Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

ANA vs DET

Aperçu de la série Ducks-Red Wings

Par Brian Compton et Adam Kimelman - Journalistes LNH.com

Partagez avec vos amis


Aperçu de la série Ducks-Red Wings

Ducks d'Anaheim

Rang: 230-12-666 Pts.

Red Wings de Detroit

Rang: 724-16-856 Pts.

Les Red Wings de Detroit ont dû attendre au dernier match de la saison pour concrétiser la plus longue séquence de saisons consécutives à prendre part aux séries éliminatoires (22 saisons). La retraite de Nicklas Lidstrom a laissé un trou béant à la ligne bleue, brèche qui s’est aggravée avec un grand nombre de blessures, tandis que l’attaque a connu des difficultés enfiler l’aiguille. Le gardien Jimmy Howard n’a pas beaucoup attiré l’attention, mais il a probablement connu sa meilleure saison, son jeu a été constant lors de cette campagne de transition.

Les Ducks d’Anaheim ont pris une grosse avance en tête de la Division Pacifique et leur niveau de jeu s’en est ressenti en connaissant une baisse en avril. Ryan Getzlaf et Corey Perry, les deux tiers du premier trio des Ducks, ont paraphé de nouvelles ententes lucratives le mois dernier, afin de demeurer à Anaheim ; il doivent maintenant produire. Les Ducks ont également besoin d’une meilleure production de Bobby Ryan et de Teemu Selanne, qui ont ralenti après de bons départs. La défensive est solide et sous-estimée, tandis que la combinaison de Jonas Hiller et de Viktor Fasth, un gardien de 30 ans qui en est à sa première saison dans le circuit,, permet au pilote Bruce Boudreau d’avoir des options devant le but.

Les Ducks ouvrent la série avec deux parties au Honda Center, là où ils ont gagné 13 parties de suite à un moment donné cette saison. Mais en avril, Anaheim n’a affiché qu’un rendement de 7-5-1 et affrontera un adversaire, en l’occurrence Detroit, qui s’est amélioré à mesure que ses joueurs recouvraient la santé.

Attaquants

Les Ducks ont fait preuve d'inconstance à l'attaque dans le dernier droit de la saison régulière, mais ils ont néanmoins une belle profondeur répartie dans quatre trios. Six joueurs ont marqué 10 buts et plus dans un calendrier de 48 matchs. Saku Koivu n'était pas du nombre mais il ne s'en est pas moins classé quatrième compteur de son équipe

Ryan Getzlaf et Corey Perry constituent le 1-2 punch. Ils ont tous deux signé un lucratif contrat à long terme en cours de saison et demeurent toujours aussi dangereux, Leur ailier droit a changé souvent mais Bobby Ryan reste le meilleur candidat malgré une baisse de production.

Koivu et Teemu Selanne, un autre Finlandais qui est le joueur le plus vieux de la LNH, peuvent profiter du fait que les équipes adverses délèguent leurs meilleurs joueurs défensifs contre le trio numéro un. Andrew Cogliano est un joueur très régulier, Kyle Palmieri a eu une bonne première saison dans la LNH et des joueurs de soutien comme Daniel Winnik, Matt Beleskey et le jeune espoir Emerson Etem ont rempli leur mandat.

Les Ducks ont aussi ajouté deux attaquants en fin de saison qui pourraient rapporter des dividendes en séries. David Steckel est un des meilleurs de la ligue aux mises en jeu et il peut marquer des buts à l'occasion et Radek Dvorak est un vétéran de 17 campagnes qui s'est rendu en finale de la Coupe Stanley avec deux équipes différentes. Il a marqué quatre buts en huit matchs après sa saison en Suisse.


Pavel Datsyuk et Henrik Zetterberg ont encore été à l’avant-plan dans les succès offensifs de l’équipe cette saison. Les Red Wings n’ont pas assez de profondeur pour marquer sur une base régulière comme par le passé en séries éliminatoires mais ce duo dynamique n’a eu aucun problème à faire le gros du travail.

L’entraîneur-chef Mike Babcock a la possibilité de séparer les deux joueurs pour répartir l’attaque ou de les garder ensemble pour créer un trio dominant capable de contrôler le jeu en zone offensive.

