Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

MTL VS OTT

Touchette : Mon choix, le Canadien en six contre les Sénateurs

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Touchette : Mon choix, le Canadien en six contre les Sénateurs

Je l'avoue; je suis déçu. Juste un peu.

Je souhaitais, comme tant d'autres, une série entre le Canadien et les Maple Leafs de Toronto. A cause, bien sûr, de cette vieille rivalité qui continue de croître avec les années.

Le Canadien et les Sénateurs ? Voilà deux équipes, qui n'ont pas encore beaucoup de raisons pour se détester, se tirer des tomates ou des rondelles.

On dirait deux voisins bien élevés, qui ne se disputent à peu près jamais, deux voisins qui entretiennent le bon voisinage. Mais cette première série Canadien-Sénateurs pourrait servir de prétexte pour changer cette relation entre les deux équipes et, qui sait, donner naissance à une rivalité, qui tarde à prendre racine.

Mon choix ? Le Canadien en six. Faut-il encore que Carey Price, l'imprévisible Carey Price, soit à la hauteur, lui qui ne donne pas l'impression de déborder de confiance ces jours-ci. À mes yeux, il est l'unique point d'interrogation chez le Canadien.

Pour le reste, le Canadien a bien peu à envier à son rival.

Il forme l'une des équipes les plus rapides de la ligue et c'est en misant sur sa vitesse qu'il battra les étonnants Sénateurs.

Brendan Gallagher, parole de scout, fera des étincelles, Alex Galchenuyk aussi. Les deux jeunes coqs prennent de plus en plus de place au sein de cette équipe. Il n'y pas si longtemps, ils étaient surtout considérés, en vertu de leur enthousiasme, comme deux distributeurs d'énergies, deux allumeurs.

Aujourd'hui, ils sont en train de devenir des leader, rien de moins.

En revanche, David Desharnais, pour un, devra en donner un peu plus. Tomas Plekanec aussi. Gallagher, Galchenyuk et Lars Eller ne pourront tout faire.

Un entraîneur-magicien 

Non, le Canadien ne l'aura pas facile.

Il faut toujours se méfier d'une équipe, qui refuse de baisser les bras dans la tourmente. Or les Sénateurs, malgré des blessures à répétition, notamment à des joueurs-clés comme Erik Karlsson, le meilleur défenseur du circuit lorsqu'il est en pleine possession de ses moyens, et Jason Spezza (toujours absent) ont causé l'une des plus fortes surprises de la saison en méritant une place dans les séries.

Ce n'est pas compliqué; ils étaient aux soins intensifs, les Sénateurs !

En janvier, un peu tout le monde les avait enterré ce qui est tout à l'honneur de Paul MacLean, mon choix au titre d'entraîneur par excellence dans la LNH.

Avec des riens ou presque, McLean, magicien à ses heures, a rafistolé une équipe, qui tombait en miettes.

Les Sénateurs, habitués de jouer avec l'énergie du désespoir, comptent plusieurs plombiers et un joueur de 40 ans, Daniel Alfredsson, qui donne l'impression d'en avoir 25 à chaque fois qu'il se frotte au Canadien.

Oui, une bien belle série s'annonce.

Parions que le bon voisinage entre le Canadien et les Sénateurs tire à sa fin ...

La finale rêvée 

Quelle est ma prédiction pour la finale de la Coupe Stanley ?

Je vous le donne en mille: Pittsburgh contre Chicago.

Pas très original, en effet, mais bon. Les deux équipes, vraisemblablement, représentent la crème de la ligue.

Des objections ?

Je salive déjà; Crosby, Malkin et Letang contre Kane, Toews, Keith, etc. Wow !

Mais parce que la logique est rarement respectée dans les séries, ne pariez pas vos vieilles pantoufles là-dessus.

Qui donc, l'an passé, aurait osé prédire une finale entre les Kings et les Devils ?

Poser la question, c'est y répondre.

 

La LNH sur Facebook