Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Penguins vs. Islanders

Aperçu de la série Penguins-Islanders

Par Corey Masisak et Brian Compton - Journalistes LNH.com

Partagez avec vos amis


Aperçu de la série Penguins-Islanders

Penguins de Pittsburgh

Rang: 136-12-072 Pts.

Islanders de New York

Rang: 824-17-755 Pts.

Il a fallu attendre jusqu’aux derniers moments de la saison régulière dans la LNH pour savoir que ces deux équipes allaient croiser le fer en première ronde des séries éliminatoires.

Les Islanders de New York ont chuté au huitième rang dans l’Est en vertu de la victoire des Sénateurs d’Ottawa face aux Bruins à Boston dimanche, qui a permis aux Sens de passer devant les Islanders au classement.

De leur côté, les Penguins de Pittsburgh ont occupé le premier échelon dans l’Est pendant la majeure partie de la saison, eux qui ont connu une solide – et parfois spectaculaire – campagne.

Et ce qui s’est passé sur la glace du TD Garden n’a probablement pas particulièrement enchanté les joueurs des Islanders. Malgré l’excitation entourant la première participation des Islanders en séries en six ans et la possibilité de pouvoir gagner une ronde pour la première fois en 20 ans, les Islanders devront quelque peu contenir leur joie, puisque les probabilités sont contre eux. Ils auraient certainement préféré faire face aux Bruins, la seule autre équipe qu’ils auraient pu affronter selon l’issue du match de dimanche.

Au lieu de cela, les Islanders auront la lourde tâche de tenter de contenir les Penguins, qui les ont largement dominés cette saison.

New York a gagné le premier match entre les deux équipes à la fin janvier par la marque de 4-1, mais a perdu les quatre suivants – dont trois en l’espace de trois semaines – par un pointage combiné de 16-5.

Et comme si ce n’était pas assez, les Penguins semblent être en santé pour la première fois depuis longtemps. Sidney Crosby, sur la touche en raison d’une fracture à la mâchoire, a reçu le feu vert des médecins pour recommencer à s’entraîner et pourrait être en mesure de revenir au jeu à temps pour le match no 1. Evgeni Malkin, James Neal et Paul Martin, qui ont tous raté des matchs en avril, sont tous de retour dans la formation. En plus de tout ça, les Penguins ont ajouté Jarome Iginla, Brenden Morrow, Douglas Murray et Jussi Jokinen à leur unité depuis le dernier affrontement entre les deux équipes, survenu le 30 mars.

Attaquants

Jussi Jokinen a réussi cinq buts et neuf points en neuf matchs depuis qu’il a été acquis par les Penguins de Pittsburgh dans une transaction avec les Hurricanes de la Caroline. Si tout le monde est en santé, il évoluera probablement au sein du quatrième trio. La recrue Beau Bennett, qui totalise 12 points à ses 19 derniers matchs, pourrait même être incapable d’obtenir un poste dans une formation des Penguins en santé.

Il est évident que les Penguins possèdent de la profondeur et du talent à l’attaque. Sidney Crosby (fracture de la mâchoire) a repris l’entraînement, mais son retour est incertain. Même sans lui, les Penguins ont peut-être le meilleur ensemble d’attaquants dans l’Association de l’Est et avec lui, il n’y a aucun débat.

Quand/si tout le monde est en santé, Crosby sera probablement au centre d’un trio avec Chris Kunitz et Pascal Dupuis – deux marqueurs de 20 buts cette saison. Evgeni Malkin évoluera probablement au centre entre Jarome Iginla et James Neal, ce qui pourrait être un des cinq meilleurs trios de la ligue mais sera la deuxième ligne d’attaque des Penguins. Brandon Sutter serait le joueur de centre du troisième trio avec Brendan Morrow (14 points en 15 matchs depuis son acquisition de Dallas) et Matt Cooke, et il y a plusieurs options possibles pour former la quatrième ligne d’attaque. Un gars talentueux comme Bennett ou encore Tyler Kennedy pourraient en faire partie.

C’est un groupe d’attaquants qui fait peur sur le papier mais ils ont encore à prouver qu’ils peuvent fonctionner ensemble.


John Tavares est devenu le visage de la concession et un des meilleurs joueurs de la LNH. Il sera sûrement considéré hautement pour le trophée Hart après avoir complété la saison avec 47 points en 48 matchs.

Ses talents étaient connus quand les Islanders en ont fait le premier choix du repêchage de 2009. Mais ce qui le distingue de plusieurs autres, c'est son engagement au travail. Il veut être le meilleur joueur sur la glace à chacune de ses présences et cette détermination a déteint sur ses coéquipiers. C'est la principale raison pour laquelle les Islanders vont participer aux séries pour la première fois en six ans.

