Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Une participation aux séries couronnerait la reconstruction des Islanders

mardi 2013-04-16 / 17:15 / LNH.com - Nouvelles

Par Brian Compton - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

Partagez avec vos amis


Une participation aux séries couronnerait la reconstruction des Islanders

UNIONDALE, N.Y. - Il y aura cinq ans en juin que le directeur général Garth Snow a changé l'orientation de la concession des Islanders de New York.

Pleinement conscient qu'il aurait de la difficulté à attirer de grands noms à Long Island, Snow a opté pour repartir à zéro et il s'est mis au travail à la séance de repêchage de 2008 à Ottawa.

Désireux d'accumuler des sélections après que son équipe ait terminé parmi les cinq dernières, il a procédé à deux échanges durant la première ronde et il a déniché sa première prise, l'attaquant Josh Bailey. A ce même repêchage, il a aussi mis la main sur le défenseur Travis Harmonic, le gardien Kevin Poulin et l'attaquant Matt Martin, qui font tous partie de l'édition actuelle des Islanders.

Bailey a gradué avec l'équipe dès la saison 2008-09, que les Islanders ont complétée en dernière position au classement général, ce qui leur a permis de repêcher au premier rang celui qui allait devenir leur joueur de concession, le centre John Tavares.

Mais ils ont continué de terminer dans les bas-fonds du classement, encore la saison dernière, quand les joueurs et la direction avaient pourtant annoncé que la reconstruction était terminée et que les séries éliminatoires devenaient l'objectif.

L'histoire est différente cette saison.

Avec encore six matchs à disputer, les Islanders (5-0-2 en avril) accueillaient les Panthers de la Floride mardi installés au septième rang de l'Association Est. Et même s'ils devront conclure leur saison avec cinq matchs sur la route, ils ont leur destinée en main et de très bonnes chances d'accéder aux séries pour la première fois depuis 2007.

« Nous sommes plusieurs à être ici depuis un bon bout de temps et nous n'avons pas beaucoup gagné, a rappelé Bailey à LNH.com. Nous n'avons jamais été en séries et c'est devenu frustrant de regarder les matchs à la maison. C'est excitant de se retrouver dans le dernier droit et de gagner. Il faut continuer de le faire pour s'assurer de garder notre place. C'est du plaisir aussi. Tout le monde apprécie le moment mais nous réalisons que nous n'avons rien accompli encore. Nous avons encore plusieurs gros matchs devant nous. »

Les Islanders ont raté les séries par 13 points l'an dernier en dépit des 81 points de Tavares, des 36 buts de Matt Moulson et du taux d'arrêts de ,914 affiché par Evgeni Nabokov. Leurs difficultés à protéger des avances en troisième période ont été le gros problème, dû principalement à des lacunes flagrantes à la ligne bleue.

Snow a vu à régler ce problème en allant chercher Lubomir Visnovsky et Matt Carkner sur le marché des joueurs autonomes puis en réclamant Brian Strait et Thomas Hickey au ballottage. Strait sera bientôt disponible après avoir soigné une blessure à la cheville et Hickey montre un différentiel de plus-5. Les Islanders ont concédé 27 tirs au filet ou moins dans 12 de leurs 14 derniers matchs et Andrew MacDonald domine la LNH avec 112 lancers bloqués.

« J'estime que nous avons toujours eu un bon groupe de joueurs depuis mon arrivée ici », a confié Bailey, qui a marqué les deux buts dans une victoire de 2-1 à Boston jeudi dernier. « On gagne en confiance quand on connaît du succès. Mais il faut continuer. Nous ne sommes jamais satisfaits. Il faut continuer de travailler fort. »

De l'aide pour marquer des buts a aussi été bienvenue. Tavares et Moulson produisent toujours autant, avec un total combiné de 37 buts jusqu'ici, mais d'autres joueurs ont contribué de 87 buts. Le deuxième trio, composé de Bailey, Frans Nielsen et Kyle Okposo, s'est spécialement mis en évidence depuis un mois et le rapide Michael Grabner - un autre joueur réclamé au ballottage, finaliste au trophée Calder en 2011 - a 13 buts à sa fiche.

« Nous avons eu la contribution de tout le monde et c'est ce qui fait la différence », a commenté Tavares, le meneur des siens avec 24 buts et 42 points. « On a besoin de tout le monde. »

Mark Streit, qui a signé un contrat de 20 millions $ pour cinq ans à l'été 2008, avoue avoir plus de plaisir à se présenter à l'aréna que jamais auparavant depuis son arrivée chez les Islanders. Nommé capitaine avant le début de la présente saison, il pourra devenir joueur autonome cet été. La dernière fois qu'il a participé aux séries remonte au printemps 2008, à sa dernière saison avec le Canadien de Montréal.

« Nous avons toujours eu une bonne équipe et un bon esprit de groupe, mais c'est complètement différent quand vous gagnez et luttez pour une place en séries. Les entraînements se déroulent vraiment bien et c'est plus plaisant de jouer quand on sait qu'on se bat pour quelque chose. Il y a beaucoup de spectateurs à nos matchs et l'ambiance est formidable. Ca sent déjà les séries. »

Les joueurs ne sont pas les seuls excités. L'entraîneur Jack Capuano rêve aussi à ses premières séries, mais il réalise qu'il appartiendra aux joueurs de l'y mener.

« Ils sont excités, reconnaît-il. Plusieurs de ces gars-là, que ce soit au collège ou au niveau junior, ont vécu une situation semblable. Nous sommes tous passés par là. C'est une situation où il convient de bien se préparer et d'être bien concentré. »

Capuano aimerait bien que les Streit, Nielsen, Bailey, Tavares, Okposo, ceux qui ont connu les passages les plus difficiles, soient enfin récompensés en ayant la chance de lutter pour le Saint Graal du hockey.

« Ça représenterait beaucoup pour eux, ils ont vécu de durs moments ici, a noté l'entraîneur. Ils n'ont pas eu cette chance avant et on ne sait pas quand elle reviendra. C'est difficile. Une chance sur 30 de gagner la coupe, vous voyez ce que je veux dire? Il s'agit d'accéder à la danse et de faire de votre mieux. C'est ce que nous visons tous.

« Comme entraîneur, il faut juste essayer de préparer votre équipe. On ne veut pas tout changer. Il faut s'assurer que les gars sont prêts de toutes les façons, mais c'est à eux que ça revient, ce sont eux qui en sont arrivés là. »

Six matchs à jouer et 12 points disponibles. Personne ne sait combien de points exactement les Islanders devront récolter pour se qualifier mais ils semblent prêts à se battre pour y parvenir.

« Nous n'avons pas encore accompli ce que nous voulons, a prévenu Tavares. Nous aurons encore à passer par des hauts et des bas. On peut seulement tenter de faire tout ce qui est possible pour arriver là (dans les séries).

« C'est formidable d'être où nous sommes présentement et d'avoir réussi cette poussée depuis un mois pour nous placer en bonne position. Il y a encore beaucoup de travail à faire, ce que nous ne devons pas perdre de vue. »

Suivez Brian Compton sur Twitter: @BComptonNHL

 

La LNH sur Facebook