Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Jarome Iginla revient sur son long séjour à Calgary

jeudi 2013-03-28 / 19:16 / LNH.com - Date limite des transactions

Par Aaron Vickers - Correspondant, LNH.com

Partagez avec vos amis


Jarome Iginla revient sur son long séjour à Calgary

CALGARYJarome Iginla se rappelle avec émotion de son premier match à Calgary, mais il n'avait pas réalisé que celui de dimanche serait son dernier dans l’uniforme des Flames.

Il a disputé ce premier match à 18 ans durant les séries de la Coupe Stanley de 1996 et 1219 autres ont suivi.

« J'ai joué mon dernier match avec les Flames, à domicile, et je suis heureux que nous ayons gagné ce dernier match, mais en y repensant j'aurais aimé savoir que c'était mon dernier », a raconté Iginla, auteur du but qui a procuré une victoire de 3-2 sur les Blues de St. Louis. « Les spectateurs ont été formidables quand j'ai marqué ce dernier but. Je vais me rappeler ce dernier but et la réaction de la foule, c'était extraordinaire. Je ne l'ai pas réalisé pleinement parce que je ne savais pas ce qui allait se passer, mais j'apprécie et je veux remercier le public. »

Ce n'est qu'un des nombreux souvenirs qu'a accumulés Iginla au cours de sa remarquable carrière à Calgary.

« C'est ici que j'ai vieilli, a-t-il noté. Je suis arrivé ici juste à la fin de mes 18 ans et mon premier match a été disputé en séries, c'est un de mes favoris parmi tous ceux que j'ai joués. Avoir la chance de jouer ici à Calgary contre les Blackhawks de Chicago et dans le même trio que Theo Fleury. Juste de commencer comme ça. Et je n'aurais jamais rêvé de jouer ici aussi longtemps.

« C'est une grande ville de hockey, une grande communauté, un équilibre idéal entre une ville merveilleuse et un magnifique endroit où vivre. »

Mais après avoir raté les séries trois ans de suite et avec une bonne chance de les rater de nouveau, Iginla a accepté de lever sa clause de non-échange pour déménager à Pittsburgh, mettant fin à une association de 16 ans avec les Flames pour se joindre aux Sidney Crosby, Evgeni Malkin et compagnie avec une chance de remporter une première Coupe Stanley.

Iginla reconnaît que son premier choix aurait été de la gagner dans un uniforme des Flames.

« Je souhaitais que nous finissions par gagner, a-t-il dit. Nous avons eu de bonnes équipes ici, mais ces dernières années je pensais que nous trouverions une façon d'accéder aux séries mais cela n'a pas été le cas. Je comprends ça et je ne le prends pas de façon personnelle. »

Iginla est venu près en 2004 quand les Flames se sont rendus jusqu'au septième match de la finale, perdu aux mains du Lightning de Tampa Bay, dont le directeur général Jay Feaster occupe maintenant le même poste à Calgary.

« Être passé si proche est encore difficile à accepter mais ça demeure un merveilleux souvenir, a-t-il dit. Je changerais bien un petit détail, mais ce serait tout. »

Iginla espère se reprendre à Pittsburgh mais il éprouve des sentiments partagés.

« J'ai certainement des sentiments mitigés quand je pense à mes coéquipiers, la ville, l'organisation, a-t-il confié. C'est difficile de partir, mais je suis aussi emballé par l'occasion d'aller à Pittsburgh et de réussir de belles choses là-bas. »

Le départ d'Iginla rappelle drôlement les événements qui ont marqué son arrivée dans l'organisation des Flames.

Cette fois c'est Joe Nieuwendyk, une autre icône à Calagary, qui avait été échangé juste avant Noël 1995, et Iginla sourit en se rappelant les événements.

« J'avais un nom un peu différent et les gens ne pouvaient pas le prononcer, se souvient-il. J'étais ravi que les Flames voient quelques choses en moi et excité à la pensée de faire partie d'un échange pour Joe Nieuwendyk. Je l'avais pris comme un grand compliment et j'étais flatté. »

Iginla souhaite que l'échange dont il est l'objet aujourd'hui s'avère aussi fructueux pour les Flames.

« Je comprends pourquoi on l'a fait, je pense que c'est bon pour tous et je leur souhaite la meilleure chance au monde, a-t-il dit. Je ne connais pas les joueurs impliqués dans l'échange, mais j'espère qu'ils vont s'illustrer ici. »

Comme il l'a fait lui-même.

Iginla est le joueur le plus célèbre de l'histoire des Flames, une concession qu'il domine avec 525 buts et 1095 points, et personne n’est près de ces marques.

« Je me sens très, très béni et chanceux d'avoir joué ici aussi longtemps, de m'être fait autant d'amis, d'avoir accumulé autant de bons souvenirs et d'avoir pu établir un tel lien avec la ville et les amateurs. J'ai adoré jouer ici », a-t-il encore dit.

Tellement en fait, qu'il n'est pas impossible qu'il y revienne un jour, que ce soit comme joueur de hockey, simple résidant ou d'une autre façon.

« Je n'écarte aucune possibilité, a-t-il fait savoir. Je n'ai que de bons souvenirs ici. Je pense quel'organisation s'en va dans la bonne direction. Je ne connais pas leurs plans, mais le personnel d'entraîneurs travaille très fort et avec passion. Quant à demeurer ici, je ne sais pas vraiment où je vais jouer après cette saison. Calgary est vraiment devenu mon chez-moi et ça va être difficile de partir. Ce serait plus facile de revenir vivre ici, c'est certain. »

 

La LNH sur Facebook