Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Les échanges à la date limite, rien de nouveau pour Ray Shero

vendredi 2013-03-29 / 17:29 / LNH.com - Date limite des transactions

Par Corey Masisak - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Les échanges à la date limite, rien de nouveau pour Ray Shero

Lorsque le téléphone sonne et que le numéro de Ray Shero apparaît sur le portable d'un autre directeur général, celui-ci aurait peut-être intérêt à ne pas répondre immédiatement.

Le directeur général des Penguins de Pittsburgh a repris ses manigances ces derniers jours et ajouté à son équipe trois joueurs qui ont participé aux Olympiques de 2010, soit Douglas Murray et deux anciens capitaines, Brendan Morrow et Jarome Iginla.

Rien de bien nouveau par rapport à ce à quoi nous a habitués Shero à l'approche de la date limite des échanges dans la LNH. Aucun autre directeur général ne manouvre aussi bien que lui.

« Le travail du directeur général, avec l'aide des propriétaires et des joueurs, est de viser la victoire. C'est ce que nous essayons de faire, a simplement expliqué Shero. Il n'y a rien de garanti, mais nous avons un bon groupe de joueurs et on peut espérer que les choses vont se mettre en place. »

Si le noyau de l'équipe des Penguins est constitué de joueurs repêchés avant l'arrivée de Shero à Pittsburgh (Sidney Crosby, Evgeni Malkin, Marc-André Fleury et Kristopher Letang), il n'y a plus que six joueurs en tout qui étaient là avant mai 2006. À presque chaque saison depuis, Shero n'a pas hésité à modifier son équipe à l'approche de la date limite des échanges et son taux de réussite est exceptionnel.

Ce qui rend sa performance encore plus remarquable, c'est que plusieurs de ses acquisitions sont devenus plus que des joueurs de location de sorte qu'il faut s'attendre à ce qu'au moins une de ses trois dernières prises soit encore avec l'équipe la saison prochaine.

Voici un compte-rendu des échanges concoctés par Shero avant la date limite des échanges.

2007: Shero acquiert Gary Roberts des Panthers de la Floride en retour de Noah Welch et Georges Laraque des Coyotes de Phoenix en échange de Daniel Carcillo et un choix de troisième ronde.

Roberts est devenu un héros à Pittsburgh. Demandez à n'importe quel joueur qui a fait partie de l'équipe deux fois de suite finaliste de la Coupe Stanley (que les Penguins ont gagnée en 2009) et il va vous dire que son leadership et son régime d'entraînement ont joué un rôle essentiel dans le développement des jeunes vedettes.

2008: Shero conclut un des plus importants échanges de l'histoire à cette période de l'année, obtenant les services de Marian Hossa et Pascal Dupuis des Thrashers d'Atlanta en retour de Colby Armstrong, Erik Christensen, Angelo Esposito et un choix de première ronde. Hossa a cumulé 26 points dans les séries qui ont suivi mais n'est pas resté à Pittsburgh. Dupuis, lui, est devenu un élément important chez les Penguins et s'est développé en un bon marqueur. Et aucun joueur cédé n'a eu le moindre impact à Atlanta-Winnipeg.

Shero a aussi obtenu Hal Gill des Maple Leafs de Toronto en retour de deux choix au repêchage et celui-ci a été utile à l'équipe dans son rôle de défenseur à caractère défensif lors de leurs deux participations aux finales de la Coupe Stanley.

2009: Shero envoie le populaire défenseur Ryan Whitney à Anaheim pour mettre la main sur Chris Kunitz et Eric Tangradi, puis ajoute Bill Guerin à sa formation en retour d'un choix de repêchage conditionnel.

Guerin est devenu le nouveau Roberts dans le vestiaire en plus de contribuer à l'attaque. Les Capitals de Washington étaient aussi intéressés à ses services et ce n'est pas exagéré de penser que l'issue de la série épique que se sont livrée ces deux équipes en deuxième ronde aurait pu être différente si Guerin avait pris le chemin de Washington.

Si Tangradi n'a jamais répondu aux attentes, Kunitz est devenu un membre des deux premiers trios et connaît sa meilleur saison dans le trio de Crosby.

2010: Shero échange Luca Caputi et Martin Skoula pour Alexei Ponikarovsky, et un choix de deuxième ronde pour Jordan Leopold.

Ponikarovsky est probablement la pire addition de dernière minute faite par Shero mais les Penguins n'ont guère perdu au change. Leopold a bien répondu mais lui et Ponikarovsky ont quitté Pittsburgh avant la saison suivante.

2011: Shero obtient James Neal et Matt Niskanen pour Alex Goligoski, et Alex Kovalev pour un choix de septième ronde.

Neal en a arraché mais Kovalev a fait le travail attendu de lui, mais ce ne fut pas suffisant pour passer à travers la première ronde des séries en l'absence de Crosby et Malkin.

Mais Neal a rapporté beaucoup par la suite en devenant un des meilleurs marqueurs dans la ligue et Niskanen demeure un bon défenseur fiable. Aussi, l'émergence de Letang a plus que compensé le départ de Goligoski, dont le rendement a été inégal à Dallas.

2012: Shero passe son tour, en partie à cause du plafond salarial mais aussi parce que Crosby venait de revenir au jeu pour une deuxième fois à la suite de ses problèmes de commotion cérébrale et que l'équipe était sur une lancée.

2013: Shero obtient Iginla en échange de deux espoirs et d'un choix de première ronde, Morrow en retour de Joseph Morrow, un grand espoir à la défense, et d'un échange de choix, et Murray pour deux choix de repêchage.

Ces acquisitions ont été rendus possibles par le travail habile du directeur général l'été dernier. Lorsque Jordan Staal n'a pas voulu s'engager à long terme, Shero l'a envoyé en Caroline en retour de Brandon Sutter, de l'espoir à la défense Brian Dumoulin et d'un choix de première ronde qui est devenu le défenseur Derrick Pouliot. Shero a aussi envoyé le défenseur Zbynek Michalek à Phoenix.

Résultat, Shero ajoutait deux autres espoirs de qualité à un corps défensif comptant déjà beaucoup de profondeur et économisait 9 millions $ dans la masse salariale. Cet argent avait été prévu pour Zach Parisé et Ryan Suter, mais quand tous deux ont préféré le Minnesota, Shero s'est retrouvé avec une belle marge de manouvre à l'approche de la date limite des échanges.

Grâce à ces additions d'Iginla, Morrow et Murray, les Penguins, déjà installés au premier rang dans l'Est, sont passés du groupe des favoris pour remporter la Coupe Stanley à une équipe qu'on peut comparer aux Red Wings de Detroit de 2001-02, réputés comme une des formations les plus talentueuses des 20 dernières années.

« Oui, la pression est là, mais c'est ainsi que ça fonctionne, a constaté Shero. Même en 15e position il y a de la pression. Nous sommes où nous sommes, j'aime la situation dans laquelle nous nous trouvons mais il y a encore un long bout de chemin à faire.

« La bonne nouvelle est que nous avons un mois pour devenir une équipe sur la glace et à l'extérieur, découvrir nos rôles et trouver notre identité, encore une fois sur la glace et à l'extérieur. »

 

La LNH sur Facebook