Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Penguins vs. Islanders

Aperçu de la série Capitals-Rangers

Par Corey Masisak et Dave Lozo - Journalistes LNH.com

Partagez avec vos amis


Aperçu de la série Capitals-Rangers

Capitals de Washington

Rang: 327-18-357 Pts.

Rangers de New York

Rang: 626-18-456 Pts.

Les Capitals de Washington semblaient se diriger vers une non-participation aux séries éliminatoires lorsqu’ils se sont présentés à Winnipeg pour y disputer deux rencontres, les 21 et 22 mars. Ils ont triomphé lors des deux parties et n’ont jamais regardé en arrière par la suite, affichant un rendement de 15-2-2 lors des 19 derniers matchs pour remporter le titre dans la Division Sud-Est. Alex Ovechkin a mené la LNH avec 32 buts, dont 19 lors du dernier droit. Braden Holtby a émergé en tant que gardien numéro un de l’équipe, tandis que le retour de Mike Green a aidé les Capitals à s’établir comme l’un des jeux de puissance les plus dangereux de la LNH (26,8 pour cent).

Les Rangers ont également terminé la campagne en force, affichant un dossier de 10-3-1 en avril, pour s’emparer du sixième échelon dans l’Est. Henrik Lundqvist est un mur devant le filet, le premier quatuor de défenseurs est aussi bon que celui de n’importe quelle autre équipe, même en l’absence de Marc Staal, blessé. Les lignes d’attaque semblent s’être retrouvées. L’unité de Rick Nash, Derek Stepan et Carl Hagelin a été l’une des meilleures dans la ligue et Brad Richards, qui s’est retrouvé, a permis à New York de pouvoir compter sur un deuxième trio capable d’expédier le disque au fond du filet.

Les Rangers ont disputé le match numéro sept à domicile lors du printemps dernier, là où ils ont battu les Capitals au terme d’un marathon. Si la série nécessite sept affrontements, ce sont les Capitals qui profiteront de l’avantage de la patinoire cette fois.

Attaquants

Alexander Ovechkin a terminé au premier rang des marqueurs de la ligue pour une troisième fois et pourrait également se mériter un troisième titre de joueur le plus utile à son équipe. Nicklas Backstrom a amassé plus de mentions d’assistance après le 1er mars (27) que n’importe quel membre des Rangers de New York pendant toute la saison. Marcus Johansson a quant à lui éclos comme membre productif au sein de ce trio, le premier de l’équipe.

Le deuxième trio pourrait être la clé pour un long séjour en séries. Mike Ribeiro a été extrêmement efficace, surtout sur le jeu de puissance, et Troy Brouwer a fait une assez bonne imitation d’Alexander Semin, du moins au chapitre de la contribution offensive. Le nouveau-venu Martin Erat donne aux Capitals un top-6 complet et dangereux.

Washington pourrait vraiment avoir besoin du versatile Brooks Laich, mais il pourrait ne pas être disponible avant la deuxième ronde des séries en raison d’un problème récurrent à l’aine. Le héros du match no 7 de l’an dernier Joel Ward pourrait également rater le début du grand bal printanier en raison d’une blessure au genou. Avec ces deux joueurs, les Capitals possèderaient une profondeur enviable. Sans eux, ils ont cependant juste assez de profondeur, grâce à des joueurs importants comme Matt Hendricks et Jay Beagle.


Les Rangers ont manqué de profondeur pendant toute la saison et posé plusieurs gestes pour améliorer la situation.

Ryan Callahan, Brad Richards, Rick Nash, Derek Stepan et Carl Hagelin ont joué dans les deux premiers trios pendant presque toute la saison, et les Rangers ont ajouté Ryane Clowe et Derick Brassard à la date limite des transactions. Le premier a marqué trois buts depuis son arrivée à New York et le second, obtenu dans le cadre de l'échange de Marian Gaborik, a maintenu une moyenne d'un point par match.

Brian Boyle et Taylor Pyatt ajoutent du poids dans les trios de soutien, tandis que Mats Zuccarello a surtout joué dans le premier trio depuis qu'il a rejoint l'équipe il y a un mois et s'est avéré une bénédiction pour le jeu de puissance. Chris Kreider n'a pas joué comme un candidat au trophée Calder comme plusieurs l'avaient prévu mais il a démontré le printemps dernier qu'il pouvait être dangereux en séries éliminatoires.

