Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Repêchage 2013: Les meilleurs espoirs analysent leurs performances

    samedi 2013-04-06 / 12:31 / LNH.com - Repêchage de la LNH 2013

    Par Mike G. Morreale - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Repêchage 2013: Les meilleurs espoirs analysent leurs performances

    TORONTO – Avant le début de chaque saison, le Bureau central de dépistage de la LNH évalue des centaines d’espoirs admissibles au prochain repêchage.

    Outre les rapports détaillés des dépisteurs, le Bureau central fait également parvenir des formulaires que chaque espoir doit remplir.

    Donc, bien avant que Seth Jones des Winterhawks de Portland, Nathan MacKinnon et Jonathan Drouin des Mooseheads de Halifax, Sean Monahan des 67's d’Ottawa et Hunter Shinkaruk des Tigers de Medicine Hat commencent leur saison, ils ont déjà répondu au questionnaire du Bureau central de dépistage.

    Parmi les parties les plus intéressantes du questionnaire, on retrouve des sections dans lesquelles chaque espoir doit identifier ses points forts, les facettes de son jeu qu’il aimerait améliorer et le joueur de la LNH qui lui ressemble le plus. Ces auto-évaluations sont souvent assez fidèles à la réalité. Elles permettent aux dépisteurs de juger quel type de joueur chacun espère devenir.

    Voici un résumé des réponses des cinq meilleurs espoirs nord-américains, du meilleur espoir dans les buts en Amérique du Nord et du meilleur espoir européen selon les classements intérimaires du Bureau central de dépistage. Ces auto-évaluations sont suivies des réactions du Bureau central de dépistage.

    1. Seth Jones, D, Winterhawks de Portland (WHL)

    2012-13 : 61 parties, 14 buts, 42 assistances, 56 points, 4 buts en avantage numérique, 33 minutes de punition, différentiel de plus-46

    Comparaison : « Je ne crois pas pratiquer un style comparable à quiconque dans la LNH. Plus jeune, j’essayais d’imiter Nicklas Lidstrom. »

    Points forts : « Je suis fier de mon coup de patin et de mon lancer. Je peux transporter la rondelle rapidement. »

    Facettes à améliorer : « Je dois améliorer mes déplacements latéraux dans les coins et dans les espaces restreints. Je pourrais aussi prendre des décisions plus rapidement avec la rondelle. »

    Bureau central de dépistage de la LNH : « Les joueurs aussi complets que Seth Jones, avec son gabarit, son coup de patin et son intelligence, sont rares », a admis Peter Sullivan, du Bureau central de dépistage, à LNH.com. « Cette année, à sa première saison dans la ligue, il s’est beaucoup amélioré comparativement à ce qu’il faisait l’an passé avec le programme de développement de l’équipe nationale des États-Unis. C’est un des meilleurs patineurs du circuit et il est intelligent. Il a le potentiel pour devenir un des meilleurs défenseurs de la LNH un jour. »

    2. Nathan MacKinnon, C, Mooseheads de Halifax (LHJMQ)

    2012-13 : 44 parties, 32 buts, 43 assistances, 75 points, 10 buts en avantage numérique, 2 buts en désavantage numérique, 45 minutes de punition, différentiel de plus-40

    Comparaison : « Je ne suis pas certain. C’est difficile à dire, mais je suis un attaquant agile avec du caractère. »

    Point fort : « Mon coup de patin. »

    Facette à améliorer : « Les mises en jeu. »

    Bureau central de dépistage de la LNH : « Je crois que MacKinnon pourrait devenir un joueur comme [Steven] Stamkos », a révélé B.J. MacDonald du Bureau central de dépistage. « Je reconnais son style, sa ténacité et son intensité quand il est près de la rondelle. Il veut être celui qui va faire la différence dans la dernière minute d’un match. Peu importe si son équipe gagne ou perd, il veut être celui qui sera responsable du sort de la partie. Seul un joueur spécial pour assumer cette responsabilité. D’après les parties auxquelles j’ai assisté, il est ce genre de joueur. »

    3. Jonathan Drouin, AG, Mooseheads de Halifax (LHJMQ)

    2012-13 : 49 parties, 41 buts, 64 assistances, 105 points, 7 buts en avantage numérique, 4 buts en désavantage numérique, 32 minutes de punition, différentiel de plus-48

    Comparaison : « Claude Giroux. »

    Points forts : « Ma vision, mon sens du hockey et ma rapidité. »

    Facette à améliorer : « Mon jeu en zone défensive. »

    Bureau central de dépistage de la LNH : « Ça fait longtemps que je n’ai pas vu un joueur aussi talentueux », a affirmé Christian Bordeleau du Bureau central de dépistage. « Ce n’est pas un [Sidney] Crosby, mais je n’ai pas vu quelqu’un d’aussi rapide et qui possède d’aussi bonnes mains depuis longtemps. Avec sa vision périphérique et tout ce qu’il fait… Il possède un talent naturel. Ce genre de joueur n’a pas besoin de système. Vous l'envoyez sur la glace et vous le laissez jouer. Il l’a prouvé pendant toute l’année et il a failli remporter le championnat des marqueurs même s’il a disputé moins de rencontres que les autres. »

    4. Sean Monahan, C, 67's d’Ottawa (OHL)

    2012-13 : 58 parties, 31 buts, 47 assistances, 78 points, 15 buts en avantage numérique, 24 minutes de punition, différentiel de plus-18

