Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Les affrontements de la première ronde des séries éliminatoires de la Coupe Stanley

dimanche 2013-04-28 / 15:42 / LNH.com - Nouvelles

LNH.com

Partagez avec vos amis


Les affrontements de la première ronde des séries éliminatoires de la Coupe Stanley

Les 16 équipes qui batailleront pour l’obtention de la Coupe Stanley sont maintenant connues. La quête pour le prix ultime du monde du hockey commence mardi.

Toutes les confrontations qui auront lieu en première ronde dans l’Association de l’Ouest sont connues, mais l’identité d’une seule confrontation est confirmée dans l’Est. Les équipes qui s’affronteront dans les trois autres séries seront connues après la rencontre entre les Sénateurs d’Ottawa et les Bruins de Boston, dimanche, un match qui a été reporté suite aux attentats du Marathon de Boston.

Voici un aperçu des confrontations déjà confirmées :

Association de l’Est :

(6) Rangers de New York face aux (3) Capitals de Washington

Fiches : Rangers 26-18-4, Capitals 27-18-3

Face à face : Les Rangers ont eu le dessus 2-0-1 (1-0-1 à domicile et 1-0-0 sur la route)

Historique en séries entre les deux équipes : Les Capitals mènent 4-3

Dernier affrontement lors des séries éliminatoires : 2012, New York l’avait emporté 4-3 en demi-finale de l’Association de l’Est

Meilleurs marqueurs: Rick Nash, Rangers (21-21-42); Alex Ovechkin, Capitals (32-24-56)

En résumé : Les Capitals de Washington semblaient se diriger vers une non-participation aux séries éliminatoires lorsqu’ils se sont présentés à Winnipeg pour y disputer deux rencontres, les 21 et 22 mars. Ils ont triomphé lors des deux parties et n’ont jamais regardé en arrière par la suite, affichant un rendement de 15-2-2 lors des 19 derniers matchs pour remporter le titre dans la Division Sud-Est. Alex Ovechkin a mené la LNH avec 32 buts, dont 19 lors du dernier droit. Braden Holtby a émergé en tant que gardien numéro un de l’équipe, tandis que le retour de Mike Green a aidé les Capitals à s’établir comme l’un des jeux de puissance les plus dangereux de la LNH (26,8 pour cent).

Les Rangers ont également terminé la campagne en force, affichant un dossier de 10-3-1 en avril, pour s’emparer du sixième échelon dans l’Est. Henrik Lundqvist est un mur devant le filet, le premier quatuor de défenseurs est aussi bon que celui de n’importe quelle autre équipe, même en l’absence de Marc Staal, blessé. Les lignes d’attaque semblent s’être retrouvées. L’unité de Rick Nash, Derek Stepan et Carl Hagelin a été l’une des meilleures dans la ligue et Brad Richards, qui s’est retrouvé, a permis à New York de pouvoir compter sur un deuxième trio capable d’expédier le disque au fond du filet.

Les Rangers ont disputé le match numéro sept à domicile lors du printemps dernier, là où ils ont battu les Capitals au terme d’un marathon. Si la série nécessite sept affrontements, ce sont les Capitals qui profiteront de l’avantage de la patinoire cette fois.

Association de l’Ouest

(8) Wild Minnesota face aux (1) Blackhawks de Chicago

Fiches : Wild 26-19-3, Blackhawks 36-7-5

Face à face : Chicago l’a emporté avec un dossier de 2-0-1 (1-0-0 à domicile et 1-0-1 sur la route)

Historique en séries entre les deux équipes : Ne se sont jamais affrontées

Meilleurs marqueurs : Zach Parisé, Wild (18-20-38); Patrick Kane, Blackhawks (23-32-55)

En résumé : Le Wild du Minnesota est la dernière équipe à s’être qualifiée pour les séries, elle a été forcée de gagner son dernier match à l’étranger contre l’Avalanche du Colorado pour y arriver après une séquence désastreuse en fin de saison qui est passée bien près de les tenir à l’écart des séries pour une sixième saison de suite. Les deux grosses acquisitions du Wild, sur le marché des joueurs autonomes au cours de l’été, Zach Parisé et Ryan Suter, ont bien joué, mais il y a bien peu de profondeur en attaque et Suter ne peut pas être toujours sur la glace à la ligne bleue. Si Niklas Backstrom connaît des difficultés devant le filet, il n’y a pas beaucoup de support derrière lui.