Darroll Powe n'a pas enregistré un seul point en 32 rencontres mais il est utile en désavantage numérique et pour bloquer des lancers. Arron Asham a eu des problèmes de dos et a été limité à deux buts en 26 matchs, C'est un bon bagarreur qui pourrait avoir un rôle à jouer à l'occasion.


Défenseurs

Karl Alzner et John Carlson forment non-officiellement la première paire de défenseurs de l’équipe depuis environ le match no 4 des séries 2010, mais n’ont véritablement été reconnus comme tels qu’à mi-chemin de la saison 2010-11. Ils n’ont pas beaucoup joué ensemble cette année, mais leur capacité à exceller loin l’un de l’autre a permis aux Capitals de pouvoir compter sur deux bonnes paires de défenseurs.

Mike Green est encore un défenseur offensif hors pair, alors que John Erskine et Steve Oleksy ont causé des surprises pour différentes raisons. Jeff Schultz amène de la profondeur derrière Jack Hillen, et Dmitry Orlov semble encore très prometteur pour le futur, mais cette équipe ne survivra pas si plusieurs défenseurs tombent au combat (et une blessure à n’importe lequel des trois premiers de l’équipe pourrait être fatale).


Un point fort quand les Rangers se sont rendus jusqu'en finale de l'Association Est l'an dernier, le groupe de défenseurs a eu sa part de problèmes cette saison.

Dan Girardi a fait partie des équipes d'étoiles en 2011-12 mais il n'a pas été aussi alerte dans son territoire cette saison. Ryan McDonagh a été relégué au deuxième duo pour alléger sa tâche, ce qui a permis à Marc Staal de s'illustrer en affrontant davantage de meilleurs joueurs. Mais une grave blessure à l'oil lui a coûté la moitié de la saison et on ne sait pas comment il réagira à son retour au jeu.

Michael Del Zotto s'est grandement amélioré en deuxième moitié de saison, montrant plus de confiance et un meilleur jugement pour choisir le moment de se lancer à l'attaque. Anton Stralman est demeuré fiable dans le deuxième duo, peu importe son partenaire.

Steve Eminger a été laissé de côté pendant presque tout le premier mois de la saison mais il a tenu son bout quand Staal est tombé au combat. John Moore est arrivé dans l'échange de Gaborik et a solidifié le groupe. Il a eu du temps de glace en avantage numérique et devrait rester dans la formation au retour de Staal.

Gardiens

Braden Holtby est à Washington pour y rester et il joue beaucoup mieux que lors des 10 ou 12 premières rencontres de la saison. Il a prouvé l’an dernier que le rôle de gardien no 1 ne l’embêtait pas du tout, et pourrait être la pierre angulaire d’un long séjour en séries en 2013.

Michal Neuvirth a connu d’assez bonnes séries également (en 2011), mais comme le reste de l’équipe, il n’a rien fait qui vaille en deuxième ronde. Il est un bon plan B pour son entraîneur.

Et puisque Holtby était le plan C pendant la majeure partie de la saison dernière, Philipp Grubauer a connu une bonne saison avec les Bears de Hershey dans la Ligue américaine et a repoussé 54 des 59 lancers qui ont été dirigés vers lui à ses deux matchs dans la LNH cette saison, et pourrait être utilisé si le besoin se fait sentir.

Henrik Lundqvist a connu un début de saison difficile mais il s'est ressaisi au point qu'il devrait être finaliste au trophée Vézina pour une cinquième fois.

Il a fini la saison avec une moyenne de 2,05 et un taux d'arrêts de ,926. Ses statistiques sont très proches de celles qu'il a affichées quand il a gagné le trophée Vézina la saison dernière, soit 39-18-5, 1,97, et ,930. Il a magnifiquement répondu quand les Rangers ont dû remporter plusieurs matchs en avril afin de se classer dans les séries.

Si Martin Biron a joué suffisamment pour donner l'occasion à Lundqvist de se reposer en 2011-12, il a été très peu utilisé cette saison. Il n'a commencé que cinq matchs mais montre des statistiques respectables de 2,32 et ,917.


