Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

À la veille du dernier quart de la saison, plusieurs personnes à surveiller

lundi 2013-04-08 / 13:20 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Il reste 20 jours à la saison régulière 2012-13 de la LNH et il y a tellement encore en jeu.

Nous sommes arrivés au dernier quart de la saison, ce qui signifie que le sprint final pour les séries éliminatoires de la Coupe Stanley est commencé. Les enjeux sont ouverts, seulement une poignée d’équipes peuvent dire qu’elles n’ont plus aucune chance de participer aux séries éliminatoires.

Mais comment tout cela se terminera-t-il? Quelles équipes franchiront le fil d’arrivée en sachant qu’elles disputeront d’autres matchs en mai? De qui allons-nous parler quand la saison régulière sera complétée?

Voici 14 personnes qui façonneront les dernières semaines de la saison régulière:

1. Alex Ovechkin, Capitals de Washington

Ovechkin a excellé au cours des trois dernières semaines et il devra poursuivre sur cette même lancée si les Capitals veulent remporter le titre de la section Sud-Est, ce qui semblait impossible à la fin février début mars.

Le directeur général des Capitals, George McPhee, avait pleinement confiance en son équipe à la date limite des échanges quand il a acquis l’attaquant Martin Erat en retour de Filip Forsberg, l’un des meilleurs espoirs de l’organisation, et en n’échangeant pas Mike Ribeiro malgré le fait que le contrat de ce dernier se terminera à la fin de la saison.

McPhee croit aux chances des Capitals de participer aux séries éliminatoires et de faire un bon bout de chemin. Ovechkin devra cependant poursuivre sur la même lancée, s’il veut que son souhait soit réalisé.

2. James Reimer, Maple Leafs de Toronto

Reimer devrait maintenant savoir que la direction des Maple Leafs croit en lui. Ils ont bien courtisé les Canucks de Vancouver afin d’acquérir Roberto Luongo et les Flames de Calgary pour obtenir Miikka Kiprusoff lors de la dernière journée des échanges, mais ils se sont accrochés à Reimer et à son substitut Ben Scrivens.

Les Maple Leafs se retrouvent en bonne position pour participer aux séries éliminatoires pour la première fois depuis 2004, mais ce sera à Reimer de faire en sorte qu’ils atteignent leur objectif et de peut-être causer des surprises par la suite.

Reimer a été solide pendant la majeure partie de la saison, mais il a connu des matchs difficiles. À Toronto, les yeux sont toujours tournés vers lui et maintenant nous pourrons voir comment il se comportera sous la pression des matchs éliminatoires.

3. Mike Babcock, Red Wings de Detroit

Si les Red Wings veulent participer aux séries éliminatoires pour une 22e saison consécutive, ce sera à Babcock de trouver les bonnes combinaisons en fin de saison pour soutirer le plus possible de son équipe qui prend de l’âge.

Récemment, Babcock a réuni les attaquants Pavel Datsyuk et Henrik Zetterberg, un changement qui a semblé procurer de l’énergie aux deux joueurs en plus d’ajouter une certaine responsabilité à Johan Franzen qui a été déplacé au centre du deuxième trio.

Babcock doit déterminer jusqu’où il fera confiance à la recrue Danny DeKeyser qui a impressionné à ses deux premiers matchs depuis qu’il a signé un contrat de deux ans, à la fin du mois dernier. Si DeKeyser peut aider à la ligne bleue, Babcock devra lui permettre d’acquérir de l’expérience en pleine course des séries éliminatoires, ce qui n’est pas toujours facile à faire pour un entraîneur en chef.

4. Cory Schneider, Canucks de Vancouver

Le temps est arrivé pour Schneider à Vancouver. Le gardien de 27 ans attend depuis un bon moment d’avoir sa chance et il a maintenant l’opportunité de démontrer ce qu’il peut faire.

Robert Luongo se retrouve dans l’ombre, ce qui n’est pas nécessairement une mauvaise affaire pour les Canucks, mais il est clair maintenant que l’entraîneur en chef, Alain Vigneault, a identifié Schneider comme le gardien no 1. Schneider a commencé 11 matchs consécutifs et en a terminé 10.