Le reste du groupe d’attaquants est solide même s’il n’est pas spectaculaire. Johan Franzen peut jouer sur un des deux premiers trios et il reste un atout devant le filet de l’équipe rivale en avantage numérique. Daniel Cleary et Valtteri Filppula sont capables de marquer des buts importants pour apporter leur contribution. De plus, les trois joueurs ont suffisamment d’expérience en séries éliminatoires pour composer avec toutes les situations.

Les Red Wings ont aussi quelques joueurs sans expérience. Ils pourront toutefois compter sur le trio de recrues composé de Gustav Nyquist, Joakim Andersson et Damien Brunner. Âgé de 27 ans, Brunner s’est bien adapté à sa première saison en Amérique du Nord, et il a déjà disputé des matchs importants dans la Ligue d’élite de la Suède et au Championnat mondial de hockey.

Todd Bertuzzi est un négligé qui pourrait aider après avoir raté la majeure partie de la saison en raison d’une blessure au dos. Il est sur le point d’être complètement rétabli et s’il est disponible, c’est un joueur d’expérience qui pourrait procurer du jeu robuste et il peut effectuer des présences au sein des deux premiers trios et de la deuxième unité du jeu de puissance.


Défenseurs

Francois Beauchemin a entrepris en février 2011 son deuxième séjour avec les Ducks et à 32 ans, il vient de connaître probablement sa meilleure saison, qui pourrait attirer l'attention de ceux qui vont voter pour le trophée Norris. Il est le joueur le plus utilisé chez les Ducks, celui aussi à qui on confie les missions les plus difficiles, ce qui ne l'empêche pas d'être parmi les meilleurs de la ligue pour les plus et les moins. En plus de produire à l'attaque au rythme d'un point par deux matchs.

La brigade défensive est constituée majoritairement d'autres vétérans trentenaires comme Sheldon Souray, Bryan Allen et Toni Lydman. Souray, engagé comme joueur autonome l'été dernier, a mené les défenseurs de la LNH pour les plus et les moins et marqué sept buts. Acquis des Penguins de Pittsburgh en février, Ben Lovejoy, 29 ans, s'est bien intégré au groupe.

Cam Fowler, qui a marqué 10 buts et récolté 40 points comme recrue en 2010-11, a été victime de blessures et a dû attendre au 21 avril pour marquer son premier but de la saison. A 21 ans, il représente l'avenir de l'équipe à la défense, en compagnie de Luca Sbisa, 23 ans, qui a dû combattre une blessure au bas du corps en deuxième moitié de saison.

On ne sait pas encore quelle sera l'utilisation de Sami Vatanen, une recrue de 21 ans. On a pu l'étudier davantage au cours des dernières semaines, alors que Souray et Sbisa étaient éprouvés, et il a marqué deux buts.

Comme si la perte de Nicklas Lidstrom et Brad Stuart dans la même saison n’était pas suffisante, les Wings ont perdu un défenseur après l’autre en raison des blessures. Ce fut difficile certains soirs d’aligner six joueurs en santé pour compléter la formation. Finalement, le premier groupe de six défenseurs semble en santé et les paires de défenseurs développement une bonne chimie en jouant régulièrement.

Niklas Kronwall et Jonathan Ericsson seront utilisés la majorité du temps dans toutes les situations. Après un départ lent où il a totalisé 10 points avec un différentiel de moins-9 en 14 matchs, Kronwall s’est bâti une fiche positive pour devenir le défenseur no 1.

Kyle Quincey et Brendan Smith forment une deuxième paire qui met l’accent sur l’offensive, mais les deux sont efficaces en zone défensive. Jakub Kindl aura aussi du temps de glace dans des situations importantes.

Danny DeKeyser, qui a été mis sous contrat plus tôt au cours du mois après avoir passé trois saisons à l’Université Western Michigan, a effectué la transition à la LNH sans difficulté. Il a dépassé Ian White et Carlo Colaiacovo sur la liste pour mériter une chance de commencer les séries éliminatoires sur la patinoire.

Si DeKeyser trébuche, ou qu’une autre blessure survient, White et Colaiacovo sont des réservistes de luxe. Brian Lashoff a aussi acquis de l’expérience utile et il pourrait être inséré dans la formation si nécessaire.

