Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Roy pourrait métamorphoser la ligne du centre chez les Canucks

mardi 2013-04-02 / 22:00 / LNH.com - Date limite des transactions

Par Kevin Woodley - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Roy pourrait métamorphoser la ligne du centre chez les Canucks

VANCOUVER - Derek Roy n’est pas très gros, mais les Canucks de Vancouver comptent sur lui pour combler un gros trou au centre cette saison.

Les Canucks n’ont pu compter que sur deux centres d’expérience pendant la majeure partie de la campagne et leur attaque a été peu productive dernièrement. Ils ont donc fait l’acquisition de Roy (5 pieds 8 pouces) des Stars de Dallas mardi en retour d’un choix de deuxième ronde au repêchage de 2013 et du jeune défenseur Kevin Connauton.

Roy, qui affirme être finalement remis d’une blessure à l’aine subie en début de saison, se dit prêt à venir en aide aux Canucks qui ont compté plus de deux buts à seulement quatre reprises au cours de leurs 16 dernières parties (et une de ces occasions comprend deux buts dans un filet désert). Il ne sait toutefois pas encore quelle sera son utilisation.

Roy a passé ses huit premières saisons dans l’uniforme des Sabres de Buffalo avant d’être échangé aux Stars l’été dernier. Il admet qu’il ne connaît pas beaucoup les Canucks ou la ville de Vancouver. Il n’a pas discuté de son rôle avec les entraîneurs, mais il semble tout de même heureux de se joindre à une équipe qui participera aux séries éliminatoires. Rappelons qu’il n’est pas parvenu à s’entendre avec les Stars au sujet d’une prolongation de contrat.

« Je me sentais mal parce que tout le monde voulait bien faire et gagner la Coupe Stanley à Dallas, mais je suis quand même heureux de faire partie d’une organisation comme celle de Vancouver. Je veux m’impliquer et jouer de grosses minutes. Je m’attends à ce qu’on aille loin en séries, a déclaré Roy. Des blessures mineures m’ont ralenti, mais je patine bien en ce moment et j’espère pouvoir aider l’équipe en séries. »

Roy, 29 ans, a inscrit 4 buts et 18 aides en 30 matchs avec Dallas et il a récolté six points à ses cinq dernières parties. Il se greffera à une formation qui a disputé la majeure partie de la saison avec seulement deux centres en santé, soit Henrik Sedin et le joueur de quatrième trio Maxim Lapierre.

« J’aime beaucoup de choses de lui », a déclaré le directeur général Mike Gillis à propos de Roy. « J’aime sa moyenne de points par partie et ses qualités de fabricant de jeu. J’ai sauté sur l’occasion d’ajouter une autre dimension que je jugeais importante à notre attaque. »

Le récipiendaire du trophée Selke, Ryan Kesler, n’a pris part qu’à sept rencontres cette année et il devrait revenir au jeu d’ici une semaine. Les Canucks pourraient ainsi se retrouver soudainement avec une ligne de centre des plus enviables.

Roy pourrait donc pivoter le troisième trio flanqué de Jannik Hansen et Chris Higgins, qui a signé une prolongation de contrat de quatre ans d’une valeur de dix millions de dollars mardi. Cependant, Gillis a fait allusion à une autre possibilité intrigante.

« Je crois qu’il formerait un excellent troisième trio en compagnie de Jannik Hansen et de Chris Higgins », a confié Gillis, en admettant toutefois que c’était l’entraîneur Alain Vigneault qui décidait de la composition des trios. « Il pourrait aussi jouer sur le deuxième trio avec Ryan [Kesler] comme ailier. On a beaucoup de souplesse. En fait, on en a plus qu’hier. »

Cette souplesse accrue lui facilite aussi la tâche dans le dossier du gardien de but Roberto Luongo, qui espère être échangé depuis qu’il a perdu le poste de gardien numéro un aux dépens de Cory Schneider après trois parties lors des dernières séries éliminatoires. Avec l’acquisition de Roy, les Canucks n’ont plus besoin d’obtenir un centre en retour de Luongo, qui écoule la troisième année d’un contrat de 12 ans d’une valeur de 64 millions de dollars.

« Au lieu de se concentrer sur une seule pièce du casse-tête, on peut regarder ailleurs pour chercher à s’améliorer. On peut évaluer d’autres solutions, comme un échange impliquant trois équipes, a ajouté Gillis. On demeure actif sur le marché. »

Vancouver a été l’une des dernières formations dans le coup lors des enchères visant à obtenir les services du gros ailier des Sharks Ryane Clowe, qui a été échangé aux Rangers de New York contre trois choix au repêchage mardi soir. Gillis a confirmé qu’il avait reçu l’autorisation de discuter avec l’agent de Clowe, mais il a senti que la destination, plus que la possibilité de signer une prolongation de contrat, avait été le facteur décisif pour Clowe.

« D’après ce qu’on nous a dit, le plus important pour lui était l’occasion d’aller jouer sur la côte Est, a raconté Gillis. Il aimait notre équipe et notre situation, mais il semble que ce soit la géographie qui a été l’élément clé. »

Peu importe s’ils ajoutent d’autres joueurs à leur formation d’ici la date limite de mercredi, les Canucks espèrent que le rapide Roy pourra aussi inspirer un vestiaire décimé où l’absence des centres Kesler et Manny Malhotra se fait sentir. La saison de Malhotra est d’ailleurs terminée et sa carrière pourrait être compromise par sa vision diminuée depuis sa blessure à un œil. Les Canucks ont donc dû se rabattre sur la recrue Jordan Schroeder, qui a été rétrogradé dans la Ligue américaine de hockey mardi, et divers ailiers pour pallier leurs lacunes au centre.

Ils peuvent maintenant se tourner vers Roy. De 2007-08 à 2009-10, alors qu’il pivotait le premier trio des Sabres, il a récolté en moyenne près de 29 buts et 73 points par année. Sa production offensive a diminué en raison des blessures et d’un rôle plus effacé et il a amassé 17 buts et 44 points en 80 parties à Buffalo la saison dernière avant d’être échangé à Dallas.

Échangé pour une deuxième fois en moins d’un an, il en est à la dernière année d’un contrat de six ans d’une valeur de quatre millions de dollars par année et il pourrait devenir joueur autonome sans compensation l’été prochain. Les Stars ne semblaient pas prêts à lui offrir une prolongation de contrat, alors Roy devra faire ses preuves.

« Ç’a été difficile, évidemment, surtout de quitter les Sabres. J’ai passé plusieurs années avec eux et ils croyaient qu’il était temps de passer à autre chose, a révélé Roy. Tout arrive pour une raison et j’espère demeurer en santé pour le reste de la saison et en séries pour montrer à tous ce que je peux faire. »

Pour les Canucks, le simple fait d’être un joueur de centre en santé constitue déjà une belle contribution.

 

La LNH sur Facebook