Tavares et ses compagnons de trio Matt Moulson et Brad Boyes ont mené une offensive qui s'est améliorée à mesure que la saison progressait. Tavares s'est classé 3e dans la LNH avec un total de 28 buts.

L'entraîneur Jack Capuano a eu le mérite d'être patient avec son deuxième trio puisque Frans Nielsen, Josh Bailey et Kyle Okposo ont mis du temps à produire en attaque. Mais ces trois-là ont formé le trio le plus constant au cours du dernier mois de la saison. Bailey a fini avec 11 buts en 38 matchs et Okposo a amassé au moins un point dans sept des 11 derniers matchs.

Michael Grabner, finaliste au trophée Calder en 2011, demeure une menace constante à cause de sa très grande rapidité. S'il se met à produire, les Islanders pourront compter sur trois dangereux trios.

Acquis comme joueur autonome, Colin McDonald a bien complété Matt Martin chez les joueurs de soutien, les deux ayant totalisé 11 buts en plus de faire sentir leur présence physique tout en demeurant disciplinés.


Défenseurs

Kris Letang et Paul Martin ont raté des matchs en raison des blessures, mais les deux semblent rétablis alors que les séries éliminatoires s’amorcent. Toutefois, Brooks Orpik pourrait ne pas être prêt.

Ce groupe de défenseurs fera l’objet d’un examen approfondi si l’équipe se met à accorder des buts comme lors des séries éliminatoires de la Coupe Stanley en 2012. Cependant, Martin s’est grandement amélioré cette saison et l’addition de Douglas Murray, qui a été obtenu des Sharks de San Jose, a ajouté une dose de hargne qui manquait précédemment.

L’entraîneur-chef Dan Bylsma aura aussi des décisions à prendre. Quand tout le monde est en santé, les Penguins comptent sur neuf défenseurs. Il y a aussi la possibilité de faire des assemblages au sein de la troisième paire si Bylsma veut une combinaison de talent (la recrue Simon Després), de cran (Derek Engelland) ou de sagesse (Mark Eaton).

Il n'y a pas de superstar à la ligne bleue des Islanders, mais un groupe biens structuré et constant dans ses performances.

Conscient qu'il devait fournir de l'aide aux Mark Streit, Travis Hamonic et Andrew MacDonald, le directeur général Garth Snow a vu à renforcer sa brigade défensive avant le début de la saison en commençant par faire l'acquisition de Lubomir Visnovsky des Ducks d'Anaheim en retour d'un choix de deuxième ronde. Visnovsky n'a pas répété ses performances offensives des saisons précédentes mais il s'est avéré un heureux complément à Streit en avantage numérique en plus d'être solide dans son territoire et de passer de nombreuses minutes sur la patinoire.

Brian Strait et Thomas Hickey ont été réclamés au ballottage et tous deux ont contribué de belle façon en s'avérant des joueurs fiables sinon flamboyants.

Matt Carkner, engagé à titre de joueur autonome, a apporté de la robustesse et pourrait s'avérer utile contre certaines équipes.

Gardiens

Marc-André Fleury s’est ressaisi après avoir connu des séries éliminatoires affreuses contre les Flyers de Philadelphie la saison dernière, et il a maintenant conservé une moyenne de buts alloués inférieure à 2,40 à quatre reprises lors des six dernières saisons (et il a remporté la Coupe Stanley lors d’une des années où il n’y est pas parvenu). Il y aura beaucoup de pression sur Fleury, mais le gardien a connu plus de succès lors des matchs importants que veulent se souvenir certains critiques.

Tomas Vokoun a été un des meilleurs adjoints dans la ligue cette saison, et l’équipe semble à l’aise peu importe qui est devant le filet. Il a permis à Fleury d’obtenir amplement de repos au cours de la saison, ce qui pourrait rapporter des dividendes lors des séries éliminatoires.


Evgeni Nabokov était un habitué des séries à San José et les Islanders, qui comptent plusieurs joueurs qui n'ont jamais pris part à un match éliminatoire, vont pouvoir se fier sur son expérience.

Le vétéran de 37 ans en a arraché par moments en début de saison mais a fini par se retrouver. Il a connu une séquence de huit matchs au cours desquels il a accordé deux buts ou moins.

De fortes performances en séries pourraient servir sa cause de joueur autonome à la fin de la saison, vraisemblablement en restant membre des Islanders.

Son auxiliaire est Kevin Poulin, qui n'a pris part qu'à quatre rencontres après avoir été rappelé de Bridgeport vers la fin de février.