    Comparaison : « Jonathan Toews parce que c’est un meneur qui se présente toujours, qui est sérieux et qui excelle dans les deux sens de la patinoire. »

    Points forts : « Ma capacité à créer des revirements et de l’attaque, à montrer l’exemple et à élever mon niveau de jeu d’un cran. Je joue bien en défensive partout sur la glace et je suis aussi un bon fabricant de jeu. Enfin, je suis bon pour créer de l’espace. »

    Facettes à améliorer : « Je dois être plus rapide et plus solide sur mes patins. Je dois aussi améliorer mon lancer lorsque je suis en mouvement. »

    Bureau central de dépistage de la LNH : « Je crois que l’auto-évaluation de Sean est assez réaliste », a déclaré Chris Edwards du Bureau central de dépistage. « Du côté du leadership… Ottawa a connu une saison si misérable, mais quand on allait l’observer, il était souvent le seul joueur de l’équipe qui générait quoi que ce soit. Je ne crois pas que son coup de patin soit problématique, mais c’est quelque chose que tous les joueurs veulent améliorer. Donc, ça ne me surprend pas qu’il veuille s’améliorer davantage. Chaque fois qu’on peut mettre la main sur un bon fabricant de jeu qui manie bien la rondelle, qui est intelligent et qui est créatif sur le jeu de puissance, il faut sauter sur l’occasion. »

    5. Hunter Shinkaruk, C/AG, Tigers de Medicine Hat (WHL)

    2012-13 : 64 parties, 37 buts, 49 assistances, 86 points, 14 buts en avantage numérique, 44 minutes de punition, différentiel de plus-13

    Comparaison : « Sidney Crosby… Nous sommes deux compétiteurs très talentueux. »

    Points forts : « J’ai d’excellentes mains, je suis créatif et je travaille fort. J’ai un bon coup de patin, je suis explosif, j’ai un bon lancer et je suis un leader. »

    Facette à améliorer : « Je dois me renforcer physiquement. »

    Bureau central de dépistage de la LNH : « Il est capable de vous faire lever de votre siège. Ils sont rares les joueurs qui peuvent faire ça, a ajouté Sullivan. Comme il n’était pas aussi bien entouré cette année que la saison dernière, je crois qu’il a connu un lent départ, mais son joueur de centre Curtis Valk [123e au classement intérimaire] a connu une très bonne campagne. C’est ce dont Hunter avait besoin pour être efficace et pour ressentir moins de pression. Hunter ressemble beaucoup à son coéquipier de l’an passé, Emerson Etem. Après la série entre Medicine Hat et Saskatoon, les journaux locaux ont dit qu’il avait taillé en pièces la défensive des Blades. Je crois que c’est l’espoir qui possède le plus de potentiel parmi tous ceux qui devraient être réclamés au premier tour. S’il est repêché par une bonne équipe, ça facilitera la transition pour lui. »

    Meilleur gardien de but nord-américain : Zachary Fucale, Mooseheads de Halifax (LHJMQ)

    2012-13 : 55 parties, 45-5-3, moyenne de 2,35, pourcentage d’arrêts de ,909, 2 blanchissages, 1 356 lancers, 1 232 arrêts

    Comparaison : « J’aime penser que je suis un mélange de Carey Price et de Henrik Lundqvist. »

    Points forts : « Je suis calme et je ne me déplace pas pour rien. Mes mouvements sont réfléchis et je suis patient. »

    Facettes à améliorer : « Je crois que je peux m’améliorer dans tous les aspects du jeu. »

    Bureau central de dépistage de la LNH : « La première fois que j’ai vu Zach, j’ai tout de suite pensé à Cam Ward », a révélé Al Jensen, du Bureau central de dépistage, à LNH.com. « Il occupe beaucoup d’espace devant le filet, qu’il soit debout ou en style papillon. Il tient son corps droit. Son calme et la maîtrise qu’il a de son corps lui permettent de toujours avoir une chance de bloquer la rondelle. La couverture du filet est un élément crucial dans la LNH et il possède déjà cette qualité. En fait, il est loin devant tous les autres gardiens du repêchage à ce chapitre. »

    Meilleur espoir européen : Aleksander Barkov, C, Tappara (FIN)

    2012-13 : 53 parties, 21 buts, 27 assistances, 48 points, 8 minutes de punition, différentiel de plus-18

    Comparaison : « Mikko Koivu. »

    Points forts : « Mes passes et ma vision du jeu. »

    Facettes à améliorer : « Mon coup de patin et ma vitesse de réaction. »

    Bureau central de dépistage de la LNH : « Il est l’une des raisons pour lesquelles Tappara a terminé au deuxième rang dans la ligue », a expliqué Goran Stubb, le directeur du dépistage européen, à LNH.com. « C’est un centre constant, calme et intelligent qui excelle dans les deux sens de la patinoire. Une blessure à l’épaule est venue mettre fin à sa saison, mais ça ne devrait pas influencer son classement en vue du repêchage. Ce n’est pas le meilleur des patineurs, mais il semble toujours se trouver au bon endroit au bon moment. Il est très agile avec son bâton et il a une excellente vision du jeu. »

    Suivez Mike Morreale sur Twitter : @mikemorrealeNHL