Il est difficile de jouer mieux que les Blackhawks de Chicago, qui ont débuté la saison avec un dossier de 21-0-3 et l’ont terminée avec une fiche de 10-3-2 en avril, avec deux défaites sans signification sur la route lors du dernier week-end de la campagne. Patrick Kane, Jonathan Toews et Marian Hossa ont mené une attaque balancée qui a beaucoup de profondeur. Duncan Keith est à la tête d’une brigade défensive solide et la combinaison formée de Corey Crawford et Ray Emery devant le filet n’a accordé que 97 buts en excluant les tirs de barrage, la meilleure performance du circuit.

Le Wild devra jouer du hockey sans bavures pour batailler avec les Blackhawks et cela pourrait ne pas être suffisant pour l’emporter.

(7) Red Wings de Detroit contre les (2) Ducks d’Anaheim

Fiches: Red Wings 24-16-8, Ducks 30-12-6

Face à face : Detroit l’a emporté 2-1-0 (0-1-0 à domicile et 2-0-0 sur la route)

Historique en séries entre les deux équipes : Detroit mène par 3-2.

Dernier affrontement entre les deux formations : 2009, Detroit l’avait emporté 4-3 en demi-finale de l’Association de l’Ouest

Meilleurs marqueurs: Pavel Datsyuk, Red Wings (15-34-49); Ryan Getzlaf, Ducks (15-34-49)

En résumé : Les Red Wings de Detroit ont dû attendre au dernier match de la saison pour concrétiser la plus longue séquence de saisons consécutives à prendre part aux séries éliminatoires (22 saisons). La retraite de Nicklas Lidstrom a laissé un trou béant à la ligne bleue, brèche qui s’est aggravée avec un grand nombre de blessures, tandis que l’attaque a connu des difficultés enfiler l’aiguille. Le gardien Jimmy Howard n’a pas beaucoup attiré l’attention, mais il a probablement connu sa meilleure saison, son jeu a été constant lors de cette campagne de transition.

Les Ducks d’Anaheim ont pris une grosse avance en tête de la Division Pacifique et leur niveau de jeu s’en est ressenti en connaissant une baisse en avril. Ryan Getzlaf et Corey Perry, les deux tiers du premier trio des Ducks, ont paraphé de nouvelles ententes lucratives le mois dernier, afin de demeurer à Anaheim ; il doivent maintenant produire. Les Ducks ont également besoin d’une meilleure production de Bobby Ryan et de Teemu Selanne, qui ont ralenti après de bons départs. La défensive est solide et sous-estimée, tandis que la combinaison de Jonas Hiller et de Viktor Fasth, un gardien de 30 ans qui en est à sa première saison dans le circuit,, permet au pilote Bruce Boudreau d’avoir des options devant le but.

Les Ducks ouvrent la série avec deux parties au Honda Center, là où ils ont gagné 13 parties de suite à un moment donné cette saison. Mais en avril, Anaheim n’a affiché qu’un rendement de 7-5-1 et affrontera un adversaire, en l’occurrence Detroit, qui s’est amélioré à mesure que ses joueurs recouvraient la santé.

(6) Sharks de San Jose contre les (3) Canucks de Vancouver

Fiches: Sharks 25-16-7, Canucks 26-15-7

Face à face : San Jose l’a emporté aisément 3-0-0 (2-0-0 à domicile et 1-0-0 sur la route)

Historique en séries entre les deux équipes : Vancouver mène 1-0.

