Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Shero continue de renforcer son équipe avec l'addition d'Iginla

jeudi 2013-03-28 / 18:08 / LNH.com - Date limite des transactions

Par Chris Adamski - Correspondant LNH.com

PITTSBURGH - À un certain moment mercredi le directeur général des Penguins de Pittsburgh Ray Shero avait de mauvaises nouvelles pour son personnel.

« J'ai dit que je pensais pas que c'était pour se faire », a-t-il indiqué en faisant référence à l'acquisition de Jarome Iginla des Flames de Calgary.

Comme à peu près tout le monde, plusieurs membres de l'organisation des Penguins sont allés au lit mercredi soir en prenant pour acquis qu'Iginla s'en allait à Boston.

Les deux fils de Shero le croyaient également.

« Les deux premières personnes que j'ai appelées ont été mes enfants pour leur faire savoir que nous avions acquis Jarome Iginla, a confié Shero. Ils m'ont dit que non, qu'il s'en allait ailleurs, qu'il l'avait appris à la télé.

« Je leur ai dit que non, que c'est nous qui l'avions. »

Et d'un seul coup, les meneurs dans l'Association Est, qui n'ont pas connu la défaite depuis un mois, devenaient encore plus forts.

Les Penguins ont acquis le capitaine des Flames, âgé de 35 ans et comptant plus de 500 buts et 1000 points en carrière, en retour des espoirs Ben Hanowski et Kenny Agostino et d'un choix de première ronde au prochain repêchage. L'échange a été annoncé après une heure dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le vestiaire des Penguins était très joyeux après l'entraînement matinal en vue du match contre les Jets de Winnipeg jeudi soir.

L'ailier droit James Neal, qui pourrait bien se retrouver dans le trio d'Iginla, est un des rares qui était encore éveillé quand l'échange a été confirmé après des heures de spéculations à l'effet qu'Iginla s'apprêtait à devenir un membre des Bruins.

« J'étais étendu dans mon lit en consultant Twitter, un peu plus tard que j'aurais dû, et j'ai vu que l'échange était conclu à Boston. J'ai essayé de m'endormir là-dessus. Puis j'ai relu et c'était les Penguins. C'est assez fou mais de toute évidence toute une addition pour nous. Nous sommes devenus une bien meilleure équipe ces derniers jours », a raconté Neal.

On parle pourtant d'une équipe qui était déjà installée au sommet de l'Association de l’Est, d'une équipe qui surfe sur une séquence de 13 victoires, un total surpassé à seulement quatre reprises dans l'histoire de la LNH, d'une équipe qui comptait déjà sur le meilleur joueur au monde en Sidney Crosby, le meilleur compteur de la ligue.

Et avant Iginla, on avait déjà ajouté Brenden Morrow dimanche et Douglas Murray lundi.

Les Penguins ont gagné la Coupe Stanley il y a quatre ans et ils étaient les favoris l'an dernier avant d'être éliminés en première ronde par leurs grands rivaux de Philadelphie.

Pour ce qui est de cette année, Crosby rejette l'idée qu'à partir de maintenant les Penguins vont ressentir une énorme pression de devoir ramener la coupe à Pittsburgh.

« Je pense que même avant cet échange nous aurions été dans le portrait », a-t-il répondu quand on lui a demandé si les Penguins étaient la meilleure équipe de la ligue sur papier. « Nous avons toujours été considérés parmi les favoris. C'est correct pour nous mais nous devons réaliser qu'il y a encore beaucoup de travail à faire.

« Tout le monde sait qu'il y a un tas d'équipes dont on a dit qu'ils étaient parmi les favoris et que ça ne s'est pas réalisé. Ce n'est pas ce genre d'équipe que nous voulons être. »

Si plusieurs ont présumé que l'acquisition de Morrow éliminait la venue possible d'Iginla, l'entraîneur Dan Bylsma a reconnu avoir cru suffisamment le contraire pour avoir commencé à envisager des compagnons de trio pour son nouveau venu.

Comme Morrow, Iginla a dû lever sa clause de non-échange en acceptant de passer aux Penguins.

« Avec le bon esprit qui règne dans notre vestiaire, a déclaré Bylsma, on parle de joueurs qui ont choisi de venir à Pittsburgh et d'avoir la chance de gagner des matchs. Des matchs comme les quatre premiers des séries. »

Shero a détourné tout crédit d'avoir mis la main sur la perle incontestée du marché des échanges, louant ses patrons non seulement pour avoir accepté de hausser la masse salariale mais aussi de dépenser "de vrais dollars".

Shero a aussi cité la présence de Crosby et d'Evgeni Malkin, le champion compteur et joueur le plus utile à son équipe la saison dernière, ainsi que le tout neuf Consol Energy Center (qui n'a que trois ans) pour expliquer l'attrait des Penguins.

« Il avait d'autres possibilités, a rappelé Shero. Qu'il soit venu ici en dit beaucoup sur l'équipe que nous avons. »

Mais il faut deux équipes pour conclure un échange. Et Shero avait presque renoncé à ses chances de mettre la main sur Iginla lorsqu'il s'est assis dans son bureau tard mercredi soir pour surveiller le match des Flames contre l'Avalanche du Colorado.

Lors de ses discussions avec les Flames, Shero affirme n'avoir jamais demandé au directeur général Jay Feaster ou à tout autre membre de l'organisation quelles étaient les autres équipes quicherchaient à acquérir les services d'Iginla.

« Ce n'était pas de mes affaires, a-t-il dit. C'est leur joueur et ils contrôlent la situation. »

Mais comme tout le milieu du hockey, Shero avait entendu et lu que l'échange d'Iginla à Boston était chose faite et il s'était dit qu'il devrait regarder ailleurs s'il voulait continuer d'améliorer son équipe.

Puis le téléphone a sonné.

C'était Feaster.

« Il m'a dit: 'Peux-tu faire ça?', a expliqué Shero. Et c'est quand on donne son accord que ça devient réalité. On a un échange. »

Mais c'en fut un que peu ont vu venir.

Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
vs.
La série débute le 18 avril
vs.
La série débute le 16 avril
vs.
La série débute le 16 avril
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
La série débute le 17 avril
vs.
La série débute le 16 avril
vs.
La série débute le 17 avril
 

La LNH sur Facebook