Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

La famille à la rescousse de Lucic pendant sa disette

mercredi 2013-03-27 / 15:49 / LNH.com - Nouvelles

Par Matt Kalman - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


La famille à la rescousse de Lucic pendant sa disette

BOSTON – Même pendant la pire léthargie de sa carrière depuis sa deuxième saison dans la Ligue nationale de hockey, Milan Lucic a réussi à se changer les idées plus facilement que par le passé en raison d’une grande nouveauté dans sa vie.

Sa femme Britanny et lui ont accueilli leur premier enfant, Valentina, en janvier dernier.

« C’est assurément plus facile de rentrer à la maison et de voir cette petite merveille, a confié Lucic. Même quand on est d’humeur massacrante, quand on voit son enfant heureux, ça nous change complètement les idées. Ça remet les choses en perspective. »

Avant que l’attaquant des Bruins ne parvienne à déjouer James Reimer entre les jambières lundi soir dans un gain de Boston contre Toronto, Lucic n’avait pas compté à ses 15 derniers matchs. Ce but n’était que son 5e en 30 parties cette année. Il avait inscrit 26 filets la saison dernière et 30, un sommet personnel, il y a deux ans. Cette saison s’annonçait très prometteuse : la fin du conflit de travail et la naissance de sa fille avaient eu lieu à quelques jours d’intervalle et Lucic avait marqué deux buts à ses trois premiers matchs. Depuis, tout semble ardu pour le gros attaquant de 6 pieds 2 pouces et 220 livres.

Avec 10 buts en 30 parties en carrière contre Montréal, Lucic tentera de reprendre là où il avait laissé lundi lorsque les Bruins accueilleront le Canadien au TD Garden mercredi soir (19 h 30 HE, RDS). Le premier rang de la section Nord-Est sera alors en jeu.

Lucic a toujours pu se fier à ses proches pour l’aider à traverser des périodes difficiles. Au fil des ans, il a reçu l’aide de ses parents, de son agent, de sa femme et même de ses anciens coéquipiers, comme Glen Murray, pour sortir de ses léthargies. Il ne demande qu’une chose à ceux à qui il demande conseil.

« La seule chose que je leur demande est de rester positif et de ne me parler que de choses positives afin que je puisse chasser toute négativité de mon esprit. C’est tout », a-t-il expliqué.

Le personnel d’entraîneurs des Bruins a aussi sa façon particulière de traiter Lucic quand il ne performe pas au niveau escompté. À ses débuts dans la LNH, Lucic se retrouvait souvent à l’aile gauche sur le quatrième trio quand l’entraîneur Claude Julien souhaitait que son attaquant de puissance se concentre sur l’aspect physique de son jeu. Cette fois-ci, Julien a tenté de faire passer le même message à Lucic en le jumelant à Rich Peverley et Jordan Caron.

Cette décision s’inscrivait dans un plan plus étendu visant à relancer l’attaque des Bruins, qui n’a compté que six buts lors d’un récent séjour de quatre rencontres à l’étranger. Et Lucic a répondu à l’appel. Son but contre les Maple Leafs a permis aux siens de combler un déficit de 2-0 pour l’emporter en tirs de barrage.

Julien a été le seul entraîneur de Lucic dans la LNH depuis que le jeune ailier de la Ligue de hockey de l’Ouest, repêché en deuxième ronde en 2006, s’est taillé un poste avec les Bruins à l’âge de 19 ans. Son entraîneur compatit avec les défenseurs adverses lorsque Lucic est au sommet de sa forme et qu’il s’acharne en échec avant. Julien sait que les succès de Lucic dépendent de sa mobilité sur la glace.

« Avec Milan, ce sont ses pieds qui sont à la base de tout, a déclaré Julien. Quand il bouge ses pieds et quand il utilise sa vitesse, il obtient des chances [à l’attaque] ou il force l’adversaire à prendre des punitions en tentant de le ralentir. Il est gros et fort, alors quand il utilise sa vitesse, il est encore plus menaçant. »

La famille Lucic est allée chercher de l’aide pour le bébé afin que Milan puisse bien se reposer la veille des matchs. C’est l’un des avantages dont les athlètes de haut niveau peuvent profiter et il peut certainement se le payer grâce à la prolongation de contrat de trois ans d’une valeur de 6 millions de dollars par année qu’il vient de signer et qui entrera en vigueur la saison prochaine.

Lucic ne croit pas aux excuses, tout comme il ne croit pas devoir ralentir devant un adversaire. Il sait qu’il doit demeurer positif et mettre ses qualités en valeur s’il veut relancer sa saison et connaître des performances plus fidèles à ses capacités et à son salaire.

« Je veux juste retrouver mon rythme », a expliqué Lucic à propos de ce qu’il compte faire pour sortir de sa léthargie. « Il y a des moments et des situations où les choses ne seront pas idéales, mais ce sont ces épreuves qui nous permettent de grandir. Quand on les surmonte, on en ressort plus fort et on en sait plus sur nous-mêmes. Je crois pouvoir compter sur de bonnes fondations pour relancer ma saison et commencer les séries du bon pied. »

 

La LNH sur Facebook