Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

MacTavish complète un tour du chapeau avec les Oilers

lundi 2013-04-15 / 17:35 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Craig MacTavish a complété un tour du chapeau avec les Oilers d'Edmonton, mais il s'est peut-être engagé à relever son plus grand défi.

Le président aux opérations de hockey des Oilers Kevin Lowe a annoncé lundi la nomination de MacTavish au poste de directeur général en remplacement de Steve Tambellini, congédié la veille.

L'ancien directeur général des Blue Jackets de Columbus Scott Howson remplacera MacTavish dans son rôle de vice-président principal aux opérations de hockey. Il avait été adjoint au directeur général des Oilers de 2002 à 2007.

MacTavish a déjà été joueur pour les Oilers, de 1986 à 1994, et entraîneur, de 2000 à 2009.

Son nouveau travail consistera à reconstruire une formation gagnante.

« Je suis un type impatient et j'amène cette impatience avec moi », a-t-il confié lors d'une conférence de presse agressive par moments. « Je pense que nous sommes dans un bon cycle présentement et que nous devons poser des gestes courageux. Il faudra prendre un semblant de risque pour aller de l'avant rapidement. »

Les Oilers ont conservé une fiche de 138-185-46 sous le règne de  Tambellini, qui avait été engagé le 31 juillet 2008. Même s'ils ont eu le premier choix des trois derniers repêchages et si les trois élus, Taylor Hall, Ryan Nugent-Hopkins et Nail Yakupov, jouent dans les deux premiers trios, ils doivent se contenter d'une fiche de 16-18-7 et viennent de perdre cinq matchs de suite pour chuter au 12e rang dans l'Ouest.

Ils étaient classes huitièmes le 3 avril mais n'ont marqué que quatre buts à leurs cinq derniers matchs.

Lowe a admis que cette mauvaise passe a pesé dans la balance pour sa décision.

« Pour un, j'avais vraiment espéré qu'on serait en meilleure position, a-t-il reconnu. Pour le bien de Steve, j'espérais qu'on soit dans la lutte jusqu'à la fin. Avoir perdu cinq matchs de suite, la façon dont on les a perdus, la position où nous sommes, tout cela a compté dans ma décision. Si nous devons agir, pourquoi attendre? Plutôt permettre à ces gars-là de se mêler des opérations et de prendre quelques semaines d'avance. »

Aucun changement d'entraîneur ne semble prévu à l'horizon. MacTavish a offert un vote de confiance à Ralph Krueger, une recrue dans la LNH.

« Je pense qu'il est juste de dire qu'il y a très peu de chance que la situation dans laquelle nous nous trouvons présentement ait à voir avec le coaching, a-t-il estimé. Ce qu'il faut, c'est donner de meilleurs outils aux entraîneurs. Dire que c'est la faute à Ralph Krueger serait faire preuve d'une très courte vue de ma part. »

Lowe et MacTavish ont dû répondre à beaucoup de questions à savoir pourquoi ils pensent être en mesure de transformer cette organisation maintenant. Il y a cinq ans que Lowe a abandonné son poste de directeur général et que MacTavish a perdu son poste d'entraîneur après que les Oilers eurent raté les séries une deuxième année de suite et ils ne se sont jamais qualifiés depuis.

Lowe était spécialement sur la défensive.

« Je crois qu'il est juste de dire que la moitié des directeurs généraux dans la LNH présentement échangeraient leur formation contre la nôtre, s'est-il défendu.

Et il a aussi défendu son passé.

« Il n'y a plus qu'un seul autre individu encore impliqué dans le hockey qui a gagné plus de coupes Stanley que moi », a rappelé le sextuple vainqueur dont la dernière conquête remonte à 1994. « Je pense donc en connaître un peu sur ce qu'il faut pour gagner. »

Lowe a aussi mentionné des différences dans l'organisation aujourd'hui, surtout au niveau de la stabilité des propriétaires.

« C'est intéressant d'analyser notre équipe par rapport à il y a cinq ou six ans, a-t-il indiqué. Nous n'avions pas de joueurs d'élite et nous avions toutes sortes de restrictions. Grâce aux propriétaires que nous avons aujourd'hui, les ressources sont là et les pièces sont en place. Nous avons beaucoup plus de munitions. »

MacTavish a rappelé les difficultés qu'avait Edmonton à attirer des joueurs par le passé puis a pointé l'avenir.

« Il y a peut-être des sceptiques, a-t-il reconnu. On n'accepte pas un poste comme le mien avec des lunettes roses. Je réalise parfaitement ce qui m'attend. Je ne regarde pas le passé. Mon seul objectif est d'ajouter quelque chose au futur de cette équipe.

« Je ne pense pas avoir jamais failli à la tâche dans tout ce que j'ai fait pour cette organisation par le passé, a-t-il poursuivi. J'ai hâte de relever le défi. Je vais aider à transformer cette équipe. »

MacTavish a expliqué que cela allait commencer en ajoutant de la profondeur pour entourer les jeunes vedettes que sont Hall, Nugent-Hopkins, Yakupov, Jordan Eberle et Justin Schultz.

« Notre futur est très brillant avec les jeunes joueurs que nous avons, mais il nous faut ajouter de la profondeur, a-t-il dit. Nous avons les pièces principales mais il faut ajouter un esprit de compétition. Je pense que nous ne réalisons pas vraiment à quel point c'est difficile de connaître du succès à ce niveau. C'est extrêmement difficile de gagner dans cette ligue.

« Il nous faut accomplir du meilleur travail pour armer nos entraîneurs et compléter notre noyau de joueurs par un groupe de joueurs décidés à aller de l'avant. Nous savons tous que nous allons y parvenir. »

MacTavish a parlé de la nécessité de « prendre des risques pour devenir compétitifs » si on veut transformer cette équipe rapidement.

« Accéder aux séries dans la LNH n'a jamais été aussi difficile, a-t-il noté. On a pu le constater l'an dernier quand les Kings y sont parvenus à partir du huitième rang. La ligne entre se classer dans les séries et gagner la Coupe Stanley est plus fine que jamais. Je ne crois pas qu'on soit si loin. Il va falloir faire des changements, mais nous sommes à un stade où nous pouvons prendre des risques. »

Il n'a jamais dit lesquels.

« Parler est facile, a-t-il constaté. Je peux me présenter devant vous et discuter stratégie ou d'un joueur que je veux obtenir. Mais ce qui compte, c'est d'agir. Nous allons explorer à fond chaque avenue susceptible d'aider notre équipe, tout ce qui peut nous permettre d'aller de l'avant.

« Je comprends qu'on est sur une séquence de cinq défaites et qu'il y a du scepticisme dans l'air, mais les choses peuvent changer rapidement. Je crois que nous avons la capacité de le faire très vite avec le groupe de joueurs que nous avons. »

Suivez Dan Rosen sur Twitter à: @drosennhl

Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
vs.
La série débute le 18 avril
vs.
Montréal mène la série 1-0
vs.
Pittsburgh mène la série 1-0
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
La série débute le 16 avril
vs.
La série débute le 17 avril
 

La LNH sur Facebook