Gardiens

Qui sera devant le filet pour le premier match n'est pas une évidence pour une équipe qui a ni plus ni moins miser sur deux gardiens numéro un.

Jonas Hiller est arrivé à Anaheim pour la saison qui s suivi la conquête de la Coupe Stanley en 2007. Il a éventuellement volé le poste de numéro un à Jean-Sébastien Giguère, il a été solide lors des séries 2009 et s'est remis de problèmes de vertige pour entreprendre 73 matchs en 2011-12.

Viktor Fasth est à peine plus jeune que Hiller, à 30 ans. On l'a fait venir de Suède pour seconder son compatriote suisse mais quand il s'est mis à gagner à répétition (ses huit premiers matchs en carrière), il a pris plus de place que prévu. Il a complété sa première campagne dans la LNH parmi les 10 premiers gardiens pour la moyenne, le taux d'arrêts et les blanchissages.


Jimmy Howard a paraphé une prolongation de contrat de six ans plus tôt cette saison, ce qui prouve que l’organisation croit qu’il est la base de la concession devant le filet.

Howard a démontré sa valeur en saison régulière; il devra maintenant en faire autant en séries éliminatoires. Il a alloué 13 buts quand les Wings ont été éliminés en cinq matchs par les Predators de Nashville lors de la première ronde. En 16 matchs éliminatoires, il a accordé deux buts ou plus dans 15 de ces rencontres. Les Wings n’ont pas dépassé la deuxième ronde avec Howard devant le filet.

Bien qu’on ne s’attende pas à ce que Howard réussisse un jeu blanc à chaque départ, il faut qu’un gardien vole la victoire dans quelques matchs pour qu’une équipe l’emporte quand elle est négligée. Ce sera un test pour Howard lors des séries éliminatoires 2013. On verra s’il peut être un tel gardien.

Le gardien adjoint Jonas Gustavsson n’a jamais pris part à un match des séries éliminatoires de la Coupe Stanley, mais il était le gardien de Farjestad quand cette équipe a remporté le titre de la Ligue d’élite de la Suède en 2009. Il a aussi aidé la Suède à remporter la médaille de bronze deux années de suite lors du Championnat mondial en 2009 et en 2010. S’il doit jouer, il ne sera donc pas intimidé.

Entraîneurs

Bruce Boudreau a pris charge des Ducks en 2011-12 quand ils étaient en chute libre et n'a gagné que trois de ses 14 premiers matchs. Mais l'équipe a fini avec la saison sur une lancée de 24-14-6, comme quoi le message du nouvel entraîneur commençait à passer, et a entrepris la présente campagne en force.

S'il y a un reproche qu'on a pu adresser à Boudreau à Washington, c'est de ne jamais avoir franchi la deuxième ronde des séries avec des joueurs aussi talentueux. Il s'est fait la réputation là-bas d'un entraîneur friand de jeu offensif mais il faut noter que les Ducks n'ont pas seulement terminé la saison parmi les 10 équipes ayant marqué le plus de buts mais également parmi les 10 en ayant accordé le moins.

Mike Babcock a été choisi le meilleur entraîneur de la LNH lors d’un scrutin de NHL.com, et sa feuille de route montre clairement pourquoi. Il a mené les Red Wings à cinq titres de section, deux finales de la Coupe Stanley et un championnat en huit saisons. Il était aussi l’entraîneur de l’équipe canadienne qui a remporté la médaille d’or aux Jeux olympiques de 2010. Avant de joindre les Red Wings, il avait aussi mené les Ducks d’Anaheim à la finale de la Coupe Stanley en 2004.

Babcock veut que son équipe préconise un style offensif et la possession de la rondelle tout en étant forte en zone défensive. Il a été capable de composer avec les blessures et il a ajouté de jeunes joueurs au groupe sans que le niveau de jeu soit diminué de beaucoup.


