Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Ryan Miller retrouve tranquillement la voie du succès

dimanche 2013-03-24 / 10:02 / LNH.com - Nouvelles

Par Emna Achour - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Ryan Miller retrouve tranquillement la voie du succès

MONTRÉAL – Les Sabres de Buffalo ont peut-être récolté un troisième gain de suite dans leur victoire à l’arrachée de 2-1 face au Canadien samedi, mais la troupe de Ron Rolston sait qu’elle part de loin et qui lui reste encore du travail à faire.

Avec seulement 16 matchs à faire au calendrier régulier, les Sabres se sont hissés à deux points du huitième et dernier rang dans l’Est donnant accès aux séries éliminatoires, mais la route a été longue pour y parvenir, et le gardien Ryan Miller en sait quelque chose.

« Peut-être que [le gain de samedi] aide pour la confiance de certains joueurs dans le vestiaire, mais pour moi, nous allons devoir gagner des matchs comme ça jusqu’à la fin de la saison, a mentionné Miller. Il n’y a pas de recette miracle pour atteindre les séries. Même les meilleures équipes n’y accèdent pas aussi facilement. Il va falloir jouer du bon hockey pour encore un mois ici, alors nous voulons seulement nous regrouper et voir où nous allons aboutir. »

Buffalo figure au 26e rang de la ligue au chapitre des buts alloués par match avec une moyenne de 3,06, alors que Miller en a accordés trois ou plus lors de 16 des 28 rencontres auxquelles il a participé, et dans sept de ses 10 derniers.

Mais l’Américain ne s’en cache pas ; il sait très bien que ses récentes statistiques ne sont pas étrangères aux insuccès des siens.

« Ça n’a pas été évident pour moi ces dernières semaines, a-t-il déclaré. J’avais besoin de commencer à me ressaisir pour donner une chance à mes coéquipiers de récolter ce genre de victoire. »

Lorsqu’appelé à mettre le doigt sur ce qui faisait défaut dans son jeu, Miller avoue qu’à un certain moment, il ne connaissait pas du tout la réponse, et ne savait plus quoi faire pour retrouver le droit chemin.

«Il y a des matchs où je ne savais pas du tout ce qui clochait, et d’autres où je me suis rendu compte que je tentais simplement d’en faire trop, a-t-il dit. J’ai essayé de me calmer un peu de ce côté, mais parfois le problème est dû à ton positionnement sur la glace. J’essayais seulement d’être un peu plus alerte et conscient d’où je me positionnais, mais il fallait que je commence à avoir confiance en mes habilités de faire le bon jeu, sans avoir à m’étendre de tout mon long [pour effectuer un arrêt], et surtout que je fasse confiance à mes coéquipiers. »

Sauf que Miller n’est pas né de la dernière pluie. Le vétéran de 32 ans sait ce qu’il faut faire pour avoir du succès dans la Ligue nationale, comme en fait foi son trophée Vézina remporté en 2009-10. Et même si les fans de hockey canadien tendent à l’oublier, c’est Miller qui avait été nommé joueur par excellence lors des Jeux olympiques de Vancouver en 2010, ainsi que meilleur gardien du tournoi malgré la défaite des Américains aux mains du Canada lors du match de la médaille d’or.

« Si quelqu’un a déjà été dans une position où il a dû faire plus d’un geste pour bien exécuter un mouvement, comme un élan au golf ou toute autre chose du genre, il sait que tu te mets à penser à une, peut-être à deux ou à trois choses en même temps, alors que tu ne devrais avoir à penser à rien », a dit Miller pour expliquer ses difficultés.

« Il faut que je garde les choses simples, en commençant par bien me placer devant mon filet, et qu’ensuite je fasse confiance aux joueurs autour de moi et que j’embarque véritablement dans le match. C’est ce que j’essaie de faire depuis un moment déjà, et je crois que c’est vraiment plus psychologique qu’autre chose. Je tentais d’en faire trop et j’étais juste un peu trop agressif. Maintenant, il ne me reste plus qu’à rester calme et travailler fort dans l’espace au sein duquel je suis le plus efficace, ce qui veut dire ne pas simplement laisser les choses aller autour de moi, mais plutôt essayer de dicter le rythme quand j’en ai l’occasion. »

Mais même s’ils figuraient au 10e échelon dans l’Est avant les matchs de dimanche, les Sabres ne détiennent qu’un point d’avance sur les 11e et 12e rangs détenus par les Capitals de Washington et les Islanders de New York, ces deux équipes ayant chacune un match en main sur Buffalo. Les Flyers de Philadelphie et le Lightning de Tampa Bay ne sont pas très loin derrière non plus, eux qui accusent chacun trois points de retard sur les Sabres.

Sur les 16 matchs qui leur restent à disputer en saison régulière, 10 sont contre des équipes qui se trouvent au-dessus d’eux au classement, et six sont contre des adversaires qui les suivent de très près. Miller en est bien conscient, et appelle ses coéquipiers à ne pas trop se laisser distraire par leur séquence de trois victoires.

« Je ne crois pas que quiconque au sein de notre équipe puisse se permettre de se sentir confortable avec la position dans laquelle nous sommes présentement, a-t-il évoqué. C’est encourageant, mais les gars doivent reconnaître ce qui nous aide à gagner des matchs de hockey. »

 

La LNH sur Facebook