Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Réunions des DG: l'utilisation obligatoire de la visière parmi les sujets des discussions

mercredi 2013-03-20 / 21:44 / LNH.com - Nouvelles

Par Shawn Roarke - Directeur de rédaction senior à NHL.com

Partagez avec vos amis


Réunions des DG: l'utilisation obligatoire de la visière parmi les sujets des discussions

TORONTO - Les 30 directeurs généraux de la LNH étaient à Toronto mercredi pour leur réunion annuelle avec plusieurs sujets à l'ordre du jour, notamment: la possibilité pour les entraîneurs de demander une reprise, les dégagements hybrides, l'équipement des gardiens, comment améliorer la sécurité des joueurs, et d'éventuelles modifications aux règlements concernant la fusillade et les mises en jeu.

Ces sujets ont été abordés dans des groupes de discussion en matinée puis en assemblée plénière au cours de l'après-midi.

Mais la plus grosse nouvelle était la possibilité d’avancer le dossier du port obligatoire de la visière.

« Nos dirigeants sont en faveur d'imposer la visière à tous les joueurs qui arrivent dans la ligue », a confirmé le premier vice-président aux opérations de hockey Colin Campbell. « De 73 à 75 pour cent des joueurs portent déjà la visière et l'Association des joueurs nous dit qu'elle constate un phénomène d'entraînement. Ils en ont parlé à leurs joueurs et ils nous ont fourni une statistique datant d'il y a quelques années quand la majorité n'étaient pas en faveur, mais il croit que la tendance s'en va dans l'autre direction. Nos dirigeants sont d'accord. »

L'Association des joueurs de la LNH a fait savoir qu'elle était consentante à faire un sondage auprès de ses membres l'été prochain afin de savoir si ceux-ci sont davantage en faveur du port obligatoire de la visière.

Mathieu Schneider, adjoint spécial au directeur administratif de l'AJLNH, a indiqué que l'augmentation des joueurs portant la visière suggère que les membres ont peut-être un point de vue différent depuis la dernière fois que le sujet a été abordé en 2009.

« Juste à voir le nombre de ceux qui jouent avec une visière, je pense qu'on peut constater un gros changement, a noté Schneider. C'est quelque chose dont on va parler aux joueurs certainement cette année. Je suis en faveur même si je n'en ai jamais porté de visière de toute ma carrière. Le jeu est devenu extrêmement rapide et les joueurs arrivent dans la ligue après avoir dû en porter une. Nous allons tenter de convaincre les joueurs de l'utiliser. »

Si les joueurs donnent leur accord, il restera au Comité de compétition et au Bureau des gouverneurs de rendre le règlement officiel.

Il était important de discuter de l’embellissement, selon plusieurs directeurs généraux, parce que cela touche l'intégrité du sport.

Parmi les autres questions à l'étude, la ligue a fait savoir qu'elle préconisera l'adoption de la règle du dégagement hybride, entre autres mesures visant à améliorer la sécurité des joueurs. On aimerait aussi réduire la dimension des jambières des gardiens, un dossier qu'on veut continuer d'examiner.

Le dégagement hybride implique que la décision de juger un dégagement interdit serait prise avant qu'un joueur touche à la rondelle. Une ligne serait fixée avant la ligne rouge des buts et si le joueur offensif la franchit la premier, le dégagement serait annoncé comme annulé.

Les propriétaires espèrent éviter ainsi les collisions dangereuses derrière le filet lors de luttes pour toucher la rondelle en premier.

« La majorité de nos dirigeants aimeraient voir ce règlement implanter la saison prochaine, a indiqué Campbell. L'Association des joueurs nous a dit croire que leurs membres n'aiment pas le règlement hybride et favorisent le dégagement sans toucher la rondelle. Le prochaine rencontre du Comité de compétition aura lieu en juin et le sujet sera à l'ordre du jour. »

Parmi les autres sujets discutés en matinée, celui des mises en échec le long de la clôture s'est avéré le plus passionné.

Les directeurs généraux souhaitent éliminer les charges dangereuses tout en continuant de permettre les mises en échec. Le nombre grandissant de joueurs qui arrivent près de la bande le dos au jeu a aggravé le problème.

« Ce qui nous préoccupe c'est que plusieurs joueurs ont appris à s'exposer le dos au jeu pour protéger la rondelle, et alors la plus petite poussée peut propulser un joueur dans la bande et provoquer une punition », a expliqué le vice-président aux opérations de hockey Mike Murphy. « Le sujet a été discuté dans son ensemble mais il n'en est rien sorti d'autre que nous allons continuer de nous y intéresser, que nous voulons que les joueurs soient responsables de leur sécurité et que nous ne voulons pas interdire les mises en échec. Nous allons continuer d'avoir la situation à l'œil et aller de l'avant."

Il était important de discuter de l’embellissement, selon plusieurs directeurs généraux, parce que cela touche l'intégrité du sport.

Un autre sujet d'importance abordé a été la possibilité pour les entraîneurs de demander une reprise vidéo.

Le directeur général des Panthers de la Floride Dale Tallon a été le premier à en faire la proposition en novembre 2010, mais celle-ci avait été largement battue 28-2. Or l'idée a fait son chemin depuis mais il s'est avéré que l'on n'est pas encore prêt à procéder.

« Je pense que nous avons besoin d'en discuter encore beaucoup plus », a estimé Bob Murray, des Ducks d'Anaheim. « Je pense qu'il y a des choses que l'on peut faire sans recourir à une reprise demandée par les entraîneurs. On en a parlé beaucoup. »

En résumé, les directeurs généraux ont jugé qu'il y avait encore trop d'incertitudes à propos de ce qui pourrait ou non être revu.

« Il y a trop de cas qui ont été suggérés, ce qui pourrait ralentir le jeu », a constaté le vice-président aux opérations de hockey Kris King. « Si on revoit les obstructions à l'endroit du gardien, il y aura encore moins de buts alors que l'on en souhaite plus. Quand on a fait l'avocat du diable en réponse à leurs nombreuses questions ils (les directeurs généraux) ont réalisé que ce n'était pas le bon moment d'amener ce règlement. »

Il y a par contre un désir de revoir le règlement de quatre minutes pour bâton élevé afin de s'assurer qu'il soit interprété correctement. On croit que ces cas pourraient facilement être revus pour être certain que l'infraction n'a pas été commise par un coéquipier.

« S'il faut revoir quelque chose, que ce soit les punitions de quatre minutes pour bâton élevé quand c'est un coéquipier qui est coupable », a convenu Campbell.

La taille de l'équipement des gardiens de but a aussi été discutée sérieusement. Plusieurs croient que cet équipement et la façon dont certains l'utilisent ont un impact négatif.

« Il va falloir en discuter beaucoup plus longuement avant de procéder à des changements », a cependant déclaré Schneider. « D'abord et avant tout il faut s'assurer que les gardiens sont protégés adéquatement. Il faut ensuite analyser comment cette augmentation de la taille de l'équipement influe sur le jeu et je pense que ce sera l'objet d'un bon débat.

« Une question que nous nous sommes déjà demandée est de savoir si l'équipement améliore le rendement d'un gardien. Je crois qu'un joueur devrait s'en remettre à ses talents athlétiques. Si l'équipement lui fournit un quelconque avantage, c'est ça qu'on ne veut pas. L'autre préoccupation est qu'on voit maintenant beaucoup de rondelles dirigées vers le haut. Plusieurs défenseurs, surtout, tirent de la pointe et cela crée un autre danger. Plusieurs lancers sont hauts parce qu'on ne peut plus marquer à ras de glace. »

 

La LNH sur Facebook