Schneider a fait son temps comme substitut de Luongo et il a gagné la chance de mener les Canucks à un autre titre de la section Nord-Ouest et parmi les trois meilleurs de l’Association de l’Ouest.

5. Marian Gaborik, Blue Jackets de Columbus

Le directeur général des Blue Jackets, Jarmo Kekalainen, a fait un coup d’éclat lors de la dernière journée des échanges en acquérant Gaborik car les Blue Jackets avaient définitivement besoin d’améliorer leur attaque au sein des deux premiers trios s’ils veulent atteindre les séries éliminatoires pour la première fois depuis 2009, la deuxième de l’histoire de la franchise.

Gaborik a bien fait avec les Blue Jackets depuis son arrivée après avoir connu une saison difficile au cours de ses 35 premiers matchs avec les Rangers de New York. Ce sont de bonnes nouvelles, car il n’a pas de temps à perdre pour s’acclimater à Columbus ou pour se réhabituer au jeu de l’Association de l’Ouest.

Il a les habiletés pour marquer plusieurs buts, ce que les Blue Jackets ont justement besoin. Ces derniers se retrouvent très près de la huitième place et ils leur restent trois matchs à disputer devant leurs partisans.

6. John Tortorella, Rangers de New York

Les Rangers n’ont pas répondu aux hautes attentes placées en eux au début de la saison, mais Tortorella a reçu, avant la date limite des échanges, du renfort qu’il pourra utiliser à bon escient. Les Rangers ont aussi laissé partir Gaborik qui ne faisait pas bon ménage avec Tortorella.

L’attaquant Ryane Clowe est le genre de joueur que Tortorella aime et qui a manqué aux Rangers cette saison. Ce qui a amené l’entraîneur a utilisé des adjectifs comme énergique et robuste.

Derick Brassard et John Moore procurent aux Rangers de la profondeur au centre et à la défense. Les Rangers sont plus créatifs à l’attaque en raison des excellentes passes de Brassard et plus rapides en raison du coup de patin de Moore.

Les Rangers sont loin d’être parfaits, mais Tortorella jouit d’une formation qu’il devrait aimer car c’est lui qui forcé un peu les échanges. Il devra donc faire en sorte que ses Rangers disputent leur meilleur hockey de la saison dans les séries éliminatoires.

7. John Tavares, Islanders de New York

Le directeur général des Islanders, Garth Snow, n’a pas bougé lors de la date limite des échanges, ce qui signifie qu’il n’a rien fait pour améliorer les chances de son équipe de participer aux séries éliminatoires de la coupe Stanley pour la première fois depuis 2007. Il n’a cependant laissé filer aucun joueur qui lui a permis de demeurer dans la course jusqu’à maintenant.

Tout ce que cela veut dire, c’est que les Islanders ont toujours une chance, et que c’est maintenant le temps pour Tavares d’élever son jeu. Pour la première fois de sa carrière, il doit transporter l’équipe sur ses épaules afin de les mener aux séries éliminatoires.

Sans jamais avoir disputé un match des séries éliminatoires, Tavares est déjà une étoile dans la ligue, mais au cours du prochain mois, son jeu démontrera quel genre de joueur il est maintenant devenu. Est-ce que Tavares est le genre de joueur qui produit quand il n’y a pas de pression ou bien le genre de joueur qui excelle quand l’enjeu est élevé?

8. Craig Anderson, Sénateurs d’Ottawa

Anderson a été tenu à l’écart du jeu pendant plus de cinq semaines en raison d’une blessure à une cheville, mais le gardien no 1 des Sénateurs est revenu au jeu dimanche et il sera en charge de mener la surprenante équipe dans les séries éliminatoires. Il est en bonne santé et il est reposé, deux traits très importants en avril.

Anderson présentait des statistiques dignes d’un gagnant du trophée Vézina. Il avait un dossier de 8-4-2, une moyenne de buts alloués de 1,49 et un pourcentage d’efficacité de ,952 pour cent avant d’être blessé le 21 février. Il sera intéressant de voir s’il pourra retrouver cette forme sur une base régulière.