Unités spéciales

L'influence de Boudreau s'est nettement fait sentir en avantage numérique, où les Ducks se sont grandement améliorés après s'être contentés du 21e rang la saison précédente avec une moyenne de réussite de 16,6 pour cent. Ils sont passés à un taux supérieur à 20 pour cent parmi les meilleurs de la ligue grâce à la contribution d'un peu tout le monde. Ils n'ont aucun joueur parmi les 25 meilleurs marqueurs en supériorité numérique, mais neuf attaquants et trois défenseurs ont au moins un but.

En désavantage numérique, les Ducks se classent en milieu de peloton, à peu près comme la saison précédente, même si la venue des Winnik, Steckel et Dvorak ne peut être négligée. Winnik a passé l'équivalent de deux matchs complets à jouer en infériorité numérique cette saison, Steckel sera fort utile aux mises en jeu et Dvorak compte 24 buts en carrière avec un joueur en moins, le cinquième total plus élevé chez les joueurs actifs.

Beauchemin est solide comme le roc à l'arrière et Getzlaf a marqué trois des quatre buts des Ducks en désavantage.

Les unités spéciales des Red Wings ont été dans le milieu du peloton à l’étranger lors de la saison régulière, mais avec les joueurs d’expérience qu’ils possèdent, il y a peu de doutes qu’ils feront mieux en séries éliminatoires.

Avec Datsyuk et Zetterberg pour diriger le jeu de puissance, leurs rivaux n’auront pas le temps de relaxer. Datsyuk a particulièrement été efficace en supériorité numérique, inscrivant huit de ses 15 buts sur le jeu de puissance.

Franzen, comme Tomas Holmstrom avant lui, est presque impossible à déplacer devant le filet de l’équipe rivale.

Le travail des Wings en désavantage numérique a été une raison majeure pour expliquer la forte poussée de l’équipe en vue des séries éliminatoires. En 12 matchs au mois d’avril, ils ont écoulé le temps avec succès à 34 reprises en 38 occasions (89,5 pour cent) lors des désavantages numériques.

Les Wings n’ont réussi que deux buts en désavantage numérique cette saison mais le plus important est d’empêcher la rondelle de pénétrer dans le filet, ce qu’ont certainement fait les Red Wings.

Il pourrait faire la différence

Teemu Selanne -- On s'est demandé si Selanne pourrait encore être productif à l'âge de 42 ans. Deux matchs de quatre points au cours du premier mois de la saison ont suggéré que oui mais l'éclair finlandaise a ralenti sensiblement par la suite. Boudreau lui a accordé du repos vers la fin et s'il peut retrouver un sursaut d'énergie pour les séries, il ajoutera une dimension bienvenue à l'attaque. Lors de la dernière présence des Ducks en séries il y a deux ans, Selanne avait été leur meilleur joueur, marquant en six buts en six matchs contre les Predators de Nashville.

Damien Brunner -- Ce fut une saison en dents de scie pour Brunner alors que les attentes étaient élevées à son arrivée avec les Red Wings. Il s’est amélioré durant la saison et ils compteront sur lui pour jouer un rôle important lors des séries éliminatoires. À 27 ans, Brunner est plus vieux que la moyenne des joueurs de première année dans la LNH, et bien que c’est sa première présence en séries éliminatoires de la Coupe Stanley, il a pris part à plusieurs matchs importants en Suède et sur la scène internationale. Les Red Wings peuvent compter sur Datsyuk et Zetterberg pour transporter l’offensive. Ils auront besoin d’être secondés à l’attaque, et l’équipe se tournera vers Brunner.

Analyse

Les Ducks vont gagner si… Hiller et/ou Fasth continuent d'offrir des performances aussi constantes que durant la saison régulière et que l'offensive produit suffisamment. Les Ducks ont terminé parmi les 10 premiers pour le nombre de buts mais leur attaque a cafouillé par moments dans le dernier droit. Ils ont été tenus à un but ou moins dans huit matchs sur 15 du 22 mars au 19 avril, quand ils ont traversé une vilaine séquence de 5-9-1.
 

Les Red Wings vont gagner si… S’ils obtiennent une production offensive dans toute leur formation. Datsyuk et Zetterberg sont des joueurs formidables, mais ils ne peuvent gagner à eux seuls en séries éliminatoires. Il ne manque pas de candidats, mais au moins un ou deux d’entre eux devra élever son jeu à l’offensive.

 

La LNH sur Facebook