Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Luongo affirme que son lourd contrat empêche une transaction

mercredi 2013-04-03 / 21:48 / LNH.com - Date limite des transactions

Par Kevin Woodley - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Luongo affirme que son lourd contrat empêche une transaction

VANCOUVER – Un Roberto Luongo émotif a clairement fait savoir qu’iln’était pas déçu d’être encore un membre des Canucks de Vancouver mercredi, une fois la date limite des transactions passée.

Ce qui explique pourquoi il n’a pas été échangé est une autre histoire.

« Mon contrat n’a pas d’allure », a dit Luongo à propos de sonentente de 12 ans et 64 millions $, à laquelle il reste encore neuf saisons après celle-ci. « C’est là qu’est le problème et malheureusement, c’est un gros facteur quand vient le temps de m’échanger. C’est probablement pourquoi je suis toujours ici. »

Questionné à savoir s’il échangerait tous ces millions pour avoir l’opportunité d’être un gardien numéro un ailleurs, Luongo a répondu :

« Je la déchirerais si je le pouvais, en ce moment. »

Luongo est dans l’attente d’une transaction depuis le printemps dernier, quand Cory Schneider l’a supplanté en tant que gardien partant à trois parties du début des séries de la Coupe Stanley. Luongo a suggéré, après coup, qu’il était temps de passer à autre chose, mais près de onze mois plus tard, il est encore à Vancouver et devra se résoudre à attendre encore un mois ou deux avant d’être échangé.

Luongo, qui n’a fait qu’une apparition en relève en regardant Schneider amorcer les huit dernières rencontres de son équipe, a possiblement pensé qu’il était échangé lorsqu’il a été retiré de l’entraînement plus tôt, mercredi. Mais il est apparu que les dirigeants des Canucks voulaient simplement qu’il soit disponible pour signer la levée de sa clause de non-échange au cas où une transaction tardive survenait. Celan’est pas arrivé et Luongo a admis que ce n’était pas facile.

« Je ne pense pas que le mot déception soit le bon », a dit Luongo avec la voix haletante à quelques occasions. « L’an dernier, ça a été difficile. Je suis fier d’être un joueur des Canucks de Vancouver. J’adore être ici, j’aime mes coéquipiers, il n’y a rien de mal à ça. C’est une question d’inconnu et de ce que l’avenir vous réserve. C’est une chose à laquelle vous essayez de ne pas penser, mais je suis humain, à l’occasion, ça vient vous chercher. »

Le directeur général des Canucks, Mike Gillis, a tenté de minimiser le rôle du contrat dans son incapacité à répondre à la demande de transaction de Luongo, il y a de cela onze mois. Il a affirmé avoir discuté avec cinq équipes à propos de Luongo et que c’est passé près à la date limite des transactions.

« Nous sommes passés pr ès plusieurs fois, a dit Gillis. Nous pensions que nous pourrions conclure quelque chose, mais ce n’est pas arrivé. »

De nombreuses sources ont fait état de discussions sérieuses avec les Maple Leafs de Toronto lors de la dernière heure avant la limite et des indications laissaient entendre que le contrat était le problème. Gillis a réfuté la chose, mais avec Luongo, qui aura 34 ans jeudi, il est difficile d’envisager qu’une transaction sera plus facile cet été.

« Je continue de croire que ce n’est pas aussi difficile que les gens peuvent penser, a dit Gillis. Les discussions que nous avons eues étaient autour des joueurs, de choix au repêchage, de lui, des endroits où il pourrait se retrouver, ces points étaient plus importants que le contrat. »

Peu importe la raison, ce n’est pas facile pour Luongo , qui est parmi les meneurs chezles gardiens actifs dans la LNH avec 346 gains et 62 blanchissages en 743 rencontres en saison régulière et qui a joué moins de la moitié des matchs des Canucks cette saison. Il a un dossier de 7-4-3, une moyenne de buts contre de 2,44 et un pourcentage d’arrêts de ,904 en 16 apparitions devant le filet.

« Honnêtement, c’est un coup pour la fierté que des équipes ne soient pas disposées à donner autant, a dit Luongo. De toute évidence, ça ne signifie pas nécessairement que c’est dirigé envers moi, mais ça a rapport avec la situation de mon contrat. »

Cette situation perdurera au moins pour quelques mois encore, plus d’un an après la suggestion de Luongo à savoir qu’il était temps de passer à autre chose. Il a bien manœuvré avec l’incertitude qui a suivi, mais a admis que cela l’avait affecté dernièrement.

« C’est étrange, j’ai été très calme à propos de toute cette situation jusqu’à hier, pour une quelconque raison, a dit Luongo. J’ai commencé à ressentir des choses étranges dans mon estomac. Je n’ai pas été obligé de me rendre à la salle de bain, mais j’étais nerveux et c’était la première fois que je ressentais ce genre de chose. Maintenant que c’est terminé, je peux vraiment me concentrer sur le hockey.

« Je vais me ressaisir durant le reste de la journée et m’assurer qu’ à mon retour au boulot demain, je serai dédié à cette équipe à 100 pour cent pour le reste de la saison, peu importe ce que cela représente. »

Il a un dossier de 7-4-3, une moyenne de buts contre de 2,44 et un pourcentage d’arrêts de ,904 en 16 apparitions devant le filet. Luongo affirme qu’il ne sera pas une distraction.

Schneider a affirmé qu’avec leur amitié, il croyait la chose possible.

« Il a probablement de nombreuses raisons pour faire ce qu’il veut, mais je pense, pour le connaître et savoir comment il sait se comporter avec tout ça, qu’il agira en bon coéquipier, qu’il travaillera fort pour apporter sa contribution, a dit Schneider. C’est un gars professionnel qui a vécu toutes sortes de situations au cours de sa carrière et il a persévéré pour passer au travers. »

Schneider sait également à quel point il peut être difficile pour Luongo de passer une saison entière en tant que substitut.

Les rôles étaient inversés durant deux saisons, avant que Schneider, 27 ans, ne connaisse son éclosion et mérite le titre de gardien partant. Après des hauts et des bas en début de saison, Schneider, à sa troisième saison complète dans la LNH, a un dossier de 12-7-3 et se retrouve parmi les meneurs tant au niveau de la moyenne (2,27) que du pourcentage d’arrêts (,922). Il affectionne son nouveau rôle, même s’il est difficile de voir Luongo dans le sien.

« Il demeure un très, très bon gardien avec plusieurs bonnes années devant lui et personnellement, vous aimeriez le voir jouer, le voir connaître du succès et faire ce qu’il aime, a dit Schneider. Je sais que ce n’est pas facile, mais nous allons trouver une façon de nous assurer que ça fonctionne malgré tout. »

 

La LNH sur Facebook