Dernier affrontement entre les deux formations : 2011, Vancouver l’avait emporté 4-1 en finale de l’Association de l’Ouest

Meilleurs marqueurs : Joe Thornton, Sharks (7-33-40); Henrik Sedin, Canucks (11-34-45)

En résumé : Les Sharks de San Jose ont amélioré leur vitesse avec quelques mouvements de personnel effectués avant la date limite des transactions, mais ils ont failli à la tâche en n’arrivant pas à terminer au quatrième rang et à mériter l’avantage de la patinoire en première ronde. Cela aurait grandement aidé. Les Sharks ont gagné 17 fois et ne sont pas arrivés à récolter au moins un point à deux occasions seulement en 24 parties au HP Pavilion. Ils ont remporté seulement huit parties à l’étranger, mais une d’entre elles était face à Vancouver. Antti Niemi a été excellent devant le filet, la défensive est compétente et le noyau des avants, Joe Thornton, Patrick Marleau, Logan Couture et Joe Pavelski, peut marquer des buts.

Les Canucks ont remporté le titre de la Division Nord-Ouest pour la cinquième fois en six ans, mais l’exploit est autant attribuable aux déboires des quatre autres équipes qu’au jeu solide des Canucks. La situation des gardiens de but demeure la même qu’au cours de l’été passé, Cory Schneider est le gardien titulaire lorsqu’il est en santé et l’ancien numéro un Roberto Luongo est son auxiliaire. Six attaquants ont marqué dix buts ou plus, mais personne n’en a marqué plus de 13 et seuls les frères Sedin ont dépassé les 27 points. Vancouver a remporté le titre de sa division, mais les Canucks n’ont pas été aussi dominants qu’au cours des récentes saisons.

Cette série devrait être serrée. Niemi a un titre de la Coupe Stanley à son palmarès et Schneider devra prouver à tout le monde qu’il est le gardien d’élite dont les Canucks ont besoin.

Kings de Los Angeles (5) contre les Blues de St. Louis (4)

Fiches: Kings 27-16-5, Blues 29-17-2

Face à face : Los Angeles a eu le dessus 3-0-0 (1-0-0 à domicile et 2-0-0 sur la route)

Historique en séries entre les deux équipes : St. Louis mène 2-1

Dernier affrontement entre les deux formations : 2012, Los Angeles l’avait emporté 4-0 en demi-finale de l’Association de l’Ouest

Meilleurs marqueurs : Anze Kopitar, Kings (10-32-42); Chris Stewart, Blues (18-18-36)

En résumé : Les Kings de Los Angeles amorcent la défense de leur titre de champions de la Coupe Stanley contre une de leurs victimes du printemps dernier. Mais si les Kings ont terminé au cinquième échelon dans l’Ouest, plutôt qu’au huitième, comme l’an dernier, ils ont connu des hauts et des bas, dont une différence marquée du jeu de Jonathan Quick devant le filet, tant à domicile qu’à l’extérieur. Les 26 buts de Jeff Carter ont fourni une étincelle aux Kings en attaque, ils marqué près de la moitié d’un but de plus en moyenne par rapport à la saison dernière. Les statistiques de Quick sont en baisse, par rapport à la saison précédente, spécialement sur la route. En incluant le balayage des dernières séries, les Kings ont remporté huit matchs de suite contre St. Louis.

St. Louis a terminé la campagne avec une bonne séquence de 11-2-0 en avril. Le gardien Brian Elliott, après avoir affiché un dossier de 3-6-1, n’a alloué que 16 buts lors de l’excellente séquence de 13 rencontres des Blues au cours du dernier mois. Les Kings ont eu le dessus sur lui au printemps dernier, après la blessure de Jaroslav Halak. Il a d’ailleurs été forcé de jouer beaucoup lors de la récente poussée de fin de saison, puisque Halak est encore blessé. Chris Stewart a rebondi avec sa meilleure saison en carrière, mais il est seulement un des trois joueurs des Blues à avoir atteint la marque des dix buts. Alex Pietrangelo est un défenseur de premier ordre.

Les deux équipes jouent un jeu axé sur le travail qui consiste à limiter les chances, ils se retrouvent aux échelons deux et trois au niveau du plus bas nombre de tirs accordés. Le gagnant devrait être celui qui obtient les meilleures performances de son gardien de but. Quick et Elliott ont tous deux terminé la saison avec des pourcentages d’arrêts sous la moyenne qui vient faire de l’ombre à leurs moyennes de buts alloués.

 

La LNH sur Facebook