado a aussi réagi très rapidement à la fin de la saison en remerciant son entraîneur Joe Sacco un jour après avoir complété sa quatrième campagne derrière le banc. L’Avalanche n’a participé aux séries éliminatoires qu’une seule fois sous la gouverne de Sacco et c’était à sa première saison.

Le pari que Kekalainen a failli remporter

Les Blue Jackets ont raté les séries éliminatoires par un seul point, mais l’organisation a démontré qu’elle était prête à tout pour gagner. C’est ce que Davidson a déclaré aux propriétaires lors de son embauche l’été dernier et c’est ce que Kekalainen a prouvé un mois et demi après avoir été nommé directeur général.

Kekalainen a conclu une transaction majeure à la dernière minute de la date limite du 3 avril lorsqu’il a fait l’acquisition de Marian Gaborik des Rangers de New York. Cet échange a démontré aux partisans des Blue Jackets et à tout le reste de la ligue que cette organisation amorçait un nouveau chapitre de son histoire et qu’elle ferait tout en son pouvoir pour gagner.

Columbus a présenté une fiche gagnante de 24-17-7 cette année. Les Blue Jackets ont conclu la campagne avec huit gains en neuf rencontres et ils ont montré un dossier de 20-5-2 du 3 mars à la fin de la saison. Ils ne se sont pas qualifiés pour les séries printanières, mais ils ont prouvé à tous qu’il fallait maintenant les prendre au sérieux.

Les Maple Leafs et les séries éliminatoires

Les partisans des Maple Leafs de Toronto n’avaient pas vu leurs favoris en séries d’après-saison depuis 2004. Ils auront maintenant l’occasion de les voir à l’œuvre pendant le grand bal du printemps après une disette de neuf ans. Les Leafs ont terminé la campagne au cinquième rang de l’Association de l’Est.

Nazem Kadri a prouvé que cette organisation avait bien géré son développement. L’attaquant a gagné en maturité cette année et il a pris le deuxième rang des marqueurs de l’équipe avec 44 points, dont 18 buts.

Le gardien de but James Reimer a failli perdre son poste à la date limite des transactions au profit de Roberto Luongo, mais le directeur général des Maple Leafs Dave Nonis a refusé de se plier aux demandes des Canucks de Vancouver et il a accordé un vote de confiance à Reimer. Le cerbère de 25 ans a remercié son patron en aidant Toronto à se qualifier pour les séries alors qu’il restait encore une semaine à la saison régulière.

Les blessures et la résilience des Sénateurs

Rien n’aurait pu empêcher les Sénateurs d’Ottawa de participer aux séries éliminatoires cette année, pas même les blessures sérieuses subies par Erik Karlsson, le détenteur du trophée Norris, Jason Spezza, le meilleur marqueur de l’équipe, le gardien de but Craig Anderson et Jared Cowen, une recrue fort prometteuse. Après une telle campagne avec une formation décimée par les blessures, l’entraîneur des Sénateurs Paul MacLean est l’un des plus sérieux aspirants au titre d’entraîneur de l’année.

Ottawa a pu compter sur l’une des meilleures défensives du circuit, grâce, entre autres, aux performances du gardien auxiliaire Robin Lehner, pour s’assurer d’une place en séries. Les Sénateurs ont la pire attaque des 16 équipes qualifiées, mais ils viennent au deuxième rang de la LNH pour les buts accordés et ils possèdent la meilleure unité en infériorité numérique.

Tavares, les Islanders et les séries éliminatoires

John Tavares, l’ancien premier choix au repêchage, a joué comme un candidat au trophée Hart pendant toute l’année, mais ses coéquipiers ont élevé leur jeu d’un cran au mois de mars pour permettre aux Islanders de New York de se qualifier pour les séries pour la première fois depuis 2007. Il s’agit d’une surprise puisqu’ils présentaient une fiche de 8-11-2 au 12e rang de leur association à la mi-saison.

Tavares a contribué aux succès des siens avec une récolte de 13 buts et 25 points jusqu’en février. Cependant, au mois de mars, Evgeni Nabokov est redevenu le gardien étoile qu’il a déjà été, Josh Bailey a élevé la qualité de son jeu et les Islanders ont formé une équipe beaucoup plus équilibrée dans toutes les facettes du jeu. Ils ont présenté un dossier de 16-5-4 lors de leurs 25 parties suivantes et ils se sont qualifiés pour les séries éliminatoires deux matchs avant la fin du calendrier régulier.

Les rivaux de l’autoroute s’effondrent

Les Devils du New Jersey ont participé à la finale de la Coupe Stanley l’an dernier après avoir éliminé les Flyers de Philadelphie en chemin. Cette année, ces deux formations regarderont les matchs des séries éliminatoires du confort de leur foyer.

Les Flyers ont éprouvé des difficultés dès le départ et ils n’ont jamais réussi à trouver leur rythme. Ils ont montré un dossier de 2-5-0 en janvier, puis ils avaient une fiche de 10-11-1 après le mois de février. Le mois d’avril a été leur meilleur alors qu’ils ont remporté 8 de leurs 13 rencontres. Ils ont terminé la campagne avec une série de quatre gains d’affilée après avoir été éliminés de la course pour une place en séries.

Les Devils ont connu un bon début de saison, mais ils ne se sont jamais remis des blessures de Martin Brodeur et Ilya Kovalchuk. Ils ont affiché un dossier de 3-7-2 en l’absence de Brodeur, qui a raté 12 parties en raison de maux de dos, et de 1-6-4 sans Kovalchuk, qui a été tenu à l’écart du jeu pendant 11 matchs à cause d’une blessure à l’épaule. Les Devils, qui montraient une fiche de 8-1-3 après le premier quart de la saison, ont accumulé un dossier de 9-16-6 du 23 février à la fin de la campagne.

Suivez Dan Rosen sur Twitter : @drosennhl

 

La LNH sur Facebook