Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
 

Touchette : C’est la Coupe et rien d'autre à Pittsburgh

mercredi 2013-04-03 / 17:34 / LNH.com - Nouvelles

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Touchette : C’est la Coupe et rien d'autre à Pittsburgh

Quelles sont les équipes, qui, au cours des derniers jours, ont bâclé les transactions les plus profitables en prévision des séries éliminatoires?

L'heure est au bilan et, sans plus tarder, je vous propose mes trois étoiles à cet égard.

Ma première étoile va, sans grande surprise, aux Penguins de Pittsburgh, qui, il y a déjà quelques jours, ont acquis le joueur le plus convoité sur le marché, Jarome Iginla.

Il a 35 ans, il a connu ses meilleures années, mais il est encore parmi les attaquants de puissance les plus redoutables du circuit.

Pas besoin de vous faire un dessin: ça sent la Coupe à Pittsburgh !

Le dg des Penguins, Ray Shero, a décidé de mettre tous ses œufs dans le même panier dans sa tentative de ramener la Coupe Stanley dans le ville de Super Mario. Au sein d'une formation, qui regroupe déjà Sidney Crosby (blessé) et Evgeni Malkin, Iginla donne encore plus de pouvoir à l'offensive la plus explosive de la ligue.

Une fois que Crosby, qui se remet d'une fracture à la mâchoire, aura retrouvé la santé, les Penguins pourraient former l'une des meilleures équipes de leur histoire.

À l'approche des séries, les Penguins, qui ont également obtenu Brenden Morrow, Douglas Murray et Jussi Jokinen, sont donc armés jusqu'aux dents. Watch out !

La deuxième étoile ? Je l'accorde au Wild du Minnesota, qui a mis le grappin sur Jason Pominville, qui était le visage de la concession des Sabres de Buffalo.

Pominville, un guerrier, excelle dans tous les aspects du jeu. Grâce à lui, le Wild, l'une des équipes de l'heure dans la LNH, n'a plus grand chose à envier aux deux puissances de l'Association Ouest, Chicago et Anaheim.

En attendant, une question se pose: mais où diable s'en vont les Sabres ? Allez savoir.

Finalement, j'accorde ma troisième étoile aux Rangers, qui ont acquis les attaquants Derick Brassard et Ryane Clowe.

Brassard, un joueur talentueux, aura la chance de jouer avec une bonne équipe pour la première fois de sa carrière dans la LNH. Et il retrouvera son ancien coéquipier Rick Nash. Attendons voir si John Tortorella les réunira dans un même trio.

Quant à Clowe, il ne connait pas sa meilleure saison, mais il est le type de joueur fait sur mesure pour les séries éliminatoires.

Ses chiffres ne mentent pas; en 68 matches dans les séries, il totalise 45 points, dont 18 buts.

Bâtir avec des jeunes

Le Canadien ? Marc Bergevin a respecté le plan de match mis de l'avant le jour de sa nomination à Montréal, un plan de match qui consiste à améliorer le présent sans hypothéquer l'avenir.

Le Canadien aurait sans doute eu intérêt à donner plus de munitions à son troisième ou quatrième trio, mais le dg du Canadien, qui avait bougé plus tôt en obtenant notamment Michael Ryder, a choisi

de conserver ses précieux choix du prochain repêchage (six au cours des trois premières rondes) et de protéger la chimie au sein de son équipe.

Difficile de l'en blâmer. Avec un solide noyau de joueurs déjà en place et des choix au repêchage en banque, Bergevin est en position pour faire du Canadien une équipe de premier-plan pour les cinq ou six prochaines années.

Une équipe se bâtit d'abord via le repêchage. Il y a longtemps que Marc Bergevin, qui a vu le repêchage faire des merveilles chez ses anciens employeurs, les Blackhawks de Chicago, l'a compris.

Le premier depuis Chelios ?

Il y a un mois, j'aurais donné le trophée James Norris à Kris Letang. Sans la moindre hésitation.

La situation a évolué depuis. P.K. Subban est désormais considéré comme un candidat sérieux. Très sérieux même. À vrai dire, la liste de candidats rétrécit à vue d'œil: Letang est blessé, Erik Karlsson est fini pour l'année et Zdeno Chara, s'il est toujours aussi intimidant, connait une année assez ordinaire.

Subban, lui, est en train de devenir une super-vedette, rien de moins. Entre autres choses, il domine tous les défenseurs avec dix buts et, en supériorité numérique, il est peut-être le meilleur tireur du circuit. Son lancer touche la cible huit fois sur dix. Impressionnant.

Il est aussi la preuve que bien des gens auraient souvent intérêt à se taire plutôt qu'à critiquer à tort et à travers.

Quand Subban s'est fait tordre un bras au cours de ses négociations de contrat avec le Canadien, nombreux sont ceux qui lui ont tiré des rondelles.

« Un joueur égocentrique », ont dit certains. « Le Canadien devrait l'échanger; il se prend pour un autre », ont dit d'autres.

Et j'en passe et des plus cinglantes.

Subban était tout simplement déterminé à obtenir le meilleur contrat possible. Et il est tout aussi déterminé à devenir le défenseur numéro un de la LNH.

Aujourd'hui, un peu tout le monde applaudit P.K., qui pourrait devenir le premier défenseur du Canadien depuis Chris Cherlios en 1988-89 à gagner le Norris.

Oui, le discours change rapidement dans le sport. Connaissez-vous encore bien des gens à

Montréal, qui veulent l'échanger ?

Juste pour savoir.

Un clown, qui ne faisait plus rire personne

Sean Avery a encore trouvé le moyen de faire des vagues.

Samedi dernier, il s'est payé la tête de l'entraineur John Tortorella après la défaite des Rangers face au Canadien au Centre Bell.

« Congédiez ce clown ... », a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Un drôle de moineau, Totorella, j'en conviens, n'est pas sans reproche, mais de là à le traiter de clown, il y a une marge.

Les Rangers, souvenez-vous, ont déjà eu un clown dans leurs rangs, un clown, qui ne faisait plus rire personne.

Ils s'en sont finalement débarrassés en décembre 2011 lorsqu'ils l'ont offert au ballotage.

Il se nommait ... Sean Avery.

 

La LNH sur Facebook