Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Les Sharks prêts à rafraîchir leur formation

lundi 2013-03-25 / 20:48 / LNH.com - Nouvelles

Par Dave Lozo - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Les Sharks prêts à rafraîchir leur formation

Maintenant que l’expérimenté défenseur Douglas Murray a été échangé aux Penguins de Pittsburgh en retour de deux choix au repêchage, qu’est-ce que les Sharks de San Jose feront au cours des huit prochains jours qui mènera à la date limite des échanges?

Il est même juste de dire que le directeur général Doug Wilson n’est pas certain de la réponse lui non plus.

En poste à San Jose depuis près de 10 ans, Wilson n’aime pas le mot « reconstruction », car il prétend que le message envoyé signifie que l’équipe passera les six ou sept prochaines années à redevenir compétitive.

À la place, Wilson préfère « rafraîchir », un processus qui implique une certaine modification de l’équipe mais pas une refonte en profondeur. Cette phase a commencé lundi avec l’envoi de Murray aux Penguins.

Wilson a fait savoir que le rafraîchissement de son équipe avant le 3 avril dépendra comment ses joueurs se comporteront dans les cinq prochains matchs. Les Sharks occupent présentement le neuvième rang de l’Association de l’Ouest, à un point de la huitième place et à six points de la quatrième position avec encore 18 matchs à jouer.

« Ce sont de grands garçons, ils savent ce qui se passe, a dit Wilson. Pour moi, les gestes parlent plus que les mots. Dans plusieurs cas, soit on se bat nous-mêmes, soit on ne tire avantage pour gagner nos matchs. Nous avons une opportunité devant nous. Après le match de lundi contre les Ducks à Anaheim, nous jouerons quatre rencontres à domicile, mais nous devrons mieux jouer que nous l’avons fait au cours des 20, 22 ou 23 derniers matchs. Ce n’est pas acceptable.

« Je n’ai pas besoin de passer un message. La réalité est que nous n’avons pas joué à la hauteur de notre talent. »

Avec leur extraordinaire début de saison (7-0-0), les Sharks ont démontré qu’ils ne formaient pas une équipe vieillissante et que la fenêtre pour remporter la coupe Stanley n’était pas fermée. Mais depuis, leur fiche est peu reluisante (6-11-6), ce qui force Wilson à réévaluer son équipe.

Ça ne prend pas de temps à identifier quels attaquants devront se ressaisir au cours de cinq prochains matchs.

Ryane Clowe en est à la dernière saison de son contrat de quatre ans d’une valeur de 15 millions $ et il connaît sa pire saison dans la LNH. Le robuste attaquant, âgé de 30 ans, n’a marqué aucun but et il a amassé neuf assistances en 25 matchs, lui qui n’a pas joué depuis le 16 mars en raison d’une blessure à une épaule.

Michal Handzus, âgé de 36 ans, est lui aussi à la dernière année de son contrat qui lui permet de gagner 2,5 millions $ par année. Il a inscrit un but et récolté une aide en 28 matchs, de loin sa pire production en 14 saisons.

Martin Havlat, âgé de 31 ans, a encore une fois été frappé par les blessures et il n’a marqué que trois buts et amassé cinq assistances en 23 rencontres. À la fin de la saison, il restera encore deux ans à cinq millions $ par année à son contrat.

Wilson n’a pas voulu préciser quel joueur en particulier sera le plus surveillé, mais il a fait savoir qu’il était ouvert à tout échange.

« Ceci arrive à un moment crucial, a dit Wilson. Nous n’avons pas été constants et si vous regardez les équipes qui se sont détachées du peloton, vous constaterez qu’elles jouent en groupe, qu’elles ont une bonne défense, qu’elles produisent à l’attaque et qu’elles sont constantes. Nous n’avons rien fait ce cela, c’est ce que nous avons besoin de faire.

« Il est évident qu’il y a des équipes qui me téléphonent. Le téléphone est occupé et nous écouterons tous ceux qui m’appelleront afin d’améliorer notre groupe, comme nous venons de le faire avec les Penguins. »

Le nom le plus important qui revient toujours sur le tapis est celui de Dan Boyle, dont le contrat prendra fin à la fin de la saison 2013-14 et qui empoche 6,67 millions $ par saison.

Les statistiques du défenseur de 36 ans ont diminué, lui qui n’a marqué que quatre buts et qui totalise 13 points en 28 matchs. Après avoir conservé une moyenne de 3,1 tirs par match la saison dernière, un sommet personnel, il ne peut faire mieux qu’un peu plus de deux tirs par rencontre cette saison.

Wilson a parlé comment Boyle pourrait être un joueur en demande sur le marché des joueurs autonomes et après qu’il ait été obtenu deux bons choix de repêchage en retour de Murray, il est juste de dire qu’un défenseur offensif qui peut être le quart dans les avantages numériques vaudra beaucoup plus.

« Tout le monde recherche un joueur comme lui, a dit Wilson, un ex-défenseur qui a joué 16 saisons dans la LNH. C’est l’une des raisons pour laquelle nous avons acquis Brent Burns. Quand vous jetez un coup d’œil au marché des joueurs autonomes, ces joueurs-là ne sont pas disponibles. Regardez ce qui est survenu l’année dernière avec Ryan Suter et Shea Weber. Je suis un peu biaisé pour des raisons évidentes, mais je considère que les défenseurs sont les joueurs les plus importants d’une équipe et c’est le but de chacun de mettre la main sur des joueurs qui peuvent créer de l’offensive à partir de la ligne bleue en raison de leur tir et qui peuvent être des quarts lors des avantages numériques »

En échangeant Murray, les Sharks ont libéré une place pour Jason Demers ou Justin Braun qui joueront plus souvent. Les vétérans Joe Thornton et Patrick Marleau, même si leur production a surtout été obtenue dans les sept premiers matchs de la saison, présentent leurs statistiques habituelles. Wilson a mentionné que les jeunes Logan Couture, Joe Pavelski, Antti Niemi, Tommy Wingels, Burns, Matt Irwin et autres contribuent très bien.

Wilson a aussi indiqué qu’il s’attend à en venir prochainement à une entente avec Tomas Hertl, le premier choix de l'équipe au repêchage de 2012.

C’est une période dans l’histoire de l’équipe que Wilson voyait venir. Selon lui, l’échange de Murray ne signifie pas la fin d’une époque.

Mais la performance des siens au cours des prochains matchs dictera le travail de Wilson avant le 3 avril.

« Cela ne veut pas dire que nous ne tenterons pas de participer aux séries éliminatoires, a admis Wilson. Nous savions que nous atteindrions cette fenêtre un jour. Nous avions étudié comment nos contrats étaient structurés et combien d’argent était impliqué… Nous sommes chanceux, car nous avons de très bons jeunes joueurs à des positions importantes comme devant les buts, au centre et à la défense. Nous croyons que nous avons une bonne base. Est-ce que l’on a besoin d’ajouter certains éléments pour aller plus loin? Absolument.

« Est-ce que ça peut mener à d’autres échanges? Certainement que ça le peut. Il est évident que nous sommes en contact avec plusieurs équipes. »

Suivez Dave Lozo sur Twitter: @DaveLozo

 

La LNH sur Facebook