Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Trois raisons pour expliquer la chute du Lightning et de Boucher

dimanche 2013-03-24 / 14:06 / LNH.com - Nouvelles

Par Adam Kimelman - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

Il y a à peine moins de deux ans que le Lightning de Tampa Bay est venu à un poil d'accéder à la finale de la Coupe Stanley. Dirigé par un entraîneur recrue, Guy Boucher, et son système innovateur 1-3-1, le Lightning a complété la saison 2010-11 avec 103 points et a forcé les éventuels gagnants de la Coupe Stanley, les Bruins de Boston, à un septième match en finale de l'Association de l’Est. Bien servie par la jeune superstar Steven Stamkos et des vétérans éprouvés comme Martin St. Louis et Vincent Lecavalier, l'équipe était promise à un avenir radieux.

Moins de deux ans plus tard, dimanche, Guy Boucher a été congédié et son équipe traînait au 14e rang sur 15 en attendant d'affronter les Jets de Winnipeg en soirée.

Que s'est-il passé en si peu de temps? Il y a bien quelques explications.

Problèmes devant le filet

Le Lightning a accédé à la finale de l'Est grâce aux prouesses de Dwayne Roloson, mais le gardien avait déjà 42 ans à l'époque.

On lui a consenti un nouveau contrat d'un an l'été suivant mais il n'a plus jamais été le même homme. Il n'a remporté que 13 victoires en 40 matchs de la saison 2011-12, avec une moyenne de 3,68 et un pourcentage d'arrêts de ,886, de loin ses pires statistiques en carrière.

Le Lightning a eu recours à quatre gardiens et le vétéran Mathieu Garon a fini par ressortir comme numéro un. Il a fait un travail respectable, mais le Lightning n'en a pas moins terminé à huit points d'une place en séries, même en se classant parmi les 10 premiers pour les buts marqués.

Garon n'a jamais été considéré comme une solution à long terme et le directeur général Steve Yzerman s'est mis à la recherche d'une autre option au cours de l'été 2012. Il a cru l'avoir trouvée en Anders Lindback, des Predators de Nashville, qu'il a acquis en retour de trois choix au repêchage et du vétéran gardien Sébastien Caron. Lindback a ensuite signé un contrat de deux ans de 3,6 millions $.

Le gardien de 24 ans et 6 pieds 6 pouces n'avait pas vraiment fait ses preuves, n'ayant été utilisé que dans 38 matchs en deux ans à titre d'auxiliaire de Pekka Rinne. Néanmoins il s'en trouvait plusieurs pour estimer qu'il était prêt à assumer le rôle d'un numéro un et le Lightning ne demandait pas mieux que de lui en fournir l'occasion.

Or s'il a bien paru par moments, Lindback a été irrégulier. Il a gagné cinq des six premiers matchs qu'il a entrepris en accordant 17 buts, mais sa fiche depuis est de 5-6-1 avec une moyenne de 2,92 et un taux d'arrêts de ,899. Il a aussi été tenu à l'écart à cause d'une blessure.

Garon a fait encore pire: fiche de 3-8-0 et moyenne de 3,00.

Problèmes en défense

Les gardiens n'ont pas été adéquats, mais ils ont eu à affronter beaucoup trop de rondelles.

Quand le Lightning a atteint la finale d'Association en 2011, c'est après avoir concédé une moyenne de 28,7 lancers par match en saison régulière, a égalité pour le plus petit nombre au sixième rang dans la LNH.

La saison dernière, cette moyenne est passée à 30,5, bonne pour le 17e rang. Elle est cette saison de 30,2 et le Lightning a encore reculé, au 21e rang.

Le Lightning a ajouté Matthew Carle en espérant que son leadership et ses habiletés avec la rondelle l'aiderait à garder davantage celle-ci à l'extérieur de son territoire, mais les choses n'ont pas fonctionné comme prévu et Carle présente un différentiel de moins-3.

Victor Hedman a continué de bien se développer, mais les autres défenseurs en arrachent. Le grand nombre de lancers accordés confirme que le Lightning passe beaucoup de temps dans son territoire. Les performances des défenseurs à caractère défensif comme Eric Brewer et Sami Salo ont été décentes, mais relancer des attaques n'est pas leur marque de commerce. Des jeunes comme Keith Aulie et Brian Lee n'ont guère été productifs, et Marc-André Bergeron est un spécialiste de l'avantage numérique peu utile en territoire défensif.

Problèmes de soutien en attaque

En Stamkos et St. Louis, le Lightning compte sur deux des quatre meilleurs compteurs dans la LNH. Mais ça se gâte par après.

Stamkos est le seul de son clan à avoir marqué plus de neuf buts et seulement trois autres joueurs ont atteint la marque des 20 points, soit Teddy Purcell (25), la recrue Cory Conacher (22) et le capitaine Vincent Lecavalier (22).

Les blessures à ce dernier et à Ryan Malone n'ont pas aidé. Lecavalier est à l'écart du jeu pour une période indéfinie en raison de ce que l'on croit être une fracture au pied et Malone, absent pour au moins trois semaines, n'a pris part qu'à 16 matchs, victime de blessures au bas du corps puis à une épaule.

Le Lightning a fait appel à quelques joueurs de la Ligue américaine mais sauf pour Conacher, aucun n'a aidé l'attaque pour la peine.

Non, Stamkos et St. Louis, aussi bons soient-ils, ne pourront sortir le Lightning des bas-fonds du classement à eux seuls.

Contactez Adam Kimelman à akimelman@nhl.com. Suivez le sur Twitter: @NHLAdamK

Pour toutes les nouvelles et analyses des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, choisissez votre séries
vs.
La série débute le 18 avril
vs.
Montréal mène la série 1-0
vs.
Pittsburgh mène la série 1-0
vs.
New York mène la série 1-0
vs.
Le Colorado mène la série 1-0
vs.
St. Louis mène la série 1-0
vs.
Anaheim mène la série 1-0
vs.
San Jose mène la série 1-0
 

La LNH sur Facebook