Entraîneurs

La tâche la plus difficile de Bylsma pourrait être de choisir les joueurs de sa formation. Il possède de la profondeur à chaque position, et il peut aller dans plusieurs directions en fonction du jeu de ses adversaires ou du déroulement de la série. Il a confirmé cette saison qu’il était un des meilleurs entraîneurs du circuit en continuant de conduire son équipe à la victoire quel que soit son joueur étoile qui était absent.

Seulement 13 entraîneurs ont remporté la Coupe Stanley à deux reprises depuis qu’elle a été remise exclusivement au champion de la LNH à compter de 1927. Aucun entraîneur encore actif ne l’a remportée deux fois, et les seuls à avoir réussi l’exploit deux fois depuis l’expansion de 1968 sont Scotty Bowman, Al Arbour, Glen Sather et le père du directeur général de Bylsma (Fred Shero). C’est dire que Byslma pourrait se joindre à un groupe d’élite d’entraîneurs.

Jack Capuano en sera lui aussi à sa première présence en séries. L'entraîneur se décrit lui-même comme un homme de terrain d'abord et avant tout. Il a réussi à vendre sa recette à ses joueurs et il devrait être récompensé par un nouveau contrat.

Sa plus belle qualité est certainement de laisser ses meilleurs joueurs faire ce qu'ils font de mieux, ce qui a entraîné plus de succès en attaque. Les Islanders se sont notamment classés parmi les 10 premiers en avantage numérique.


Unités spéciales

Les Penguins ont terminé la saison régulière avec un taux de réussite de 24,7 pour cent en supériorité numérique, le deuxième meilleur dans la LNH, même s’ils ont été privés de Crosby ou Malkin (ou les deux) pendant de longues périodes. Si tout le monde est en santé, la première unité du jeu de puissance pourrait être composée de Crosby, Malkin, Iginla, Neal ou Kunitz et Letang.

Le taux des Penguins en désavantage numérique, 79,6 pour cent, pourrait être une faiblesse sous-estimée. Il sera aussi intéressant de voir si certaines décisions de Bylsma pour la composition de sa formation seront basées sur les joueurs qui pourraient contribuer en désavantage numérique, compte tenu du fait que les options à sa disposition sur le jeu de puissance sont nombreuses. Par exemple, Craig Adams a été le meneur pour la moyenne par match de temps de glace en désavantage numérique, ce qui en fait un pari plutôt sûr pour obtenir une place au sein de la quatrième ligne d’attaque.

Les Islanders ont été efficaces en avantage numérique tout au cours de la saison, Tavares en tête. Ils ont eu une fiche de 15-3-1 quand ils marquaient avec un ou deux joueurs en plus.

Tavares n'est pas la seule arme menaçante. Streit excelle dans son rôle de quart-arrière et Moulson n'hésite pas à aller dans la circulation pour ramasser des rondelles libres.

Nielsen excelle en désavantage numérique et il est habituellement accompagné de Grabner, habile à causer des revirements transformés en échappées.

Il pourrait faire la différence

Sidney Crosby -- Il est clair que les Penguins peuvent accéder au moins à la deuxième ronde (et peut-être à la troisième) sans Crosby – leur formation est bourrée de talent. Et bien que Fleury soit celui qui fait face à la plus grande pression en première ronde, Vokoun est un très bon plan B, au point que Pittsburgh peut éviter d’être surpris même si Bylsma doit effectuer un changement de gardien. Il sera donc important pour cette équipe qui aspire à la Coupe Stanley de s’assurer que Crosby est en santé et à l’aise, peu importe l’équipement additionnel qu’il devra porter pour protéger sa mâchoire, quand il sera prêt à revenir au jeu.

John Tavares -- Le jeune vétéran de 22 ans obtient enfin sa chance de jouer en séries et il ne faudrait pas se surprendre qu'il en profite pour s'illustrer. Son niveau de compétition est élevé à tous les matchs et c'est ce qu'il faut pour connaître du succès au printemps.


Analyse

Les Penguins vont gagner si… Les attaquants et les défenseurs demeurent déterminés à prévenir les buts, et qu’il n’y a pas une série de blessures. Il pourrait y avoir aussi une prestation à la Jaroslav Halak par un gardien mais même cela ne pourrait pas les faire dérailler.
 

Les Islanders vont gagner si… Ils s'en tiennent à leur plan de match et continuent d'offrir du jeu solide en défense. L'attaque sera toujours là et ils doivent simplement empêcher la rondelle de pénétrer dans leur filet. Pour cela, il faudra évidemment que Nabokov fasse le travail si les Islanders veulent remporter une première série éliminatoire en 20 ans.

 

La LNH sur Facebook