Robin Lehner est le gardien d’avenir des Sénateurs, mais si les plans ne changent pas, il sera le substitut d’Anderson pour le reste de la campagne.

9. Patrice Bergeron, Bruins de Boston

Ce n’est pas juste de dire que les Bruins vont comme Bergeron va parce qu’ils forment une très bonne équipe. Mais il est un joueur important et indiscutablement leur joueur le plus complet. Il a subi sa quatrième commotion cérébrale la semaine dernière et son absence indéfinie sera difficile à combler.

Les Bruins seront extrêmement prudents avec Bergeron en raison de son passé médical.

Donc, Bergeron demeure une personne à surveiller dans le dernier droit car les Bruins seront fort probablement privés de ses services pendant un bon bout de temps et ce ne sera pas facile. Ils ont déjà de la difficulté à marquer des buts. Ils ont gagné 1-0 contre les Devils du New Jersey et ont perdu 2-1 contre les Canadiens de Montréal.

Bergeron et les Bruins vont certainement cibler un retour au jeu vers le début des séries éliminatoires, mais il n’y a aucune certitude.

10. Brian Elliott, Blues de St. Louis

Jaroslav Halak blessé, Elliott et Jake Allen devront être l’épine dorsale des Blues dans le dernier droit. Elliott a la confiance de l’entraîneur en chef Ken Hitchcock en raison de son expérience, et il répond bien à l’appel depuis.

Elliott présente une fiche de 3-0 et il n’a accordé que quatre buts en trois matchs depuis la blessure à l’aine de Halak. Elliott a effectué 28 arrêts dans une victoire de 1-0 contre les Red Wings de Detroit dimanche, quand les Blues ont remporté un quatrième match d’affilée.

Si Elliott retrouve l’excellence qu’il a démontrée la saison dernière, et si ses coéquipiers poursuivent leur jeu sans faute devant lui, les Blues devraient être capables de se qualifier pour les séries éliminatoires et d’être ainsi une équipe dangereuse.

11. Corey Crawford/Ray Emery, Blackhawks de Chicago

Très bien, les Blackhawks ne ressentent peut-être pas la pression que d’autres équipes vivent car leur qualification pour les séries éliminatoires est à toute fin pratique assurée, mais ils affronteront justement des formations qui elles luttent pour se qualifier. Ils devront donc être à leur mieux s’ils veulent entreprendre les séries éliminatoires de bon pied.

Les chances sont que l’entraîneur en chef, Joel Quenneville, évalue attentivement ses deux gardiens pour déterminer qui sera le no 1 au début des séries éliminatoires. Aucun n’a ressorti, ce qui rend cette lutte intéressante à suivre.

Crawford semble avoir l’avantage car il a été le partant au cours des deux dernières années, mais Quenneville a démontré qu’il n’hésite pas à avoir recours à Emery, Ce dernier a effectué 20 arrêts contre les Predators de Nashville, samedi, à son premier départ depuis qu’il avait accordé deux buts aux Ducks d’Anaheim lors de sa seule défaite de la saison.

12. Victor Fasth/Jonas Hiller, Ducks d’Anaheim

C’est le même scénario à Anaheim qu’à Chicago.

L’entraîneur en chef des Ducks, Bruce Boudreau, a fait savoir qu’il identifiera son gardien no 1 avant le début des séries éliminatoires. Idéalement, il aimerait en faire l’annonce avec six ou sept matchs à jouer à la saison régulière, ce qui signifie qu’il lui reste environ une semaine avant de se décider.

Ni Hiller ni Fasth n’a été assez bon pour mériter le poste de no 1, ou assez mauvais pour être le no 2.

La décision de Boudreau sera l’une qui sera la plus surveillée dans l’Association de l’Ouest.

Suivez Dan Rosen sur Twitter à: @drosennhl

Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
vs.
La série débute le 18 avril
vs.
La série débute le 16 avril
vs.
La série débute le 16 avril
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
La série débute le 16 avril
vs.
La série débute le 17 avril
 

La LNH sur Facebook