Entraîneurs

Adam Oates en est à sa première expérience comme entraîneur-chef dans la LNH, mais a déjà prouvé beaucoup en peu de temps à Washington et les joueurs ont continué à lui faire confiance malgré un début de saison brutal.

Il s’agira de sa première chance de directement se mesurer à un autre entraîneur de la LNH dans une courte série d’ajustements, de changements de trios et de plans de matchs, mais ne vous attendez pas à ce que les Capitals croient qu’ils sont en position désavantageuse à ce chapitre. De toute façon, ils ont battu John Tortorella à trois reprises en séries auparavant.

John Tortorella est arrivé à New York il y a quatre ans à la tête d'une équipe qui manquait de robustesse et d'identité. Il vient de conduire les Rangers aux séries une troisième fois de suite en misant sur une présence physique et le sens des responsabilités défensives.

Chez les Rangers, on bloque des lancers et on s'assure de bien prendre soin de son territoire, et c'est ce qui explique en grande partie que Gaborik est rendu à Columbus. Les Rangers pourraient encore aller loin s'ils peuvent marquer suffisamment de buts.


Unités spéciales

Le jeu de puissance de Washington a été fantastique tout au long de la saison – même si tous les autres aspects de l’équipe faisaient défaut lors des premières semaines de la campagne. Les Capitals ont terminé à 26,8 pour cent en avantage numérique, bon pour le premier rang de la ligue et une efficacité jamais vue dans la LNH depuis des années. Ovechkin et Green ont particulièrement contribué aux succès des nouveaux plans de Oates sur le jeu de puissance.

Écouler des pénalités a cependant été un problème, même si les Caps se sont un peu améliorés à ce chapitre récemment. Les Devils du New Jersey ont été fantastiques en infériorité numérique l’an dernier en saison régulière alors que Oates était un des entraîneurs-adjoints, mais il a plutôt été un désastre pour Washington depuis le début de l’année.

Le jeu de puissance des Rangers s'est classé dans le dernier tiers de la ligue une deuxième année de suite et n'a jamais fait mieux que 14e, en 2009-10, depuis l'arrivée de Tortorella. La bonne nouvelle c'est qu'il a montré des signes encourageants dans le dernier droit.

Les Rangers ont été moins efficaces en désavantage numérique cette saison, ce qui n'est pas surprenant compte tenu qu'ils ont perdu des spécialistes au cours de la saison morte. Cinquièmes la saison dernière, ils viennent de compléter la saison au 15e rang.

Les unités spéciales prennent encore plus d'importance en séries et les Rangers pourraient écoper s'ils ne s'améliorent pas à ce niveau.

Il pourrait faire la différence

Martin Erat -- Erat a connu d’excellents matchs pour les Predators de Nashville au cours des séries ces dernières années, et pourrait grandement aider les Capitals avec une contribution secondaire à l’attaque et du bon travail dans les coins et des deux côtés de la patinoire.

Derick Brassard -- Ce n'est pas une coïncidence si l'attaque des Rangers et leur jeu de puissance se sont beaucoup améliorés depuis son arrivée. Par moments, Brassard a même eu plus de temps de glace que Brad Richards, engagé à fort prix pour être le centre numéro un. La profondeur compte pour beaucoup en séries et si Brassard continue de produire au rythme de presque un point par match, il pourrait aider son équipe à progresser.

Analyse

Les Capitals vont gagner si… Ils gagnent les batailles à 5-contre-5. Leur jeu de puissance a été très bon, mais ne devrait pas bénéficier d’autant d’opportunités. Les Capitals ont de la profondeur à l’attaque et la capacité de dicter l’allure d’un match, comme les Rangers l’avaient fait avec eux l’an dernier.
 

Les Rangers vont gagner si… Henrik Lundqvist peut voler le spectacle. Il est très possible que les Rangers doivent gagner deux ou trois matchs serrés à petit pointage et Lundqvist a prouvé pendant le dernier droit qu'il pouvait voler des matchs. Si l'attaque des Rangers tombe au neutre, Lundqvist devra être dominant.

 

La LNH sur Facebook