Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Touchette : Boucher devrait s'inspirer de Therrien

dimanche 2013-03-24 / 13:58 / LNH.com - Nouvelles

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Touchette : Boucher devrait s'inspirer de Therrien

Il y a à peine trois ans, il était considéré comme un p'tit Mozart, un entraineur rempli de promesses, d'idées nouvelles.

Aujourd'hui, il est en chômage.

Guy Boucher, sans grande surprise, a été congédié par le Lightning de Tampa Bay quelques heures après la défaite de son équipe contre les Sénateurs d'Ottawa.

À voir jouer le Lightning, samedi après-midi, on a vite compris que l'homme derrière le banc vivait sur du temps emprunté.

Le Lightning a raté les séries éliminatoires, l'année dernière, et il est menacé de subir le même sort. cette année.

Pas besoin d'être un grand connaisseur pour réaliser que Boucher, depuis un certain temps déjà, composait sans filet de sûreté.

Dans l'espoir de relancer son équipe, Steve Yzerman n'a pas essayé de réinventer la roue: il s'est contenté de montrer la porte de sortie à un entraîneur que bien des gens, sans doute victimes de leur enthousiasme, avaient dépeint comme un génie du coaching avant même qu'il ait dirigé son premier match dans la LNH.

Dans les jours qui suivront, on dira sans doute que le système de jeu de Boucher ne faisait plus l'unanimité et que certains joueurs ramaient dans le sens contraire du reste de l'équipe. Et bla bla bla.

Cela dit, une équipe a beau miser sur des Steven Stamkos, Martin St. Louis et Vincent Lecavalier, elle est condamnée à vivre des moments difficiles, parfois bien sombres, si elle est vulnérable devant le filet.

L'absence d'un gardien solide ne pardonne jamais que ce soit à Tampa Bay, à Toronto ou à Tombouctou.

Or le Lightning n'a jamais vraiment remplacé Nikolai Khabibulin, l'un des grands responsables de la conquête de la Coupe Stanley en 2003-2004.

Le coach le plus doué de la planète ne peut espérer gagner sans un bon gardien. Boucher l'a appris à ses dépens et si la situation ne change pas, son successeur passera également des nuits blanches.

En attendant, l'entraîneur Québécois est sûrement au tapis. Il vient d'encaisser une défaite par mise hors de combat, le genre de défaite qui marque un homme au fer rouge.

Maintenant la question qui tue: obtiendra-t-il éventuellement une seconde chance dans la LNH ?

Difficile à dire.

Mais à cet égard, il devrait s'inspirer du parcours de Michel Therrien.

Il a refait ses classes 

Therrien a lui aussi subi une défaite par K.O. en janvier 2003 lorsqu'il a été remplacé par Claude Julien à la barre du Canadien. Son univers venait de s'écrouler.

Qu'à cela ne tienne, il n'a pas hésité, l'année suivante, à reprendre le chemin de l'école lorsque les Penguins de Pittsburgh lui ont offert de diriger le Wilkes-Barre/Scranton, leur formation-école dans la Ligue américaine.

Là-bas, il a renoué avec le succès en menant notamment son équipe à la finale de la Coupe Calder et, en 2005-2006, il succédait à Ed Olczyk à la tête des Penguins.

Trois ans plus tard, il était viré par les Penguins, mais il aura acquis une expérience inestimable qui a certainement pesé lourd lorsque le dg du Canadien, Marc Bergevin, en juin 2012, lui a confié les guides du Canadien.

Son retour sur les bancs d'école lui aura permis de donner un second souffle à une carrière, qui aurait pu être bien courte.

Un retour en force

Bref, Therrien, qui, aujourd'hui, est en lice pour le trophée Jack Adams, a eu le mérite de se relever. Il a fait la preuve, comme d'autres avant lui, qu'une défaite par mise hors de combat aussi douloureuse soit-elle ne signifie pas la fin d'une carrière.

Guy Boucher devrait en prendre bonne note.

 

La LNH sur Facebook