Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Touchette : Carey Price n’a pas droit à l’erreur

mercredi 2013-04-10 / 14:44 / LNH.com - Nouvelles

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Touchette : Carey Price n’a pas droit à l’erreur

Sommes-nous trop ou pas suffisamment sévères lorsque vient le temps d'évaluer le rendement de Carey Price ?

Si je pose la question, c'est que le sujet est loin de faire l'unanimité dans nos salons, nos cuisines et au bureau.

D'un côté, il y a ceux qui, haut et fort, clament que le gardien du Canadien connait une super saison; de l'autre, il y a ceux, qui lui reprochent d'accorder trop de buts douteux, de ne pas voler suffisamment de matches.

Il y a un juste milieu quelque part et, à mon humble avis, Price, mieux appuyé que par le passé, est un très bon gardien, qui connait une très bonne saison.

Il lui arrive, effectivement, de concéder des buts parfois discutables, mais quel gardien n'en donne pas ? Je vous le demande.

Je n'essaie pas de me porter à la défense de Price. Je trouve seulement qu'ils sont nombreux à lui chercher des « bibites », à lui faire porter l'odieux de chacune des défaites de son équipe.

À Montréal, les fans, c'est bien connu, ont toujours entretenu une relation particulière avec leurs gardiens.

On n'a qu'à se souvenir à quel point ils ont, au fil des ans, acclamé Patrick Roy, José Théodore, Cristobal Huet et Jaroslav Halak, entre autres.

À un moment ou l'autre de leur séjour à Montréal, ces gardiens ont tous passé pour des demi-dieux ou des saints hommes. C'est vous dire.

Dans le cas de Price, la situation est un peu différente. Dès qu'il permet un but douteux, les réseaux sociaux s'enflamment littéralement.

Comme s'il n'avait pas droit à l'erreur.

Il y a une nuance entre une super et une bonne année et Price, quoiqu'on en dise, en connait une très bonne qui lui vaut une place parmi les cinq ou six meilleurs gardiens du circuit à l'heure actuelle.

Vous savez quoi ? J'ai parfois l'étrange impression que les pros-Halak (et il y en avait beaucoup à l'époque) n'ont pas encore digéré le départ de Jaro.

À chaque fois que Price en échappe une, il s'en trouve pour brandir le spectre de Halak. Enough is enough.

Le moment est venu de passer à autre chose.

Le meilleur et le pire 

De l'avis des mauvaises langues, Alexander Ovechkin passe plus de temps dans le costume de Clark Kent que celui de Superman.

Mais depuis environ mois, il se déguise régulièrement en Superman.

Il patine à fond de train, il fonce, il frappe, il virvolte et il marque des buts à tour de bras. Il n'y pas si longtemps, il en comptait à peine dix.

Aujourd'hui, il en totalise 26 ce qui lui conférait le premier rang de la ligue à ce chapitre avant les matches de mercredi.

Face au Canadien, mardi soir, il a produit quelques étincelles pour mener son équipe à la victoire.

Comment interpréter le réveil combien spectaculaire de la vedette des Capitals ?

Bonne question.

Son retour en force est probablement la preuve qu'il joue quand ça lui tente.

Cette saison, Ovechkin a passé des semaines et des semaines à produire au même rythme qu'un joueur de troisième trio. Puis, bang, il s'éclate.

« Je produis parce que mon temps de glace a augmenté », dit-il simplement.

Justement. Si son temps de glace avait diminué, c'est que son entraîneur Adam Oates, un ancien joueur qui donnait toujours sa pleine mesure, a jugé que son joueur-vedette ne lui en donnait pas suffisamment.

Or avec Ovechkin, c'est souvent tout ou rien.

Depuis quelques matches, il est redevenu le joueur dominant qu'il était en 2009-10 alors qu'il a réalisé sa dernière saison de 50 buts. Parce qu'il s'en donne la peine. Tout simplement.

Cela dit, Ovechkin a-t-il repris son envol pour de bon ?

Il faudra sans doute attendre à la fin de la saison pour dresser un bilan de ces performances et déterminer lequel des deux a passé le plus de temps sur la glace: Clark Kent ou Superman.

 

La LNH sur Facebook